Voici les raisons pour lesquelles BAM rachète les devises aux banques

B.B | Le 23/9/2021 à 18:37
La banque centrale a racheté à date 671 millions de dollars de devises aux banques nationales. Une démarche qui intervient dans un contexte de surplus de devises sur le marché. Mais les placements en devises à l’étrangers ne sont pas avantageux non plus pour les banques étant donné les taux très bas et l’abondance de liquidités.

Dans un communiqué diffusé vendredi 17 septembre, Bank Al Maghrib a annoncé qu’elle opérerait à partir du 20 septembre 2021, des adjudications d’achat de devises afin d’absorber les excédents actuels et d’assurer ainsi le bon fonctionnement de ce marché.

Pour ce qui est de savoir quand l’opération prendra fin, la banque centrale a précisé que « ces adjudications seront organisées autant que nécessaire et ce, en fonction de l’évolution des conditions sur le marché de change ». Mais qu’est-ce que cela signifie et qu’est-ce que cela veut dire pour Bank Al Maghrib et les banques de la place ?

Excédent de devises sur le marché

Chaque jour, il y a une offre et une demande en devises. Si Bank Al Maghrib cherche à racheter des devises étrangères aux banques, c’est qu’il y a actuellement un excédent sur le marché des changes. En effet, ces derniers mois, les recettes de devises sont supérieures aux dépenses de devises.

Contacté, Omar Bakkou, économiste et spécialiste de marché des taux nous donne sa lecture de la situation. « Cet excédent s’explique partiellement par la reprise du tourisme. Mais c’est une situation assez conjoncturelle qui se produit généralement l’été. Il y a les MRE et les touristes étrangers qui viennent en masse et en même temps, il y a sur la période un tassement de l’activité économique et donc un tassement des importations. Ce qui produit des recettes supérieures aux dépenses en devises » décrypte Omar Bakkou.

Parallèlement, il faut rappeler que le taux de change est limité dans une bande de 10% (5% à la hausse et 5% à la baisse, ndlr). « Donc cette situation a fait que le dirham s’est apprécié. En somme, le taux a touché la bande inférieur et ne peut pas baisser plus. S’il y avait eu un flottement libre, nous aurions vu une situation d’appréciation du dirham par rapport aux devises encore plus important » nous confie l’économiste.

Des positions de change désavantageuses pour les banques

Avec des devises, une banque a différentes possibilités. Elle peut les vendre à une autre banque ou à des clients ayant besoin de devises. Mais quand il existe un excédent sur le marché, les devises étrangères détenues par les banques marocaines sont placés à l’étranger, dans divers instruments, notamment des bons du Trésor par exemple. In fine, cela permet d’augmenter leurs positions de change. Rappelons que ces modalités de placement de devises sont dictées par Bank Al Maghrib.

Mais actuellement les taux ne sont pas avantageux pour les banques. « Le taux sur l’Euro est négatif et celui sur le dollar est de 0. Donc cela n’est pas intéressant pour les banques de procéder de la sorte. Pour remédier à cette situation, Bank Al Maghrib a décidé d’absorber ces devises et d’en supporter le coût. Ce manque de rentabilité provient principalement de la politique de la banque centrale européenne avec des taux très bas voire négatif » explique notre interlocuteur.

En fait, le marché est inondé de liquidité et des placements en devises de banques marocaines reviendraient à placer des liquidités dans un marché déjà saturé.

Il est à noter que depuis le début de l’opération, Bank Al Maghrib a racheté l’équivalent de 671 millions de dollars de devises aux banques marocaines.

lire aussi
  • B.B. | Le 24/10/2021 à 14:18

    Bourse : L’endettement net et les investissements ont diminué au 1er semestre 2021 (CDG Capital)

    Une baisse de 6,7% de l’endettement net de la cote casablancaise a été enregistré par rapport à 2020. Les secteurs des télécoms, de la construction et de l’alimentaire ont été les principaux contributeurs à cette baisse. Les investissements sont également en recul de 15,3% par rapport au premier semestre 2021, conduits principalement par Taqa Morocco.
  • | Le 24/10/2021 à 14:16

    Sociétés cotées : voici l’analyse des résultats semestriels par CDG Capital Insight

    CDG Capital Insight vient de livrer son analyse des résultats enregistrés par les sociétés cotées à la bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2021. Les analystes reviennent sur les grandes tendances observées pendant la période retenue.
  • | Le 24/10/2021 à 14:15

    Les secteurs industriels et tertiaires connaissent un bon rebond depuis le début de l’année (DEPF)

    Les ventes de ciment ont bien progressé depuis le début de l’année ainsi que la valeur ajoutée du secteur manufacturier. Le taux d’utilisation des capacités de production mensuel a augmenté de 10,1 points à fin août (72,1%) par rapport à l’an dernier. Le tourisme redémarre progressivement mais les indicateurs demeurent en largement derrière ceux de 2019.
  • | Le 22/10/2021 à 9:41

    Evergrande aligne des fonds pour payer les intérêts et éviter un défaut de paiement

    Evergrande fera face à une prochaine échéance de paiement le 29 octobre et les incertitudes sont au maximum. Après deux semaines de suspension de la cote Hong-Kongaise, le cours a chuté de 10,5% à l'ouverture de la séance du jeudi 21 octobre dans un contexte d'échec de la vente d'une partie du capital d'une de ses filiales.