TMSA – Marsa Maroc : Comment sera financée l’acquisition

A. E. Rh. | Le 29/7/2021 à 15:01
EXCLUSIF. L'Etat a annoncé la cession de 35% du capital de Marsa Maroc au groupe Tanger Med (Tanger Med Special Agency, dite TMSA). Une monétisation d'un actif de l'Etat qui ne dit pas son nom.

L’opération TMSA-Marsa Maroc était tellement inattendue qu’on a du mal à lui coller une étiquette. Le fait que l’État cède une participation et encaisse un montant peut suggérer une privatisation. Ce qui n’est pas le cas. Étant actionnaire de TMSA, aux côtés du Fonds Hassan II pour le développement économique et social et de la CDG, l’État marocain ne verra pas Marsa Maroc sortir de son giron.

De quoi s’agit-il au juste ? Cette opération se rapproche des mécanismes innovants de financement pour l’État. En fait, il s’agit de la monétisation d’un actif appartenant à l’État.

Montage financier

Les chiffres relatifs au groupe TMSA ne montrent pas la présence de réserves et/ou de liquidités permettant de décaisser la somme de 5,48 milliards de DH pour racheter les 35% de Marsa Maroc. Voici le montage financier retenu.

Dans un premier temps, TMSA contractera un crédit relais auprès des banques pour s’acquitter des 5,48 MMDH auprès de l’Etat. Ensuite, un SPV (Special Purpose Vehicle), fonds commun de créances, sera créé pour y loger les 35% de parts de Marsa Maroc acquises par TMSA. Les parts de ce SPV seront ouvertes au cours des 12 mois à venir, pour permettre à TMSA de rembourser son crédit bancaire tout en gardant ses droits de vote au conseil d’administration Marsa Maroc. Cette ouverture du SPV pourrait se faire auprès d’institutionnels. Nous ne savons pas si une ouverture au privé est prévue.

Rappelons que Wafa Assurances, la CMR et le RCAR font partie du tour de table de Marsa Maroc. L’éventualité de leur participation au SPV n’est pas à écarter.

A l’écriture de ces lignes, le cours de l’action de Marsa Maroc est de 259,5 dirhams. Il a augmenté de 23,57% depuis le début de 2021.

Source : leboursier.ma

lire aussi
  • | Le 16/5/2022 à 18:17

    Fitch Ratings maintient sa note « BB+ » sur la dette souveraine marocaine

    L’agence de notation américaine Fitch Ratings a maintenu sa note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à ‘BB+’ avec des perspectives stables. Elle anticipe une hausse de la dette et du déficit budgétaire en 2022 à cause du climat économique maussade, de la hausse des matières premières. Néanmoins, le royaume dispose de fondamentaux macroéconomiques stables, notamment au niveau de sa dette dont les trois quarts sont libellés en dirhams.
  • M.Ett | Le 16/5/2022 à 18:17

    Creusement du déficit de liquidité bancaire et hausse des taux obligataires

    Le marché monétaire connait un creusement de la liquidité bancaire. Cette tendance contribue à la poursuite de la hausse des taux sur le marché obligataire. Un expert du marché, joint par LeBoursier, apporte des explications et livre ses prévisions.
  • | Le 16/5/2022 à 9:30

    Managem : le chiffre d'affaires explose au premier trimestre 2022 à 2,8 MMDH

    Le groupe a bénéficié de la bonne dynamique des cours des métaux, surtout du Cobalt et du Cuivre. 33% du chiffre d'affaires trimestriel provient de la contribution de l'Or de la mine de Tri-K en Guinée. La production d'Argent a également augmenté. Le groupe annonce le lancement des travaux de construction du projet cuprifère de Tizert.
  • | Le 15/5/2022 à 16:47

    Les bénéfices de la cote devraient progresser de 8,6% à 29 MMDH cette année (BKGR)

    En 2022, la société de recherche anticipe une hausse de 6,7% des revenus de la cote à 241 MMDH porté par une amélioration de la dynamique commerciale du segment Financier et Industriel. La profitabilité sera tirée vers le haut par les Banques grâce à la baisse constante du coût du risque et par les acteurs pétroliers et gaziers. La masse des dividendes est anticipée en légère hausse de 2,5% à 19,7 MMDH.