Voici l’explication de la forte hausse des cours des immobilières

| Le 5/9/2021 à 8:49
Les cours des immobilières cotées ont grimpé en bourse. 2 sur 3 valeurs ont pu dégager une progression à deux chiffres de leurs indicateurs d’activité à fin 2021. Un membre du directoire d’une salle de bourse nous livre son analyse de l’évolution de ces valeurs en estimant qu’elles commencent à afficher quelques signes de reprise.

Le secteur Participation & promotion immobilière coté, qui a été fortement pénalisé en 2020 à cause de la crise du Covid, a enregistré une hausse de 66,52% depuis le début de cette année jusqu’à la clôture de la séance de ce vendredi 3 septembre. Il dégage ainsi la deuxième plus forte progression des cours des indices sectoriels cotés, après l’Industrie pharmaceutique.

Dans le détail, c’est Addoha qui a le plus contribué à la hausse de cet indice avec une progression de son cours de 96% en YTD. Résidences dar saada et Alliances affichent respectivement une hausse de 26% et 25% depuis le début de l’année 2021.

A rappeler qu’en comparaison avec le 1er semestre 2020, le chiffre d’affaires du secteur immobilier coté a bondi de 10,7% (+159 MDH) au 1er semestre 2021.Cette hausse est portée par Addoha qui a enregistré une augmentation de 54% de son chiffre d’affaires à fin juin 2021. Le chiffre d’affaires d’Alliances a grimpé de plus de 10%. Résidences dar saada est la seule immobilière cotée qui a vu son chiffre d’affaires baisser pendant la période analysée (-31%).

Par contre, ce secteur a marqué la plus forte baisse de chiffre d’affaires de la cote en comparaison avec 2019. Son chiffre d’affaires s’est situé à 1,73 milliards de DH au 30 juin 2021, en chute de plus de 52% (-1,9 MMDH) en comparaison avec la même période en 2019. C’est Addoha qui a le plus contribué à cette contre-performance avec une baisse de 1,3 milliards de DH (2021 Vs. 2019).

Sollicité par LeBoursier, un membre du directoire d’une salle de bourse de la place nous livre son analyse de l’ensemble des éléments précités :

La hausse des cours des immobilières est justifiée. « Certes, les valeurs immobilières se sont beaucoup appréciées dernièrement, mais la hausse de leurs cours demeure justifiée. Cela s’explique par le fait que cette hausse n’est qu’une récupération de ce qu’elles ont perdu en 2020. Ces valeurs ont été pénalisées à cause de la crise », trouve notre interlocuteur.

« Ces valeurs ont pu quand même résister malgré le fait que le secteur était déjà en crise avant le déclenchement de la pandémie », continue-t-il.

En ce qui concerne la chute du chiffre d’affaires du secteur en comparaison avec le 1er semestre 2019, notre source trouve que ce n’est pas très grave. « On est toujours en période de crise. Le fait que ce entreprises ont dégagé des réalisations cette année qui sont supérieures à celle de 2020 et inférieures à celle de 2019 montre que la reprise se fait doucement et que malgré la crise actuelle, qui a modifié les priorités et le pouvoir d’achat des consommateurs, leurs réalisations restent correctes », explique notre interlocuteur.

Et d’ajouter : « Avec la crise, on constate que ces entreprises ne suivent quasiment plus un rythme de production continue. Elles ne lancent plus autant de projets qui vont leur permettre d’assurer la continuité de production et de la livraison. Actuellement, les immobilières connaissent des périodes d’investissements et des périodes de commercialisation plus longues. Il y a un décalage entre l’investissement et la production ce qui fait qu’il y a des périodes creuses. Cela se matérialise dans leurs chiffres »

Le secteur immobilier dans sa globalité commence à afficher des signes de reprise. « Les signes de reprises sont là pour tout le secteur. Cela se voit notamment à travers l’accélération de plusieurs projets immobiliers dans plusieurs villes au Maroc. De plus, les personnes qui avaient suspendu leur décision d’acquisition immobilière à cause de la crise, elles ne peuvent plus rester en attente sur le moyen terme. Elles commencent donc à se manifester », indique-t-il.

Quand il y a une valeur qui se porte bien, cela influence les autres. « On constate que les trois valeurs immobilières cotées sont corrélées entre elles. Quand il y a une valeur qui s’apprécie, cela envoie un signe de confiance dans le secteur, du coup les autres valeurs suivent la même tendance », poursuit-il.

« Leur perceptives d’évolution sont plus prometteuses que négatives », conclut-il.

lire aussi
  • B.B. | Le 24/10/2021 à 14:18

    Bourse : L’endettement net et les investissements ont diminué au 1er semestre 2021 (CDG Capital)

    Une baisse de 6,7% de l’endettement net de la cote casablancaise a été enregistré par rapport à 2020. Les secteurs des télécoms, de la construction et de l’alimentaire ont été les principaux contributeurs à cette baisse. Les investissements sont également en recul de 15,3% par rapport au premier semestre 2021, conduits principalement par Taqa Morocco.
  • | Le 24/10/2021 à 14:16

    Sociétés cotées : voici l’analyse des résultats semestriels par CDG Capital Insight

    CDG Capital Insight vient de livrer son analyse des résultats enregistrés par les sociétés cotées à la bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2021. Les analystes reviennent sur les grandes tendances observées pendant la période retenue.
  • | Le 24/10/2021 à 14:15

    Les secteurs industriels et tertiaires connaissent un bon rebond depuis le début de l’année (DEPF)

    Les ventes de ciment ont bien progressé depuis le début de l’année ainsi que la valeur ajoutée du secteur manufacturier. Le taux d’utilisation des capacités de production mensuel a augmenté de 10,1 points à fin août (72,1%) par rapport à l’an dernier. Le tourisme redémarre progressivement mais les indicateurs demeurent en largement derrière ceux de 2019.
  • | Le 22/10/2021 à 9:41

    Evergrande aligne des fonds pour payer les intérêts et éviter un défaut de paiement

    Evergrande fera face à une prochaine échéance de paiement le 29 octobre et les incertitudes sont au maximum. Après deux semaines de suspension de la cote Hong-Kongaise, le cours a chuté de 10,5% à l'ouverture de la séance du jeudi 21 octobre dans un contexte d'échec de la vente d'une partie du capital d'une de ses filiales.