Voici l’explication de la forte hausse des cours des immobilières

| Le 5/9/2021 à 8:49
Les cours des immobilières cotées ont grimpé en bourse. 2 sur 3 valeurs ont pu dégager une progression à deux chiffres de leurs indicateurs d’activité à fin 2021. Un membre du directoire d’une salle de bourse nous livre son analyse de l’évolution de ces valeurs en estimant qu’elles commencent à afficher quelques signes de reprise.

Le secteur Participation & promotion immobilière coté, qui a été fortement pénalisé en 2020 à cause de la crise du Covid, a enregistré une hausse de 66,52% depuis le début de cette année jusqu’à la clôture de la séance de ce vendredi 3 septembre. Il dégage ainsi la deuxième plus forte progression des cours des indices sectoriels cotés, après l’Industrie pharmaceutique.

Dans le détail, c’est Addoha qui a le plus contribué à la hausse de cet indice avec une progression de son cours de 96% en YTD. Résidences dar saada et Alliances affichent respectivement une hausse de 26% et 25% depuis le début de l’année 2021.

A rappeler qu’en comparaison avec le 1er semestre 2020, le chiffre d’affaires du secteur immobilier coté a bondi de 10,7% (+159 MDH) au 1er semestre 2021.Cette hausse est portée par Addoha qui a enregistré une augmentation de 54% de son chiffre d’affaires à fin juin 2021. Le chiffre d’affaires d’Alliances a grimpé de plus de 10%. Résidences dar saada est la seule immobilière cotée qui a vu son chiffre d’affaires baisser pendant la période analysée (-31%).

Par contre, ce secteur a marqué la plus forte baisse de chiffre d’affaires de la cote en comparaison avec 2019. Son chiffre d’affaires s’est situé à 1,73 milliards de DH au 30 juin 2021, en chute de plus de 52% (-1,9 MMDH) en comparaison avec la même période en 2019. C’est Addoha qui a le plus contribué à cette contre-performance avec une baisse de 1,3 milliards de DH (2021 Vs. 2019).

Sollicité par LeBoursier, un membre du directoire d’une salle de bourse de la place nous livre son analyse de l’ensemble des éléments précités :

La hausse des cours des immobilières est justifiée. « Certes, les valeurs immobilières se sont beaucoup appréciées dernièrement, mais la hausse de leurs cours demeure justifiée. Cela s’explique par le fait que cette hausse n’est qu’une récupération de ce qu’elles ont perdu en 2020. Ces valeurs ont été pénalisées à cause de la crise », trouve notre interlocuteur.

« Ces valeurs ont pu quand même résister malgré le fait que le secteur était déjà en crise avant le déclenchement de la pandémie », continue-t-il.

En ce qui concerne la chute du chiffre d’affaires du secteur en comparaison avec le 1er semestre 2019, notre source trouve que ce n’est pas très grave. « On est toujours en période de crise. Le fait que ce entreprises ont dégagé des réalisations cette année qui sont supérieures à celle de 2020 et inférieures à celle de 2019 montre que la reprise se fait doucement et que malgré la crise actuelle, qui a modifié les priorités et le pouvoir d’achat des consommateurs, leurs réalisations restent correctes », explique notre interlocuteur.

Et d’ajouter : « Avec la crise, on constate que ces entreprises ne suivent quasiment plus un rythme de production continue. Elles ne lancent plus autant de projets qui vont leur permettre d’assurer la continuité de production et de la livraison. Actuellement, les immobilières connaissent des périodes d’investissements et des périodes de commercialisation plus longues. Il y a un décalage entre l’investissement et la production ce qui fait qu’il y a des périodes creuses. Cela se matérialise dans leurs chiffres »

Le secteur immobilier dans sa globalité commence à afficher des signes de reprise. « Les signes de reprises sont là pour tout le secteur. Cela se voit notamment à travers l’accélération de plusieurs projets immobiliers dans plusieurs villes au Maroc. De plus, les personnes qui avaient suspendu leur décision d’acquisition immobilière à cause de la crise, elles ne peuvent plus rester en attente sur le moyen terme. Elles commencent donc à se manifester », indique-t-il.

Quand il y a une valeur qui se porte bien, cela influence les autres. « On constate que les trois valeurs immobilières cotées sont corrélées entre elles. Quand il y a une valeur qui s’apprécie, cela envoie un signe de confiance dans le secteur, du coup les autres valeurs suivent la même tendance », poursuit-il.

« Leur perceptives d’évolution sont plus prometteuses que négatives », conclut-il.

lire aussi
  • | Le 5/12/2021 à 17:53

    Auto Hall : Alpha Mena change sa recommandation d’‘alléger à ‘vendre’

    Le groupe a bénéficié du très bon effet de rebond du secteur automobile au Maroc en 2021. En bourse le groupe affiche une forte croissance de plus de 55% en YTD traduisant une reprise après les pertes enregistrées l’an dernier. Mais désormais, le potentiel fondamental du groupe est épuisé et la société de recherche anticipe une baisse de 26,4% de son cours d’ici 6 mois.
  • | Le 3/12/2021 à 19:54

    Centrale Danone : Suspension du cours suite au dépôt d'un projet d'offre publique

    La nouvelle a été annoncée par la Bourse de Casablanca à travers un communiqué et prend effet dès le 3 décembre.
  • M.Ett | Le 2/12/2021 à 17:52

    Bons du Trésor : voici l’évolution des levées du Trésor et de la demande en 2021

    Le directeur d’une salle des marchés de la place fait le point sur l’évolution du marché des bons du Trésor en cette fin d’année au cours de ces dernières semaines et nous livre ses anticipations pour 2022.
  • B.B | Le 2/12/2021 à 17:52

    A fin septembre, les revenus de la cote ont grimpé de 8,3% et atteignent des niveaux pré-Covid (AGR)

    Au troisième trimestre 2021, le chiffre d’affaires de la cote a continuer de progresser en affichant une hausse de 10,4% sur la période. A fin septembre, la cote a dépassé ses niveaux d’activité pré-covid, notamment grâce à la bonne progression du secteur automobile, minier et portuaire. Parallèlement, le Maroc perd en importance dans la nouvelle pondération du mois de novembre de l'indice MSCI Frontiers Market.