Bourse : Une hausse de 30% de la masse bénéficiaire ajustée est attendue en 2021 (CFG Bank)

| Le 10/11/2021 à 19:11
Selon CFG Bank, la masse bénéficiaire des sociétés cotés est attendue à 28,8 milliards de dirhams à fin 2021, proche des niveaux normatifs de 2019. Les banques et l’immobilier seront les principaux secteurs porteurs de cette évolution. La non récurrence des dons au fonds Covid et la bonne reprise économique amorcée cette année expliquent cette amélioration bénéficiaire. La hausse du MASI en YTD traduit le bon regain économique nationale et intègre également les perspectives de croissance de 2022 grâce au nouveau modèle de développement.

Dans une note diffusée le 9 novembre, CFG Bank a livré ses interprétations sur l’évolution de la masse bénéficiaire des sociétés cotés en 2021.

La société de recherche souligne les bonnes prévisions de croissance de 6,2% du PIB cette année, permettant d’essuyer (ou presque) l’intégralité des pertes subies l’an dernier avec une baisse de -6,3% du PIB par rapport à 2019.

Cette bonne évolution de la masse bénéficiaire en 2021 est poussée par différents facteurs. Au-delà de la bonne reprise économique qui concerne la quasi-totalité des secteurs, la non récurrence des dons au fonds Covid cette année boostera les bénéfices de la cote à la hausse.

Un rattrapage conduit par la non-récurrence des dons au fonds Covid-19

Dans un premier temps, CFG Bank explique avoir revu ses prévisions de la masse bénéficiaire à la hausse pour l’année 2021. Notamment « à la lumière des réalisations financières des sociétés cotées au titre du S1-2021 ».

Retraitée des éléments à caractères exceptionnels (dons au fonds Covid-19, ndlr), la masse bénéficiaire devrait se situer à 28.807 millions de dirhams en 2021, en hausse de 30% par rapport à l’an dernier. CFG Bank précise que « la masse bénéficiaire brute devrait pour sa part progresser de 66% à 29.275 MDH versus 17.599 MDH en 2020 ».

En effet, au-delà de la crise sanitaire et des répercussions économiques sur les sociétés cotés, les contributions ont pesé lourd sur les bénéfices de nombreuses entreprises de la place. Un impact estimé à 6,5 milliards de dirhams.

Les banques et l’immobilier principaux contributeurs à la hausse des bénéfices

Selon les prévisions de la société de recherche, tous les secteurs verront une progression de leur masse bénéficiaire par rapport à l’année 2020, sauf le secteur agroalimentaire qui verra ses bénéfices reculer de 316 millions de dirhams.

Cette année, la masse bénéficiaire ajustée sera principalement portée par le secteur bancaire. Les bénéfices 2020 ont lourdement été impactés par le niveau de provisionnement élevé engendré par la crise. Cette année, l’amélioration de la rentabilité sera palpable. CFG Bank anticipe une hausse de 46,5% des bénéfices du secteur à 11,5 milliards de dirhams. Cette hausse sera principalement conduite « par la reprise économique et la diminution progressive du coût du risque » explique la société de recherche.

Le secteur immobilier affichera une amélioration de 1.474 millions de dirhams cette année selon les prévisions de CFG Bank. Cela sera porté par le bon dynamisme des activités africaines et la reprise progressive du secteur. « Le secteur profitera également de la non-récurrence des provisions pour dépréciation constatées par Addoha et Alliances en 2020 sur certains terrains présentant des moins-values » souligne CFG. In fine, le secteur devrait renouer avec des bénéfices estimés à 168 millions de dirhams contre des pertes de 1,3 milliard de dirhams en 2020.

Les assurances et les cimentiers amélioreront leurs bénéfices mais ceux de l’agroalimentaire baisseront

Le secteur des assurances verra ses bénéfices progresser de 368 millions de dirhams cette année. L’an dernier, le secteur a été impacté par la hausse des impayés et la contre-performance des marchés financiers, notamment à travers « la baisse des rendements de dividendes de certaines sociétés et/ou la baisse du niveau de distribution dans une conjoncture marquée par la crise économique ».

Les cimentiers également devraient voir leur bénéfices se bonifier en 2021. D’après CFG Bank, une hausse de la masse bénéficiaire de 237 millions de dirhams est attendue cette année. Elle est notamment conduite par la hausse de la consommation de ciments en lien avec la reprise immobilières et les constructions. Il est à rappeler que la consommation de ciment était en hausse de 16,09% à fin octobre par rapport à la même période en 2020. Néanmoins, malgré la bonne conjoncture, « cette reprise devrait notamment être partiellement contrebalancée par une légère dégradation des taux de marges des opérateurs, principalement en lien avec la hausse observée des coûts du petcoke » explique la société de recherche.

En revanche, la masse bénéficiaire du secteur agroalimentaire devrait, quant à elle, reculer cette année. Une baisse de 316 millions de dirhams est anticipée par CFG Bank. Deux raisons principales expliquent cette contre-performance. Premièrement, « un effet de base défavorable en lien avec le phénomène de stockage observé suite à l’annonce du confinement en mars dernier » explique CFG. Deuxièmement, une forte hausse des cours des matières premières qui est venue rogner les marges et donc les bénéfices des acteurs de l’agroalimentaire. En effet, la hausse des prix des intrants n’a pas été entièrement répercutée sur les prix de ventes aux consommateurs.

Cette année, la masse bénéficiaire frôlera celle de 2019 grâce au rebond économique

La société de recherche précise que dans une précédente note concernant la masse bénéficiaire des sociétés cotés et son évolution : « nous anticipions un retour à une masse bénéficiaire normative égale à celle enregistrée en 2019 (retraitée principalement de la sanction de l’ANRT sur Maroc Telecom et de la provision pour dépréciation de Managem) quelque part à mi-chemin entre 2021 et 2022 ».

Au vue des réalisations des sociétés cotés au premier semestre 2021, la société de recherche maintient ses pronostics. La masse bénéficiaire cette année devrait s’afficher dans les même eaux que celle observée en 2019. La masse bénéficiaire ajustée en 2021 devrait être en légère baisse de 4,4% seulement par rapport à celle observée en 2019 à 30.126 millions de dirhams.

Ce fort rapprochement en terme de performance bénéficiaire par rapport à une année normative comme 2019 est notamment engendré par une gestion efficace durant la crise. « Actuellement, plus de 80% de la population âgée de plus de 12 ans est vaccinée, réduisant sensiblement la probabilité d’une nouvelle vague de contamination majeure et le risque d’un nouveau confinement. En effet, tout nouveau confinement aurait ralenti et/ou entravé la dynamique positive observée en 2021 » note la société de recherche.

Cette bonne performance est également accompagnée par des prévisions encourageantes concernant la campagne agricole et la croissance économique attendue à 6,2% cette année, récemment relevée par Bank Al Maghrib. Cette dernière absorberait presque totalement la baisse de 6,3% du PIB observée en 2020 par rapport à 2019.

La société de recherche précise que « sur les 10 premiers mois de 2021, le marché a essuyé l’intégralité des pertes enregistrées en 2020 et traite actuellement à des cours supérieurs au plus haut niveau enregistré en 2020, avant le recensement du premier cas de contamination au coronavirus au Maroc ». Pour CFG, la croissance en YTD du MASI (+20%) traduit le redressement de l’économie observée depuis le début de l’année. Mais la hausse observée reflète également « les effets attendus à moyen terme de la mise en oeuvre du nouveau modèle de développement et le lancement d’une nouvelle génération de projets et de réformes susceptibles d’entrainer le Maroc dans un nouveau cycle vertueux de croissance » explique CFG Bank.

lire aussi
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.
  • | Le 19/1/2022 à 15:22

    Un projet d'OPA sur les actions Lydec sera déposé le 21 janvier

    Après avoir été suspendue de la bourse le 14 janvier dans l'attente d'annonces, Lydec informe que Veolia détient désormais 86,22% du capital de Suez (actionnaire majoritaire de Lydec). Le règlement-livraison des titres objet de l’offre est intervenu le 18 janvier 2022. De fait, un projet d’offre publique d’achat sur les actions Lydec sera déposé dans les 3 jours qui suivent, à savoir le 21 janvier.
  • | Le 19/1/2022 à 10:45

    Ciments du Maroc : Nouveau centre de broyage à Nador opérationnel en juillet 2022

    Avec une capacité de production de 700 000 tonnes de ciment par an, ce nouveau centre de broyage permettra d’accompagner le développement des régions du Nord et de l’Oriental.
  • | Le 18/1/2022 à 18:17

    AtlantaSanad : Les perspectives positives et la résilience séduisent le marché

    Le groupe a connu une forte croissance en bourse en 2021 grâce à de bons indicateurs opérationnels et à une reprise du marché action. Cette année, le titre affiche déjà une forte progression à la cote, supérieure à 10%. Les investisseurs apprécient sa résilience et anticipent des perspectives positives comme les résultats 2021 et le potentiel rapprochement avec Crédit Agricole SA et Holmarcom.