Auto Hall : Le chiffre d’affaires consolidé progresse de 31% à fin septembre 2021

| Le 1/12/2021 à 10:52

Le chiffre d’affaires consolidé du groupe Auto Hall a atteint 4,1 milliards de DH, en croissance de 31% par rapport à 2019 et de 63% en comparaison avec 2020.

L’activité du groupe a été marquée par une bonne performance commerciale traduite par une augmentation des quantités avec l’amélioration de la part de marché VP/VUL à 14,7%.

D’après la communication financière du groupe, le marché automobile VP/VUL a affiché un retour à la croissance avec une hausse à fin septembre 2021 de 13% par rapport à 2019 et de 53% par rapport à 2020. Il est cependant à noter que le marché a affiché un recul durant le 3ème trimestre en raison de la perturbation de la production automobile mondiale suite à la pénurie des semi-conducteurs.

lire aussi
  • | Le 27/5/2022 à 10:29

    CIH Bank : forte hausse de 66% du RNPG à fin mars 2022

    Le groupe a amélioré ses marges d'intérêts et marges sur commissions à fin mars 2022. Le PNB consolidé ressort en hausse de 14% par rapport à la même période en 2021. Les crédits à la clientèle s'améliorent de 3% par rapport à décembre dernier.
  • | Le 27/5/2022 à 8:47

    Auto Nejma : baisse de 7,5% du chiffre d'affaires au premier trimestre 2022

    Le groupe a subi les difficultés d'approvisionnement et les pénuries découlant de la crise des semi-conducteurs. Le nombre des véhicules vendus au premier trimestre 2022 recule de près de 12%.
  • | Le 27/5/2022 à 8:20

    Ciments du Maroc : hausse de 11% du chiffre d'affaires à fin mars 2022

    Le groupe a vu son chiffre d'affaires se fixer à 955 MDH au premier trimestre. Les investissements progressent de 78% notamment en lien avec la construction du centre de broyage de Nador.
  • B.B | Le 26/5/2022 à 17:40

    Les foncières de la cote affichent une résilience qui durera

    Dans un contexte général de retour d’aversion aux risques, les foncières Aradei Capital et Immorente Invest progressent grâce à leur rendement attractif et sécurisé. Le secteur demeure globalement préservé des aléas économiques exogènes. La volonté croissante des opérateurs de se défaire de leurs actifs immobiliers pour améliorer leurs investissements opérationnels sera favorable au secteur au long terme.