Attijariwafa Bank et BCP toujours recommandées à la conservation par CFG Bank

| Le 6/10/2021 à 17:12
Les deux valeurs ont connu une bonne tenue de leurs indicateurs de profitabilité grâce à la non récurrence du don Covid. Une bonne dynamique des dépôts et des crédits est également observée, ainsi qu’une amélioration des marges. Les bénéfices d’Attijariwafa Bank augmenteront fortement cette année. La BCP est quant à elle bien positionnée pour accompagner le redémarrage des crédits post-Covid.

Dans son dernier Stock Guide publié le 4 octobre, la société de recherche CFG Bank a dressé les dernières recommandations et projections sur les valeurs de son portefeuille. Parmi les 18 valeurs, 3 bancaires y figurent. CIH Bank (achat), BCP (conservation) et Attijariwafa Bank (conservation).

Dans un précédent article du Boursier, les dernières projections concernant CIH avaient été présenté dans une note en réaction aux résultats semestriels du groupe.

Désormais, le groupe dresse ses perspectives concernant les deux plus grandes capitalisations bancaires de la place.

Attijariwafa Bank améliorera fortement sa profitabilité cette année

La société de recherche rappelle que durant le premier semestre, le groupe Attijariwafa Bank a pu conserver des indicateurs en bonne forme et afficher une profitabilité en amélioration. Pour CFG Bank, la performance du groupe provient tant de ses performances bancaires locales qu’internationales. Il est à rappeler que 33% du PNB du groupe est réalisé à l’international. « Les encours crédits nets consolidés augmentent de 2,5% YTD à 341,9 milliards de dirhams. Au Maroc, Attijariwafa Bank affiche une croissance de 3,2% YTD, en ligne avec la performance du secteur (+3% selon les statistiques de Bank Al Maghrib) » détaille CFG Bank.

Le groupe a également pu améliorer sa capacité bénéficiaire sur la période, notamment grâce à la non récurrence du don au fonds Covid-19, mais également grâce à la bonne tenue de la marge nette d’intérêt sur la période, en hausse de 1,8% à 8 milliards de dirhams. Sur la période, le résultat net consolidé s’affiche à 3,2 milliards de dirhams contre 1,6 milliard à la même période l’an dernier. En retraitant la charge du don au fonds Covid, la hausse s’élève à 38,1%. « La marge sur commissions s’établit à 2 546 millions de dirhams, en croissance de 14,3%, grâce aux bonnes performances tant au Maroc qu’à l’international avec des progressions respectives de +16,8% et +10,7% » précise CFG Bank.

Pour la société de recherche, les performances du groupe sont alignées avec les projections. La société de recherche anticipe un taux de croissance annuel moyen (TCAR) de 3,7% du PNB d’Attijariwafa Bank sur la période 2020-2023. Cette croissance sera principalement conduite par une croissance de 3,1% de la marge nette d’intérêt et de 5,1% de la marge de commission.

Le RNPG du groupe est attendu en forte hausse à 5 244 millions de dirhams en 2021 et devrait atteindre 6 797 millions de dirhams en 2023. Parallèlement le coût du risque devrait diminuer progressivement, passant de 1,52% en 2020 à 1,05% fin 2021, avant d’atteindre 0,61% en 2023, toujours au deçà du niveau de 2019 à 0,46%.

Source : leboursier.ma

Le titre est recommandé à la conservation et la société de recherche anticipe une stagnation du titre à 490 dirhams contre 488,5 dirhams à l’ouverture de la séance du 6 octobre.

BCP : Bénéfices en hausse cette année et une forte capacité à distribuer les crédits

La société réagi également aux performances du groupe Banque Populaire au premier semestre 2021. Dans un contexte encore marqué par les effets de la pandémie, le groupe a montré des performances notables sur la première moitié de l’année, notamment avec une bonne croissance du résultat net part du groupe en hausse de 52,5% à 1 548 millions de dirhams. CFG anticipe une hausse de 10,8% du titre à 305 dirhams contre 270,65 dirhams à l’ouverture de la séance du 6 octobre.

Source : leboursier.ma

Le PNB du groupe est ressorti en légère progression de 1,5% à 10,2 milliards de dirhams. Pour CFG Bank, cette amélioration du PNB provient de trois facteurs majeurs :

  • La hausse de 2,3% de la marge d’intérêt du groupe à 6 270 millions de dirhams.
  • Une croissance de 4,3% de la marge sur commissions à 1,7 milliard de dirhams
  • Une hausse de 2,8% des activités de marché à 1,8 milliard de dirhams

Le groupe, à l’instar des autres banques de la place connaitra une amélioration de sa profitabilité notamment grâce à la non récurrence du don de 500 millions de dirhams au fonds Covid. Le groupe bénéficiera également d’une diminution progressive du coût du risque par rapport à l’an dernier. Au premier semestre, il a baissé de 27,1% à 2 160 millions de dirhams. Il passera selon les projections de CFG Bank, de 2,25% en 2020 à 1,5% en 2021, avant d’atteindre 1,09% en 2023.

Pour la société de recherche, le groupe Banque Populaire « devrait enregistrer une croissance contenue des encours de crédit sur la période 2020-2023E (TCAM +3,2%) tirée principalement par les filiales internationales (+7,1% en moyenne) ». Cela devrait entrainer une croissance annuelle moyenne de son PNB de 2,4% sur la période 2020-2023. Cette année, il est attendu à 19,8 milliards de dirhams. « Cette croissance provient d’une amélioration contenue de la marge nette d’intérêts et d’une hausse de 3,1 % de la marge nette sur commissions » explique la société de recherche.

La BCP dispose également d’un avantage clé qui est la faiblesse de son ratio prêts/dépôts. Pour la société de recherche, cela démontre « la capacité de BCP à rattraper toute croissance potentielle de prêts après la crise COVID-19, avec un coût de financement inférieur ». Pour CFG Bank, le groupe pourrait également accentuer son recours à la dette subordonnée. Le groupe a un recours encore limité à cette dette (28% de son capital).

Pour la société de recherche, un plus grand recours à ce moyen de financement « permettrait d’augmenter le ROE du groupe et d’améliorer le rendement en libérant un surplus de capital supplémentaire pour ses actionnaires ». En 2021, le yield est attendu en hausse à 3,5% contre 2,5% en 2020.

lire aussi
  • | Le 16/5/2022 à 18:17

    Fitch Ratings maintient sa note « BB+ » sur la dette souveraine marocaine

    L’agence de notation américaine Fitch Ratings a maintenu sa note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à ‘BB+’ avec des perspectives stables. Elle anticipe une hausse de la dette et du déficit budgétaire en 2022 à cause du climat économique maussade, de la hausse des matières premières. Néanmoins, le royaume dispose de fondamentaux macroéconomiques stables, notamment au niveau de sa dette dont les trois quarts sont libellés en dirhams.
  • M.Ett | Le 16/5/2022 à 18:17

    Creusement du déficit de liquidité bancaire et hausse des taux obligataires

    Le marché monétaire connait un creusement de la liquidité bancaire. Cette tendance contribue à la poursuite de la hausse des taux sur le marché obligataire. Un expert du marché, joint par LeBoursier, apporte des explications et livre ses prévisions.
  • | Le 16/5/2022 à 9:30

    Managem : le chiffre d'affaires explose au premier trimestre 2022 à 2,8 MMDH

    Le groupe a bénéficié de la bonne dynamique des cours des métaux, surtout du Cobalt et du Cuivre. 33% du chiffre d'affaires trimestriel provient de la contribution de l'Or de la mine de Tri-K en Guinée. La production d'Argent a également augmenté. Le groupe annonce le lancement des travaux de construction du projet cuprifère de Tizert.
  • | Le 15/5/2022 à 16:47

    Les bénéfices de la cote devraient progresser de 8,6% à 29 MMDH cette année (BKGR)

    En 2022, la société de recherche anticipe une hausse de 6,7% des revenus de la cote à 241 MMDH porté par une amélioration de la dynamique commerciale du segment Financier et Industriel. La profitabilité sera tirée vers le haut par les Banques grâce à la baisse constante du coût du risque et par les acteurs pétroliers et gaziers. La masse des dividendes est anticipée en légère hausse de 2,5% à 19,7 MMDH.