Les marchés du gaz flambent, nouveaux records historiques

AFP | Le 6/10/2021 à 17:11
Les marchés du gaz connaissaient une nouvelle poussée de fièvre mercredi, propulsant les cours à des niveaux jamais vus en réaction à la fébrilité des investisseurs devant une demande qui accélère et des stocks déprimés à l'orée de l'hiver.

« La flambée actuelle des prix de l’énergie en Europe est vraiment unique », ont réagi les analystes de Société Générale, « jamais auparavant les prix de l’énergie n’avaient augmenté aussi haut et aussi vite ». En six mois, ils ont été multipliés par plus de sept.

Mercredi, le cours européen de référence, le TTF néerlandais, s’est envolé à 162,15 euros peu avant 08H30 GMT, un record, quand le prix du gaz britannique pour livraison le mois prochain a atteint 347,27 pence par thermie (une unité de quantité de chaleur).

Les deux marchés ont quelque peu ralenti après un pic de hausse de 35% mais engrangeaient toujours des gains de plus de 10% sur la séance vers 11H30 GMT.

Interrogé par l’AFP, l’analyste de Commerzbank Carsten Fritsch voit dans cette accélération très forte des prix un « mouvement de panique et de peur » face à des stocks bas à l’approche de l’hiver dans l’hémisphère nord.

La plupart des observateurs de marché mettent aussi en avant la demande asiatique, notamment chinoise.

Les contraintes environnementales limitant l’exploitation du charbon ont en effet entraîné de pénuries d’énergies mettant certaines usines au ralenti, ce qui entraîne un report soudain de la demande sur le gaz.

– Déni russe –

Les analystes d’ING ajoutent un ensemble de facteurs composés « de prix élevés de l’électricité, d’une offre limitée en provenance de Russie et la possibilité d’un hiver plus froid ».

Le Kremlin a cependant affirmé mercredi que la Russie n’avait « rien à voir » dans l’envolée récente des prix du gaz.

« Nous insistons sur le fait que la Russie n’a et ne peut avoir aucun rôle dans ce qu’il se passe sur le marché du gaz en Europe », a déclaré Dmitri Peskov dans sa conférence de presse téléphonique quotidienne.

Certains en Europe comme aux Etats-Unis accusent Moscou de ne pas ouvrir suffisamment les robinets afin d’obtenir la mise en service au plus vite de son gazoduc controversé vers l’Allemagne, Nord Stream 2, achevé et dont le remplissage a commencé.

Les cours du pétrole ont également atteint mercredi de nouveaux sommets en plusieurs années: les contrats de référence de part et d’autre de l’Atlantique, le Brent de la mer du Nord et le WTI américain, ont culminé à 83,47 dollars et 79,78 dollars le baril, une première depuis respectivement octobre 2018 et novembre 2014.

– Protéger le consommateur –

Face à cette hausse incontrôlée des cours, les responsables politiques européens tentent de réagir pour rassurer les consommateurs et limiter l’impact sur leurs factures de gaz.

Le Premier ministre français Jean Castex a par exemple promis mardi « d’agir sur le levier fiscal en cas de nécessité », si « les cours internationaux du gaz ne rebaissent pas au printemps » 2022.

« Ce qui importe pour les usagers, c’est que leur facture n’augmente plus », a insisté le Premier ministre interrogé lors des questions au gouvernement par la cheffe des députés PS Valérie Rabault, en assurant « protéger le pouvoir d’achat » des Français.

Le locataire de Matignon avait annoncé jeudi dernier « un bouclier tarifaire » avec le blocage du tarif réglementé du gaz jusqu’en avril et la limitation de la hausse de l’électricité, répondant comme dans d’autres pays européens à la flambée des prix de l’énergie.

La France, accompagnée de l’Espagne, de la République tchèque, de la Grèce et de la Roumanie, a estimé mardi qu’une « approche commune » devait être adoptée en Europe pour tempérer cette flambée.

Outre-Manche, Boris Johnson n’a pas annoncé de mesure comparable au « bouclier tarifaire » français mais le plafond des prix du gaz pour les particuliers au Royaume-Uni a été relevé de 12%. Le gouvernement a par ailleurs annoncé un fonds de 500 millions de livres pour aider les ménages défavorisés à payer leurs factures.

Le Premier ministre britannique vient par ailleurs d’annoncer l’objectif d’une d’électricité décarbonée d’ici 2035: une mesure aux vertus environnementales mais qui permettra aussi de ne plus dépendre des hydrocarbures venant de l’étranger, dont le gaz, assure-t-il.

lire aussi
  • | Le 27/5/2022 à 10:29

    CIH Bank : forte hausse de 66% du RNPG à fin mars 2022

    Le groupe a amélioré ses marges d'intérêts et marges sur commissions à fin mars 2022. Le PNB consolidé ressort en hausse de 14% par rapport à la même période en 2021. Les crédits à la clientèle s'améliorent de 3% par rapport à décembre dernier.
  • | Le 27/5/2022 à 8:47

    Auto Nejma : baisse de 7,5% du chiffre d'affaires au premier trimestre 2022

    Le groupe a subi les difficultés d'approvisionnement et les pénuries découlant de la crise des semi-conducteurs. Le nombre des véhicules vendus au premier trimestre 2022 recule de près de 12%.
  • | Le 27/5/2022 à 8:20

    Ciments du Maroc : hausse de 11% du chiffre d'affaires à fin mars 2022

    Le groupe a vu son chiffre d'affaires se fixer à 955 MDH au premier trimestre. Les investissements progressent de 78% notamment en lien avec la construction du centre de broyage de Nador.
  • B.B | Le 26/5/2022 à 17:40

    Les foncières de la cote affichent une résilience qui durera

    Dans un contexte général de retour d’aversion aux risques, les foncières Aradei Capital et Immorente Invest progressent grâce à leur rendement attractif et sécurisé. Le secteur demeure globalement préservé des aléas économiques exogènes. La volonté croissante des opérateurs de se défaire de leurs actifs immobiliers pour améliorer leurs investissements opérationnels sera favorable au secteur au long terme.