Bourse de Casablanca : le MASI reprend sa hausse après une légère correction à la baisse

| Le 21/11/2021 à 10:33
Le MASI a connu une correction technique à la baisse après avoir atteint une hausse de 20% depuis le début de cette année. La baisse du poids du Maroc dans l’indice MSCI FM a également contribué à la légère baisse observée.

La bourse est peu dynamique depuis quelques semaines. Cette évolution intervient après une forte hausse du MASI, entamée il y a quelques semaines, et qui été jugée « exagérée » le « marché ayant dépassé son potentiel de hausse ».

Le MASI affichait en effet une hausse de 20% au 29 octobre dernier en se situant à 13.555,45. Cette hausse était portée en grande partie par les souscriptions OPCVM.

Le principal indice de la cote a depuis perdu 3% pour descendre à 17% à la clôture de la séance du jeudi 18 novembre, avant de se réorienter à la hausse ce vendredi.

A l’issue de cette séance, le MASI s’est stabilisé à 13.340,45, marquant une hausse de 18,19% depuis le début de cette année.

Evolution du MASI

Source : LeBoursier.

Les volumes échangés qui ont accompagné l’évolution récente du MASI sont un peu faibles, tournant autour de 70 -100 millions de DH.

La capitalisation boursière globale est passée de 698,3 milliards de DH au 28 octobre dernier à 687,8 milliards de DH ce vendredi, soit une baisse de 10,5 milliards de DH en moins d’un mois.

Sollicité par Leboursier, un analyste de la place explique : « Le MASI avait bien carburé au cours de ces derniers mois. Mais, après avoir effacé la perte observée en 2020 (-7%) et intégré les résultats consolidés publiés au titre du premier semestre, sa progression s’est maintenue. Il y a quelques semaines, sa hausse cumulée depuis le début de cette année dépassait les 20%. Sa progression devenait un peu décalée par rapport à ses fondamentaux ».

Ainsi, on assiste à une correction technique à la baisse. « Les indices ont commencé à corriger à la baisse. Le marché a un peu perdu de son dynamisme. Cela s’explique par le fait qu’il n’y a pas de nouveaux éléments à intégrer. Il faudrait peut-être attendre la fin de la période de publication des indicateurs d’activité du troisième trimestre. Même si ceux-ci ne devraient pas être très différents par rapport à ceux publiés au titre du premier semestre », souligne notre interlocuteur.

Sur le même registre, un deuxième analyste confirme qu’il s’agit d’une correction technique à la baisse qui est intervenue après une forte hausse.

Un autre élément a contribué à ce recul : la baisse du poids du Maroc dans l’indice MSCI FM réalisée il y a une semaine après la révision semi-annuelle des indices. « Il y a eu la baisse du poids du Maroc dans l’indice MSCI FM suite à l’entrée du Pakistan. Cela a déclenché un petit mouvement vendeur de la part des investisseurs étrangers », nous indique-t-il.

« Le marché finira par reprendre le chemin haussier déjà entamé. De plus, les opérations d’aller-retour qui commencent en cette période vont redynamiser le marché », anticipe-t-il.

lire aussi
  • | Le 27/5/2022 à 10:29

    CIH Bank : forte hausse de 66% du RNPG à fin mars 2022

    Le groupe a amélioré ses marges d'intérêts et marges sur commissions à fin mars 2022. Le PNB consolidé ressort en hausse de 14% par rapport à la même période en 2021. Les crédits à la clientèle s'améliorent de 3% par rapport à décembre dernier.
  • | Le 27/5/2022 à 8:47

    Auto Nejma : baisse de 7,5% du chiffre d'affaires au premier trimestre 2022

    Le groupe a subi les difficultés d'approvisionnement et les pénuries découlant de la crise des semi-conducteurs. Le nombre des véhicules vendus au premier trimestre 2022 recule de près de 12%.
  • | Le 27/5/2022 à 8:20

    Ciments du Maroc : hausse de 11% du chiffre d'affaires à fin mars 2022

    Le groupe a vu son chiffre d'affaires se fixer à 955 MDH au premier trimestre. Les investissements progressent de 78% notamment en lien avec la construction du centre de broyage de Nador.
  • | Le 26/5/2022 à 17:40

    Les foncières de la cote affichent une résilience qui durera

    Dans un contexte général de retour d’aversion aux risques, les foncières Aradei Capital et Immorente Invest progressent grâce à leur rendement attractif et sécurisé. Le secteur demeure globalement préservé des aléas économiques exogènes. La volonté croissante des opérateurs de se défaire de leurs actifs immobiliers pour améliorer leurs investissements opérationnels sera favorable au secteur au long terme.