Taux directeur : un statu quo en juin est anticipé

| Le 17/6/2021 à 14:52

Le taux directeur devrait rester inchangé lors du prochain Conseil de Bank Al-Maghrib, prévu le 22 juin 2021, d’après une source du marché.

Le deuxième Conseil de Bank Al-Maghrib de l’année 2021 est prévu le 22 juin. En attendant, LeBoursier a contacté un gestionnaire de fonds spécialisé dans les placements taux afin de voir les anticipations du marché par rapport à l’évolution du taux directeur.

« Lors de ce prochain Conseil de la banque centrale, nous tablons sur un statu quo », répond d’emblée notre source.

Rappelons que la Banque centrale a baissé à deux reprises le taux directeur en 2020, afin de contrer les effets de la crise du Covid-19. Le taux a été réduit de 25 points de base, mardi 17 mars, à 2%. La deuxième baisse a eu lieu mardi 16 juin. Le Conseil de BAM avait décidé de réduire de 50 points de base le taux directeur qui est passé à 1,5%.

Et d’expliquer : « On est dans un contexte macroéconomique marqué par une reprise de la croissance, on est à plus 5% maintenant, grâce notamment à la bonne compagne agricole. On est donc sur une année économiquement bonne. Côté inflation, elle connaît une timide hausse, surtout l’inflation importée à cause des matières premières mais on reste sur des niveaux très soutenables ».

C’est pour dire, qu’en ce moment, « il n’y a pas d’éléments plaidants en faveur d’un changement du taux », estime-t-il.

En revanche, « il y a un élément qui pourrait éventuellement faire réfléchir certains observateurs de la sphère économique : l’évolution du crédit. Si on regarde les chiffres à fin avril, ils ne sont pas complétement satisfaisants. Le crédit a du mal à redémarrer. L’évolution du crédit suit une trajectoire légèrement baissière, surtout sur la partie Consommation et Investissement, c’est-à-dire les crédits des biens d’équipement et les crédits à la consommation, qui sont des composantes très primordiales dans le sens où ça impacte l’économie », souligne notre interlocuteur.

A rappeler que les dernières statistiques monétaires de Bank Al Maghrib à fin avril 2021 montrent en effet une stagnation du crédit bancaire par rapport au mois précédent.

L’encours des crédits s’est élevé à 948,4 milliards de dirhams, en baisse de 377 millions de dirhams par rapport au mois précédent.

« Une action de politique monétaire pourrait éventuellement relancer le crédit. C’est à débattre. Mais, la transmission de la politique monétaire vers la sphère économique réelle est défaillante en quelque sorte. Ainsi, une nouvelle baisse du taux ne fera pas vraiment une différence », pense-t-il.

Donc, pour la problématique du crédit, il faut agir sur un autre mécanisme, en dehors du taux directeur.

« De plus, la Banque centrale a fait des efforts considérables avec trois baisses du taux et la libération de la réserve obligatoire. S’ajoute à cela l’injection de liquidité à hauteur de 100% chaque semaine. Bank Al-Maghrib a bien réagi. Il faut laisser l’économie se rétablir petit-à-petit », conclut-il.

 

 

lire aussi
  • A. E. Rh. | Le 29/7/2021 à 15:01

    TMSA - Marsa Maroc : Comment sera financée l'acquisition

    EXCLUSIF. L'Etat a annoncé la cession de 35% du capital de Marsa Maroc au groupe Tanger Med (Tanger Med Special Agency, dite TMSA). Une monétisation d'un actif de l'Etat qui ne dit pas son nom.
  • | Le 29/7/2021 à 14:08

    Réclamations bancaires : 826 plaintes reçues par Bank Al-Maghrib en 2020

    En 2020, 826 plaintes ont été déposées auprès de la Direction de la Supervision Bancaire et 7 sanctions disciplinaires ont été prononcées, d’après le rapport annuel de Bank Al-Maghrib.
  • | Le 29/7/2021 à 12:20

    La dette bancaire des ménages a atteint 369 milliards de DH en 2020

    Dans son rapport 2020 sur la supervision bancaire pour l’année 2020, Bank Al Maghrib souligne la hausse de l’endettement global des ménages et des entreprises non financières.
  • | Le 29/7/2021 à 12:10

    Voici comment a évolué le cadre légal et réglementaire des établissements de crédit en 2020

    Avec la crise du Covid-19, les priorités de la banque centrale ont été revues afin d’adopter le cadre légal et réglementaire au contexte de la crise. Voici les principales évolutions et les chantiers en cours.