BMCE Capital recommande de souscrire à l’IPO de TGCC

| Le 29/11/2021 à 19:17
Dans une note de recherche, BMCE Capital Global Research recommande de souscrire à l’IPO de TGCC en anticipant une hausse de 20% de son cours. Les analystes s’étalent, entres autres, sur les opportunités et les risques qui se présentent au groupe ainsi que sur l’évolution du secteur du BTP.

La période de souscription à l’introduction en bourse par augmentation de capital et cession d’actions de TGCC a démarré ce lundi 29 novembre. Elle va durer jusqu’au 3 décembre 2021.

Pour le moment, les avis autour de cette opération s’avèrent positifs.

Les analystes consultés par LeBoursier dans un article précédent s’accordent à dire que cette opération devrait être bien accueillie par le marché, grâce notamment au profil du groupe et à l’appétit du marché.

De son côté, BMCE Capital Global Research (BKGR) recommande, dans une note de recherche, de souscrire à cette opération au cours proposé dans le cadre de l’IPO de 136 DH.

A noter que BKGR est membre du syndicat de placement de cette opération.

Le cours cible fixé par la société de recherche est de 164 DH. Le titre TGCC, une fois introduit, devrait augmenter de 20% par rapport au cours de l’introduction, d’après les anticipations de la société de recherche.

Cette valorisation a été obtenue à travers les méthodes de la Discounted Free Cash-Flow (DCF) et des comparables boursiers. Sur la base de la méthode DCF, TGCC a été valorisé à un cours théorique de 178 DH, contre un cours de souscription de 136 DH. Pour la méthode des comparables boursiers, l’échantillon de comparables est composé des 5 peers nationaux et internationaux comparables en termes de taille et de nature d’activité.

Les analystes anticipent également des niveaux de P/E de 16,9x en 2021E avant de s’améliorer à 14,6x en 2022e (contre 24,1x et 21,7x pour le marché).

Ils mettent en avant le fait qu’il s’agit d’un opérateur majeur sur le marché ; qu’il a une stratégie d’expansion qui tient la route et que ses perspectives à l’international sont favorables. S’ajoute à cela la robustesse de son carnet de commandes et les niveaux de rendement qui sont élevés.

Ils estiment que « TGCC parvient à tirer son épingle du jeu grâce à son expertise avérée lui permettant de maintenir un carnet de commandes étoffé avec des projets structurants induisant une valorisation du titre supérieure à celle proposée dans le cadre de cette IPO».

Plus en détails, leur opinion est confortée par :

> Une chaîne de valeur verticalement intégrée dans les métiers de la construction ;

> Un taux de rendement anticipé supérieur à celui du marché (4,2% en 2022 contre 3,4% pour le marché) avec un payout prévisionnel compris entre 50% et 100% ;

> Un carnet de commandes solide en dépit d’une conjoncture difficile (5.822 MDH au S1 2021) ;

> Des niveaux de marges opérationnelles supérieures à son concurrent coté (un taux d’EBE moyen de 15,2% contre 13,1% pour Jet Contractors entre 2017 et 2020) ;

> Des perspectives de développement au Maroc et à l’international ambitieuses ;

> Et, une valorisation correcte réalisée sur la base d’un Business Plan conservateur, laissant ressortir un upside de +20% par rapport au prix proposé.

Ci-après les forces et les faiblesses:

Ci-après les opportunités et les risques:

Source : BKGR.

Le secteur de la construction devrait terminer 2021 sur une croissance de 4,2%

BKGR trouve que le secteur du BTP connait une croissance considérable au Maroc depuis plusieurs années, grâce notamment à la croissance démographique et à l’exode rural qui ont favorisé la mise en chantier de projets structurants par les différents programmes gouvernementaux.

Les analystes reviennent sur le lien entre la consommation du ciment et l’évolution du secteur du BTP. Ils indiquent que près de 80% de la consommation de ciment était destinée au secteur du logement en 2020, 14% aux travaux publics et 6% aux bâtiments non résidentiels, sur la base des chiffres publiés par l’Association Professionnelle des Cimentiers (APC).

Ils rappellent que le secteur du BTP ainsi que la consommation du ciment ont été impactés par la crise du Covid. Mais, ces secteurs ont pu se redresser avec la reprise progressive de l’économie marocaine. Les analystes trouvent que « l’année 2021 se profile à sa fin avec des perspectives encourageantes ».

Ils anticipent ainsi que le secteur de la construction marquerait une croissance en 2021 de 4,2% au Maroc, après une année 2020 marquée par une contraction estimée à -4,5%. A priori, le secteur devrait récupérer en 2021 quasiment tout ce qu’il a perdu en 2020.

BKGR s’aligne sur les perspectives d’évolution du groupe

Les analystes reviennent sur la stratégie de développement du groupe et rappellent les objectifs de croissance fixés sur les cinq prochaines années qui s’articulent autour de l’internationalisation, la verticalisation et la diversification, en mettant en avant le potentiel de croissance du groupe en Afrique.

S’agissant des perspectives chiffrées et « compte tenu du caractère conservateur du Business Plan proposé » dans la note d’IPO, les analystes ont décidé de s’aligner sur les principales hypothèses émises par le groupe, à savoir :

Ils notent par ailleurs que le Business plan est pre-money et qu’il n’intègre pas le potentiel de croissance en Afrique.

>> Lire aussi : IPO de TGCC : Ce qu’il faut savoir sur le nouvel arrivant en bourse et ses perspectives

 

lire aussi
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.
  • | Le 19/1/2022 à 15:22

    Un projet d'OPA sur les actions Lydec sera déposé le 21 janvier

    Après avoir été suspendue de la bourse le 14 janvier dans l'attente d'annonces, Lydec informe que Veolia détient désormais 86,22% du capital de Suez (actionnaire majoritaire de Lydec). Le règlement-livraison des titres objet de l’offre est intervenu le 18 janvier 2022. De fait, un projet d’offre publique d’achat sur les actions Lydec sera déposé dans les 3 jours qui suivent, à savoir le 21 janvier.
  • | Le 19/1/2022 à 10:45

    Ciments du Maroc : Nouveau centre de broyage à Nador opérationnel en juillet 2022

    Avec une capacité de production de 700 000 tonnes de ciment par an, ce nouveau centre de broyage permettra d’accompagner le développement des régions du Nord et de l’Oriental.
  • | Le 18/1/2022 à 18:17

    AtlantaSanad : Les perspectives positives et la résilience séduisent le marché

    Le groupe a connu une forte croissance en bourse en 2021 grâce à de bons indicateurs opérationnels et à une reprise du marché action. Cette année, le titre affiche déjà une forte progression à la cote, supérieure à 10%. Les investisseurs apprécient sa résilience et anticipent des perspectives positives comme les résultats 2021 et le potentiel rapprochement avec Crédit Agricole SA et Holmarcom.