Le Top management de CIH revient sur la bonne performance de la banque au 1er semestre 2021

M.Ett | Le 19/9/2021 à 18:04
CIH bank a marqué une hausse de 479% de son résultat net part du groupe au cours du 1er semestre 2021 grâce au bon déroulement de l’activité commerciale et de l’amélioration du coût du risque. Voici comment ont évolué les principaux indicateurs commerciaux et financiers de a banque ainsi que les explications du Top management.

Le Top management de CIH bank a dévoilé les résultats consolidés de la banque, ce vendredi 17 septembre lors d’un webinaire, en expliquant leur évolution.

Les indicateurs commerciaux et financiers de CIH affichent une bonne mine.

Lotfi Sekkat, PDG de CIH Bank, a commencé le webinaire en annonçant les couleurs du contexte dans lequel a évolué la banque au cours du 1er semestre :

« Ce premier semestre a été particulier puisque la pandémie ne s’est pas estompée, même si les mesures qui ont été mis en place ont permis de retrouver une certaine activité économique. Pour notre part, nous avons été actifs dans l’accompagnement de nos clients à travers les produits mis en place par l’état, notamment Damane relance, Intelaka, etc. Nous avons eu une activité commerciale soutenue, notamment des dépôts et des crédits ».

Les dépôts clientèle consolidés de CIH ont en effet dégagé une progression de 6,8% en comparaison avec fin décembre 2020, pour s’établir à 57,4 MMDH. L’essentiel de la collecte a été fait sur les dépôts à vue qui représente à peu près 77%, soir une croissance de 8% par rapport à décembre 2020. En comparaison avec le premier semestre 2020, les dépôts clientèle ont augmenté de 18%.

De leur côté, les ressources marchés affichent un niveau de 9,11 MMDH, soit une hausse de 2,3%, essentiellement due à la hausse des ressources BSF, comme l’a souligné, Youness Zoubir, Directeur général adjoint en charge des finances, services à la clientèle et canaux alternatifs.

« Sofac a été très active en matière de recours à la dette privée, dans une logique d’optimisation du coût de refinancement », a-t-il indiqué.

En ce qui concerne les encours crédits consolidés, ils ont atteint 66,9 MMDH, en hausse de 6,3%, contre 62,98 MMDH en décembre 2020. En comparaison avec le premier semestre 2020, les crédits clientèle ont marqué une progression de 15%.

Représentant 52,8% de l’encours des crédits consolidés, les crédits hors immobiliers enregistrent une hausse de 8% par rapport à décembre 2020, pour s’établir à 35,4 MMDH.

Tenant compte de ces évolutions, le Produit net bancaire consolidé (PNB) s’est situé à plus de 1,5 MMDH contre 1,4 MMDH, en hausse de 7% par rapport à fin juin 2020. Cette performance résulte principalement de la progression de la marge nette d’intérêt de 23,1%, sous l’effet de la croissance de l’activité commerciale.

Le résultat brut d’exploitation consolidé ressort, quant à lui, 652,9 MDH, en hausse de 48,7% par rapport à la même période de l’an dernier.

Le coût du risque consolidé est en baisse en ce 1er semestre. Il s’est établi 221 MDH marquant ainsi une baisse de 46,7% par rapport à la même période de l’année précédente. Le taux du coût du risque est de 0,31% contre 0,68%.

Sur la base de tout ce qui précède, le résultat net part du groupe (RNPG) de CIH Bank ressort en forte hausse de 479% en s’établissant à 264,6 MDH contre 45,7 MDH une année auparavant.

Cette évolution tient en compte la non-récurrence du versement du Don au fonds covid, d’un montant de 150 MDH.

« Si on neutralise la charge du Don au fonds Covid-19, le Coex serait toujours en amélioration de 1,5% pour avoir une évolution normative de cet indicateur », indique le DG adjoint.

Le Coex, ou le coefficient d’exploitation bancaire, qui est un indicateur correspondant au rapport des charges d’exploitation divisé par le produit net bancaire ; s’est situé à 56,5% contre 68,7% une année auparavant.

Quelles prévisions pour le deuxième semestre 2021 ?

Pour le deuxième semestre de l’année, l’évolution du coût du risque reste imprévisible. Elle sera conditionnée par la situation sanitaire. « L’évolution de la situation sanitaire pourrait fortement impacté le coût du risque. Cela s’explique par le fait qu’en 2020, nous avons procédé à un gros provisionnement sur l’ensemble des activités, à l’image de tout le secteur bancaire, ce qui a donné place à de forts provisions, appelées PRG. Celles-ci sont toujours maintenues dans nos comptes. En fonction de l’évolution de la situation sanitaire, ces PRG pourront ou pas être reprises. Au cours du 1er semestre, il n’y a pas eu de reprise de PRG », explique le PDG de CIH.

Source : leboursier.ma

En ce qui concerne les perspectives de CIH Bank en termes d’ouverture au cours du 2ème semestre 2021, le PDG a indiqué que « notre objectif est d’ouvrir une 10e d’agences cette année. Nous avons ouvert 3 au 1er semestre (…) nous sommes aujourd’hui à 310 agences. Notre objectif est de dépassé la barre de 350 à l’horizon 2024-2025 ».

Les résultats du 2ème semestre pourraient suivre le même trend que celui observé au cours du 1er semestre. « Les résultats du 1er semestre comprennent les dividendes versés par nos filiales. On n’aura pas ce facteur au 2ème semestre. Mais en général, le 2ème semestre est meilleur que le 1er naturellement grâce à l’évolution des encours », souligne le PDG.

lire aussi
  • | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.
  • | Le 19/1/2022 à 15:22

    Un projet d'OPA sur les actions Lydec sera déposé le 21 janvier

    Après avoir été suspendue de la bourse le 14 janvier dans l'attente d'annonces, Lydec informe que Veolia détient désormais 86,22% du capital de Suez (actionnaire majoritaire de Lydec). Le règlement-livraison des titres objet de l’offre est intervenu le 18 janvier 2022. De fait, un projet d’offre publique d’achat sur les actions Lydec sera déposé dans les 3 jours qui suivent, à savoir le 21 janvier.