CMT : Baisse de 17% du chiffre d’affaires à fin septembre 2021

| Le 1/12/2021 à 10:39

Le chiffre d’affaires de la Compagnie Minirère Touissit s’est établi à 256 MDH à fin septembre 2021 contre 309 MDH pendant la même période de l’année précédente, soit une baisse de 17%.

D’après la communication financière de la minière, cette baisse est liée au décalage d’une expédition prévue à fin septembre mais réalisée en octobre.

L’investissement s’est situé à 24 MDH, portant essentiellement sur la recherche et les travaux de développement du nouveau puits.

L’endettement a augmenté de 115% en se situant à 385 MDH. Cette variation s’explique par l’emprunt obligataire 250 MDH contracté courant le 1er semestre et du remboursement du prêt BERD destiné au développement du nouveau puits.

lire aussi
  • | Le 27/5/2022 à 10:29

    CIH Bank : forte hausse de 66% du RNPG à fin mars 2022

    Le groupe a amélioré ses marges d'intérêts et marges sur commissions à fin mars 2022. Le PNB consolidé ressort en hausse de 14% par rapport à la même période en 2021. Les crédits à la clientèle s'améliorent de 3% par rapport à décembre dernier.
  • | Le 27/5/2022 à 8:47

    Auto Nejma : baisse de 7,5% du chiffre d'affaires au premier trimestre 2022

    Le groupe a subi les difficultés d'approvisionnement et les pénuries découlant de la crise des semi-conducteurs. Le nombre des véhicules vendus au premier trimestre 2022 recule de près de 12%.
  • | Le 27/5/2022 à 8:20

    Ciments du Maroc : hausse de 11% du chiffre d'affaires à fin mars 2022

    Le groupe a vu son chiffre d'affaires se fixer à 955 MDH au premier trimestre. Les investissements progressent de 78% notamment en lien avec la construction du centre de broyage de Nador.
  • | Le 26/5/2022 à 17:40

    Les foncières de la cote affichent une résilience qui durera

    Dans un contexte général de retour d’aversion aux risques, les foncières Aradei Capital et Immorente Invest progressent grâce à leur rendement attractif et sécurisé. Le secteur demeure globalement préservé des aléas économiques exogènes. La volonté croissante des opérateurs de se défaire de leurs actifs immobiliers pour améliorer leurs investissements opérationnels sera favorable au secteur au long terme.