Marché des changes : voici l’explication de l’évolution récente du dirham

| Le 8/11/2021 à 18:56
Le dirham se stabilise devant l’euro et baisse face au dollar. La position de change des banques est passée de 10 milliards de DHJ à 909 millions de DH. Un directeur dans une salle des marchés explique ces dernières évolutions.

Le dirham est resté quasi-stable face à l’euro et s’est déprécié de 0,10% vis-à-vis du dollar américain entre le 28 octobre et le 3 novembre 2021, d’après les indicateurs hebdomadaires publiés par Bank Al-Maghrib.

Contacté par LeBoursier, un directeur dans une salle des marchés de la place indique que « ces évolutions traduisent la tendance observée au cours de ces dernières semaines ».

Et d’expliquer : « Ces évolutions données par la banque centrale sont prises dans l’absolue. C’est-à-dire, BAM prend l’évolution EUR/dollar sur le marché international ainsi que l’évolution du marché local ou ce qu’on appelle communément la liquidité en devises. Quand cette dernière augmente, le dirham se déprécie et vice-versa. Ainsi, quand la banque centrale parle d’une évolution soit favorable soit défavorable du dirham, généralement elle prend en compte les deux composantes ».

« Donc effectivement le dirham est en stabilisation face à l’euro vu que sur le marché international, la parité EUR/USD a légèrement baissé. En plus de ça, le dirham s’est un petit peut déprécier vu que la liquidité globale du marché a diminué. La position de change des banques est passée d’un montant dépassant les 9 milliards de DH il y a quelques semaines à 1,5 milliard de DH vendredi dernier », ajoute-t-il.

La position de change des banques qui avait grimpé pour atteindre son plus haut niveau sur les 12 derniers mois à 10 milliards de dirhams au 1er septembre 2021, est descendue à 909,45 millions de DH (marqués comme chiffre provisoire sur le site de BAM) au 27 octobre 2021.

Comme l’explique notre interlocuteur, la baisse de la position de change des banques est liée essentiellement à « l’intervention de la banque centrale à travers les opérations de rachats de devises. Ces opérations ont permis d’absorbé à peu près 9 milliards de DH. Vu que la banque centrale a intervenue en absorbant la liquidité qui était sur le marché, automatiquement le dirham a baissé. Et avec la parité EUR/USD qui a baissé un peu, on se retrouve avec un EUR/MAD qui a stagné et un USD/MAD qui a augmenté ».

BAM a en effet opéré des adjudications d’achat de devises depuis le 20 septembre dernier, afin d’absorber les excédents actuels et d’assurer ainsi le bon fonctionnement de ce marché.

Depuis le début de cette opération, la banque centrale a racheté l’équivalent de 925 millions de dollars de devises aux banques marocaines.

« Les opérations de rachat de devises dépendent logiquement de la valeur du dirham. Si la valeur du dirham se situe au niveau de la bande inférieur de fluctuation, la banque centrale devrait intervenir. Il n’y a plus d’opérations sur le marché interbancaire. C’est-à-dire, les banques auront besoin de vendre les devises, et elles ne peuvent pas le faire parce que dirham se situe au niveau de la bande inférieur. Tant que le cours du dirham est un peu haut, en étant un peu loin de la bande inférieure, la banque centrale peut ne pas intervenir », souligne notre interlocuteur.

« D’ailleurs, sur les dernières adjudications, on a vu qu’il n’y a pas eu de demande. Cela montre que les banques ont pu gérer leur devises en fonction de leur clients et qu’elles arrivent à matche leur opération d’import et d’export. Le problème qui peut se poser c’est quand le cours du dirham touche à la bande inférieur. C’est pour cela que la banque centrale a intervenue dernièrement. L’intervention de BAM est une assurance pour les banques. On voit qu’elle a joué pleinement son rôle de régulateur du marché », continue-t-il.

La banque centrale avait d’ailleurs précisé, dans le communiqué publié à l’occasion des opérations de rachat, que : « ces adjudications seront organisées autant que nécessaire et ce, en fonction de l’évolution des conditions sur le marché de change ».

D’après les données disponibles sur le site de la banque, celle-ci n’a pas réalisé de rachat de devises au cours des deux dernières séances d’adjudication.

Le tableau ci-dessous synthétise l’ensemble des opérations de rachat réalisées :

Le dirham devrait poursuivre sa tendance baissière

Pour le reste de cette année, « il faut analyser encore une fois les deux composantes qui sont impliquée dans l’évolution du dirham, c’est-à-dire le marché international et le marché local. Sur le marché international, la banque centrale américaine a intervenue la semaine dernière pour dire qu’elle va commencer à diminuer ses interventions sur le marché local, et du coup on s’attend à un dollar qui est plus fort et donc automatiquement à une baisse de l’euro. Une baisse de l’euro/dollar va générer une baisse de l’euro/dirham et une hausse du dollar/dirham ».

En ce qui concerne le marché local, « logiquement on suivra plutôt dans une tendance baissière du dirham. On s’attend à ce qu’il y ait des flux à l’import qui peuvent être important d’ici la fin de cette année ce qui va créer une petite correction du dirham à la baisse», anticipe notre source.

lire aussi
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.
  • | Le 19/1/2022 à 15:22

    Un projet d'OPA sur les actions Lydec sera déposé le 21 janvier

    Après avoir été suspendue de la bourse le 14 janvier dans l'attente d'annonces, Lydec informe que Veolia détient désormais 86,22% du capital de Suez (actionnaire majoritaire de Lydec). Le règlement-livraison des titres objet de l’offre est intervenu le 18 janvier 2022. De fait, un projet d’offre publique d’achat sur les actions Lydec sera déposé dans les 3 jours qui suivent, à savoir le 21 janvier.
  • | Le 19/1/2022 à 10:45

    Ciments du Maroc : Nouveau centre de broyage à Nador opérationnel en juillet 2022

    Avec une capacité de production de 700 000 tonnes de ciment par an, ce nouveau centre de broyage permettra d’accompagner le développement des régions du Nord et de l’Oriental.
  • | Le 18/1/2022 à 18:17

    AtlantaSanad : Les perspectives positives et la résilience séduisent le marché

    Le groupe a connu une forte croissance en bourse en 2021 grâce à de bons indicateurs opérationnels et à une reprise du marché action. Cette année, le titre affiche déjà une forte progression à la cote, supérieure à 10%. Les investisseurs apprécient sa résilience et anticipent des perspectives positives comme les résultats 2021 et le potentiel rapprochement avec Crédit Agricole SA et Holmarcom.