L’impasse menace au Congrès pour éviter un défaut de paiement des Etats-Unis

AFP | Le 29/9/2021 à 16:33
La situation paraissait inextricable mardi 28 septembre au Congrès américain, pour parvenir à relever rapidement le plafond de la dette, malgré l'avertissement de la ministre des Finances de Joe Biden. Elle a rappelé que les Etats-Unis seront à court d'argent le 18 octobre si rien n'est fait d'ici là.

Démocrates et républicains reconnaissent tous qu’un défaut des Etats-Unis provoquerait une catastrophe financière mondiale aux sévères répercussions pour les Américains et veulent à tout prix l’éviter. Mais leurs solutions pour y parvenir sont aux antipodes. Et même si le temps presse, aucun camp ne semblait mardi, prêt à céder pour sortir de l’impasse, alors qu’en parallèle le bras de fer sur le financement des plans Biden continue au Congrès.

« Il est impératif que le Congrès règle rapidement la limite de l’endettement. Si ce n’est pas le cas, l’Amérique va faire défaut pour la première fois dans l’Histoire« , s’est alarmé Janet Yellen, la secrétaire au Trésor, devant la Commission bancaire du Sénat.

Dans une lettre, la ministre des Finances de Joe Biden a averti s’attendre « à ce que le Trésor se retrouve avec des ressources très limitées qui s’épuiseraient rapidement » après la date du 18 octobre.

Devant les sénateurs, elle a mis en garde contre les conséquences « désastreuses » pour l’économie américaine d’un défaut de paiement américain, jamais intervenu auparavant.

Le gouvernement ne pourrait plus emprunter, payer ses factures ni les salaires des fonctionnaires. Cela « saperait la confiance dans le dollar en tant que monnaie de réserve« , a-t-elle martelé.

Le pays s’étant déjà retrouvé dans une situation similaire d’impasse de la dernière heure, « nous savons qu’attendre jusqu’à la dernière minute peut nuire gravement à la confiance des entreprises et des consommateurs, augmenter les coûts d’emprunt pour les contribuables et avoir un impact négatif sur la notation de crédit des Etats-Unis pour les années à venir« , a encore rappelé la responsable.

Sous l’administration Obama, l’impasse politique au Congrès avait conduit l’agence de notation Standard and Poor’s à retirer la note « AAA » à la dette américaine, provoquant une onde de choc sur les marchés. Mardi, Wall Street a conclu sur un sévère repli, en route pour son pire mois depuis un an.

Comprendre le blocage

La limite d’endettement des Etats-Unis, que seul le Congrès a la prérogative de relever, est entrée en vigueur le 1er août. Elle interdit aux Etats-Unis d’émettre de nouveaux emprunts pour se financer si le plafond actuel de 28.400 milliards de dollars n’est pas rehaussé. Les démocrates contrôlent le Congrès, mais leur majorité est trop étroite au Sénat pour outrepasser le pouvoir d’obstruction des républicains.

Or ces derniers refusent catégoriquement de voter avec eux pour leur permettre de relever le plafond de la dette car cela reviendrait, disent-ils, à donner carte blanche à Joe Biden pour ses plans d’investissements « irresponsables ». Les républicains exhortent les démocrates à l’approuver seuls, en employant une manœuvre parlementaire compliquée, qui prendrait potentiellement plusieurs semaines.

Le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, a fermé cette porte mardi: « cette voie est trop risquée pour le pays, n’en parlons plus« .

Depuis les années 1960, le plafond de la dette a été relevé ou suspendu quelque 80 fois. Jamais un parti n’a bloqué cette mesure. Et les démocrates s’indignent du refus des républicains de poursuivre la tradition. M. Schumer a alors tenté de demander l’unanimité dans l’hémicycle pour parvenir à suspendre le plafond de la dette à la majorité simple. Le chef des républicains Mitch McConnell s’y est opposé.

En parallèle, les parlementaires doivent aussi impérativement adopter avant jeudi soir, minuit, un nouveau budget du gouvernement fédéral s’il veulent éviter que les fonds publics ne soient soudainement coupés (« shutdown »).

Cette mesure fait consensus, mais a été bloquée par les républicains du Sénat lundi soir car elle était accompagnée du plafond de la dette.

Les chefs démocrates du Congrès ont juré d’éviter une fermeture des services gouvernementaux, mais n’avaient pas encore proposé de nouveau texte centré uniquement sur le budget mardi en fin d’après-midi.

Les deux projets titanesques voulus par Joe Biden, sur les infrastructures et les réformes sociales, sont pour leur part enlisés au Congrès sur fond de bataille entres démocrates.

(Avec AFP)

lire aussi
  • | Le 27/5/2022 à 10:29

    CIH Bank : forte hausse de 66% du RNPG à fin mars 2022

    Le groupe a amélioré ses marges d'intérêts et marges sur commissions à fin mars 2022. Le PNB consolidé ressort en hausse de 14% par rapport à la même période en 2021. Les crédits à la clientèle s'améliorent de 3% par rapport à décembre dernier.
  • | Le 27/5/2022 à 8:47

    Auto Nejma : baisse de 7,5% du chiffre d'affaires au premier trimestre 2022

    Le groupe a subi les difficultés d'approvisionnement et les pénuries découlant de la crise des semi-conducteurs. Le nombre des véhicules vendus au premier trimestre 2022 recule de près de 12%.
  • | Le 27/5/2022 à 8:20

    Ciments du Maroc : hausse de 11% du chiffre d'affaires à fin mars 2022

    Le groupe a vu son chiffre d'affaires se fixer à 955 MDH au premier trimestre. Les investissements progressent de 78% notamment en lien avec la construction du centre de broyage de Nador.
  • B.B | Le 26/5/2022 à 17:40

    Les foncières de la cote affichent une résilience qui durera

    Dans un contexte général de retour d’aversion aux risques, les foncières Aradei Capital et Immorente Invest progressent grâce à leur rendement attractif et sécurisé. Le secteur demeure globalement préservé des aléas économiques exogènes. La volonté croissante des opérateurs de se défaire de leurs actifs immobiliers pour améliorer leurs investissements opérationnels sera favorable au secteur au long terme.