Ce que l’on sait sur la cession des 35% du capital de Marsa Maroc par l’Etat

| Le 27/7/2021 à 18:53
Après l’annonce de l’opération ce 27 juillet, le cours du groupe a été suspendu à la cote. L’Etat, comme généralement pour les opérations de cette envergure, a octroyé une décote sur la cession de ses parts de l’ordre de 15%. Cette opération ne devrait pas affecter les activités opérationnelles de Marsa Maroc sur le court terme et ne concerne que la réorganisation du portefeuille de l’Etat.

Le 27 juillet, un communiqué du groupe Marsa Maroc informait que l’Etat allait céder 35% du capital à Tanger Med. L’opération est suspendue à des contraintes réglementaires évidentes. Elle est conclue, mais est actuellement en voie de réalisation. Il est à préciser que le montant global de l’opération est fixé à 5,48 milliards de dirhams. Néanmoins les détails de cette opération n’ont pas encore été dévoilés.

Le jour même, le cours de Marsa Maroc a d’ailleurs été suspendu de la cote. Dans une annonce faite le matin, la Bourse de Casablanca expliquait que : « Suite à la demande de l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux, la cotation des titres de capital de la société SODEP-Marsa Maroc est suspendue à partir du 27/07/2021, et ce en attente de publication d’informations importantes ». Les détails et contours de cette opérations seront donc bientôt révélés. L’objectif de l’opération, comme annoncé dans le communiqué de Marsa Maroc : « s’inscrit dans le cadre des Hautes Orientations Royales relatives à la réforme du secteur public. L’Etat poursuit ainsi sa politique d’accompagnement des différents secteurs stratégiques identifiés, notamment à travers les entreprises publiques qu’il contrôle ».

Peu loquace sur le sujet, une source au sein de Marsa Maroc nous confie : « Il s’agit d’une refonte du portefeuille de l’Etat et de la création de pôle publics plus forts. Après la mise en œuvre opérationnelle et les stratégies industrielles qui en découleront sont des choses qui viendront avec le temps ». Nous n’en saurons pas plus. Alors que sait-on pour le moment ?

L’Etat a appliqué une décote lors de l’opération

Aujourd’hui, comme l’indique la Bourse de Casablanca, la capitalisation totale de Marsa Maroc se situe à 18,33 milliards de dirhams. Le cours de l’action en bourse s’élève à 249,75  dirhams pour un total de 73.395.600 actions en circulation.

D’un point de vue arithmétique, on remarque que 35% du capital de Marsa Maroc équivaut donc à 6,41 milliards de dirhams (et non 5,48 milliards, ndlr), ce qui signifie que l’Etat a cédé ses parts à un cours inférieur (-14,5%) à celui affiché à la clôture de la séance du 26 juillet.

Il s’agit d’une décote opérée sur la transaction. Une source du marché nous confie : « Toute opération de cette envergure dépend de la négociation entre les deux parties. Pour conclure ce genre d’opération, généralement, l’État offre une décote par rapport au marché. C’est une pratique qui est normale. Nous pouvons nous rappeler la dernière opération en date concernant la vente sur le marché secondaire des actions de Maroc Télécom qui a été faite à une très bonne décote par rapport au cours affiché pré-opération ».

Pour notre interlocuteur cette opération ne changera pas l’activité du groupe Marsa Maroc. « Il s’agit d’une réorganisation du portefeuille de l’État. Marsa Maroc ne sera pas impacté d’un point de vue opérationnel sur le court terme. Sa présence à Tanger Med a déjà été ficelé avec un contrat de concession, donc il n’y aura pas d’avantage donné à Marsa Maroc ou Tanger Med, c’est plus un avantage pour l’Etat qui réorganise ses participations ».

En Bourse, le groupe Marsa Maroc affiche une belle croissance de 18,93% depuis le début de l’année, surperformant largement le MASI. Le groupe avait qui plus est, démontré une bonne résilience l’an dernier avec une légère progression en bourse de 1,45% alors que l’indice casablancais affichait une chute de 7,27% sur la période.

lire aussi
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.
  • | Le 19/1/2022 à 15:22

    Un projet d'OPA sur les actions Lydec sera déposé le 21 janvier

    Après avoir été suspendue de la bourse le 14 janvier dans l'attente d'annonces, Lydec informe que Veolia détient désormais 86,22% du capital de Suez (actionnaire majoritaire de Lydec). Le règlement-livraison des titres objet de l’offre est intervenu le 18 janvier 2022. De fait, un projet d’offre publique d’achat sur les actions Lydec sera déposé dans les 3 jours qui suivent, à savoir le 21 janvier.
  • | Le 19/1/2022 à 10:45

    Ciments du Maroc : Nouveau centre de broyage à Nador opérationnel en juillet 2022

    Avec une capacité de production de 700 000 tonnes de ciment par an, ce nouveau centre de broyage permettra d’accompagner le développement des régions du Nord et de l’Oriental.
  • | Le 18/1/2022 à 18:17

    AtlantaSanad : Les perspectives positives et la résilience séduisent le marché

    Le groupe a connu une forte croissance en bourse en 2021 grâce à de bons indicateurs opérationnels et à une reprise du marché action. Cette année, le titre affiche déjà une forte progression à la cote, supérieure à 10%. Les investisseurs apprécient sa résilience et anticipent des perspectives positives comme les résultats 2021 et le potentiel rapprochement avec Crédit Agricole SA et Holmarcom.