Les bénéfices des sociétés cotées augmenteront de 7,6% en 2022 (AGR)

B.B | Le 29/11/2021 à 19:24
Attijari Global Research a revu à la hausse ses prévisions de croissance des bénéfices des sociétés cotés de +14% à +22%. Les banques, les cimentiers et le secteurs énergétiques seront les principaux contributeurs. Les dividendes en 2021 sont attendus en hausse de 18%. LafargeHolcim Maroc et Eqdom intègrent le portefeuille Cash-Conversion et remplacent Cosumar et SMI.

Dans une note diffusée le 26 novembre 2021, la société de recherche Attijari Global Research a revu à la hausse ses prévisions de croissance des bénéfices et des dividendes des sociétés cotées en 2021-2022. Cela fait suite à différentes discussions avec le management des sociétés cotés et les réalisations financières de la cote au premier semestre.

La société de recherche a également révélé des modifications dans son portefeuille cash-conversion regroupant les 8 valeurs les plus à même de générer du cash à leurs actionnaires.

La cote a doublé ses bénéfices au premier semestre

AGR note que les sociétés cotées ont vu leurs revenus progresser de 7,6% au premier semestre 2021 à 127 milliards de dirhams, notamment grâce à la reprise de l’économie et le redémarrage de la demande. AGR note qu’en termes de profitabilité, trois constats majeurs sont à observer.

Premièrement, une hausse de 56% du résultat d’exploitation, induite principalement par la baisse du coût du risque des banques cotées (-33,3%) à fin juin et la non récurrence du don au fonds Covid-19. Deuxièmement, les bénéfices ont affiché une forte hausse semestrielle de +116% à 14,8 milliards de dirhams. « Cette appréciation significative est principalement attribuée à l’amélioration du résultat d’exploitation conjuguée à la non récurrence des contributions au fonds Covid-19 » précise AGR. Troisièmement, le marché action affiche une progression récurrente de 38,4% (re-traitée des dons au fonds Covid-19) de ses profits sur la même période.

Cette tendance haussière des bénéfices par rapport au S1-2020 a été notamment enregistrée par 54 sociétés de la cote, représentant 93% de la capitalisation globale du marché.

La hausse des bénéfices sur le six premiers mois de l’année a notamment été conduite par le secteur des banques, assurances, ciments et télécom qui à eux seuls ont affiché une hausse des bénéfices cumulés de +6,8 milliards de dirhams, « expliquant 87% de l’évolution globale de la masse bénéficiaire du marché » précise la société de recherche. Trois secteurs ont affiché des baisses de rentabilité sur la période, à savoir les mines, la grande distribution et les NTI. Cumulées, leurs baisses de bénéfices s’élèvent à 77 MDH.

Au vu de ces performances semestrielles en terme de rentabilité de la cote, AGR a décidé de revoir ses prévisions de croissance de bénéfices et des dividendes sur la période 2021-2022.

Une croissance des bénéfices de 22% au lieu de 14% en 2021

En termes de chiffre d’affaires, la société de recherche annonce avoir maintenu ses prévisions pour cette année. Elle table sur une appréciation de 5,1% cette année à 189,5 milliards de dirhams. « Pour l’exercice 2022, nous avons relevé nos prévisions de croissance de +4% initialement à +4,5% » précise AGR. Cela donnerait un chiffre d’affaires de 198 milliards de dirhams en 2022.

Concernant les bénéfices, la société a revu à la hausse ses prévisions de croissance de 14% initialement, à 22,4%. In fine, pour 2021, AGR anticipe des bénéfices de 25,2 milliards de dirhams. « A l’origine, la révision à la hausse des bénéfices des secteurs Banques, Ciment et Energie » explique la société de recherche. Elle poursuit : « En 2022, nous anticipons une évolution plus normalisée de la masse bénéficiaire agrégée de notre univers valeurs, soit de +7,6% contre une estimation initiale de +15% ». In fine, les bénéfices devraient se fixer en 2022 à 27,1 milliards de dirhams.

Sur la période 2021-2022, la masse bénéficiaire devrait être principalement conduite par trois secteurs clés. Les Banques, le Ciment et l’Energie. Le secteur bancaire devrait voir ses bénéfices (hors dons) progresser de 56,9% cette année et de 8,4% en 2022. Le secteur cimentier « devrait enregistrer une hausse moyenne de +6,0% durant la période étudiée » explique AGR. Une hausse induite par la reprise des ventes et la non récurrence des provisions financières. Le secteur des énergies (Taqa et Total Maroc, ndlr) devrait, quant à lui, voir ses bénéfices progresser de 15,5% cette année et de 9,2% en 2022.

Les dividendes attendus en hausse de 18% cette année

Compte tenue du bon dynamisme des sociétés cotées cette année, AGR anticipe une hausse de 18,1% des dividendes en 2021 à 18,5 milliards de dirhams et de 7,8% en 2022 à 20 milliards de dirhams. « En raison de la performance boursière des titres de l’AGR-30 observée en 2021, le D/Y offert devrait s’établir à 2,9% en 2021 contre 3,3% en 2022 » explique la société de recherche. Des niveaux de yield qui demeurent plus avantageux que les BDT à 5 ans qui s’affiche aux alentours de 2%.

Au sujet des rendements, certains secteurs devraient offrir des D/Y supérieurs à 4% sur la période 2021-2022. Il s’agit notamment du secteur des sociétés de financement, représenté par Eqdom avec un yield de 4,7% sur la période. S’en suit le secteur des télécoms avec un yield de 4,4% sur la période, « à travers Maroc Telecom qui devrait renouer progressivement avec sa politique de dividende historique à compter de 2021 ». Enfin, le secteur cimentier devrait afficher une politique de distribution optimale sur la période avec un rendement de 4,1%.

Prenant en compte ces facteurs, la société de recherche a décidé d’ajuster son portefeuille Cash-Conversion comprenant les 8 valeurs les plus à même de générer du cash, en retirant deux anciennes valeurs et en intégrant deux nouvelles.

Cosumar et SMI laissent la place à Lafarge et Eqdom dans le PTF Cash-Conversion

La société de recherche indique qu’au 1er novembre 2021 « la rentabilité du portefeuille s’élève à 20,3% en moyenne, dont 4,1% correspond au D/Y déjà perçu et 16,3% relative à la performance boursière affichée ». Ces performances sont notamment conduites par la bonne reprise économique et la reprise de l’indice MASI.

Néanmoins, deux valeurs ont quitté le portefeuille suite à la révision à la baisse de leur prévisions de croissance ou de la distribution de leur dividendes. Il s’agit de Cosumar et SMI. Désormais, ces valeurs ont été remplacées par LafargeHolcim Maroc et Eqdom.

Concernant le cimentier, l’entrée dans le PTF Cash-Conversion s’explique par les bonnes performances du groupe depuis le début de l’année et le rebond rencontré. « Au titre du premier semestre 2021, LafargeHolcim Maroc arrive à surperformer son secteur à travers une hausse de ses revenus de +25,6% contre +24,4% pour la consommation nationale du ciment » explique AGR. Le RNPG du groupe est ressorti à 1 milliard de dirhams au S1-2021 notamment grâce à la bonne tenue des ventes de ciments et malgré la légère baisse de la marge EBE à 52,3% contre 56%. Le groupe devrait également bénéficier de gains de parts de marché dans les provinces du sud avec l’ouverture de l’usine d’Agadir. « Compte tenu de ces réalisations, le Groupe serait en mesure de renouer avec ses niveaux de dividendes normatifs, soit de 66 DH/Action. Ceci correspond à un D/Y correct de 3% durant la période 2021-2022 » explique AGR.

>>> Lire aussi: Cimentiers : Rebond en 2021, marge, production, présence géographique… Round up du secteur

Eqdom de son côté bénéficie de la bonne reprise des crédits à la consommation cette année. La société de recherche explique : « la production des crédits de l’opérateur au S1-2021 affiche une progression de 48% lui permettant de revenir à ses niveaux semestriels observés avant la crise sanitaire, soit autour des 1.300 MDH ». Des performances portées principalement par le crédit Automobile (+86,0%) et le crédit Personnel (+28%).

Le groupe devrait également bénéficier d’une baisse du coût du risque. « Dans cette perspective, la capacité bénéficiaire récurrente d’Eqdom croîtrait de 73% annuellement sur la période 2020-2022E, passant de 41 MDH à 123 MDH » note AGR. Cela permettrait à la société de financement de renouer avec sa capacité de distribution historique. Le DPA est attendu en progression, passant de 65 DH à 75 DH durant la période 2020-2022. « Tenant compte d’un D/Y soutenable au-dessus des 4,5% contre 3,0% pour l’indice MASI, la valeur serait considérée parmi les valeurs de rendement les plus les attractives sur le marché boursier marocain » conclut AGR.

lire aussi
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.
  • | Le 19/1/2022 à 15:22

    Un projet d'OPA sur les actions Lydec sera déposé le 21 janvier

    Après avoir été suspendue de la bourse le 14 janvier dans l'attente d'annonces, Lydec informe que Veolia détient désormais 86,22% du capital de Suez (actionnaire majoritaire de Lydec). Le règlement-livraison des titres objet de l’offre est intervenu le 18 janvier 2022. De fait, un projet d’offre publique d’achat sur les actions Lydec sera déposé dans les 3 jours qui suivent, à savoir le 21 janvier.
  • | Le 19/1/2022 à 10:45

    Ciments du Maroc : Nouveau centre de broyage à Nador opérationnel en juillet 2022

    Avec une capacité de production de 700 000 tonnes de ciment par an, ce nouveau centre de broyage permettra d’accompagner le développement des régions du Nord et de l’Oriental.
  • | Le 18/1/2022 à 18:17

    AtlantaSanad : Les perspectives positives et la résilience séduisent le marché

    Le groupe a connu une forte croissance en bourse en 2021 grâce à de bons indicateurs opérationnels et à une reprise du marché action. Cette année, le titre affiche déjà une forte progression à la cote, supérieure à 10%. Les investisseurs apprécient sa résilience et anticipent des perspectives positives comme les résultats 2021 et le potentiel rapprochement avec Crédit Agricole SA et Holmarcom.