Le boycott a fait des ravages : Centrale Danone affiche une perte sèche de 538 millions de dirhams en 2018

| Le 5/3/2019 à 10:35

Le Conseil d'administration prend acte des effets ravageurs du boycott lancé en 2018 contre les produits du groupe agroalimentaire. Aucun dividende ne sera distribué aux actionnaires. Les effets de cette crise inédite vont se prolonger jusqu'en 2019, indique le management de la firme. 

 Au titre de l’année 2018, le chiffre d’affaires consolidé de Centrale Danone ressort à 4,76 milliards de dirhams, en baisse de 27% par rapport à l’exercice 2017, du fait du boycott qui a impacté de façon "drastique" l’ensemble des activités.

L’Excédent brut d’exploitation (EBE) consolidé affiche lui un recul de 75% à 179 millions de dirhams. « Le plan d’économie des charges lancé après le boycott n’a pas permis de couvrir la totalité de nos charges fixes», souligne le groupe dans un communiqué.

Ainsi, le RNPG se solde par une perte de 538 millions de dirhams, en ligne avec le profit warning du 27 novembre 2018. Ceci correspond à une dégradation de 653 millions de dirhams par rapport à l’exercice 2017.

En raison de cette perte, le Conseil d’Administration proposera à l’AG, qui se réunira le 14 juin prochain, de ne pas verser de dividendes aux actionnaires.

«Face à cette crise inédite qui frappe durement Centrale Danone et son écosystème depuis le 23 avril 2018, Centrale Danone continue à tout mettre en œuvre pour satisfaire les besoins de ses consommateurs en restant une marque accessible et encore plus innovante, et en prenant les mesures d’adaptation de son organisation, permettant de retrouver progressivement le chemin d’une croissance rentable et durable», commente le management notant toutefois que les résultats financiers du premier semestre 2019 resteront fortement pénalisés par les conséquences de cette crise.

 

lire aussi
  • B.B | Le 23/9/2021 à 18:37

    Voici les raisons pour lesquelles BAM rachète les devises étrangères aux banques

    La banque centrale a racheté à date 671 millions de dollars de devises aux banques nationales. Une démarche qui intervient dans un contexte de surplus de devises sur le marché. Mais les placements en devises à l’étrangers ne sont pas avantageux non plus pour les banques étant donné les taux très bas et l’abondance de liquidités.
  • M.Ett | Le 23/9/2021 à 18:35

    OPCI : Noreddine Tahiri revient sur l’évolution de l’industrie depuis son lancement et sur ses dernières avancées

    Noreddine Tahiri, Directeur général de AjarInvest, nous parle du 6ème OPCI de la société, de l’évolution de l’industrie depuis son lancement au Maroc et de son rôle dans la relance du secteur immobilier
  • | Le 23/9/2021 à 18:33

    TotalEnergies Maroc : Alpha Mena change sa recommandation d’‘alléger’ à ‘vendre’

    Le groupe a bien profité de la remontée des cours du brent et de la hausse de la consommation par rapport à l’an dernier. Néanmoins, les restrictions qui demeurent comme le couvre-feu continuent d’affecter le chiffre d’affaires du groupe. Après une hausse de 33% en bourse en YTD, le potentiel du groupe est consommé pour Alpha Mena. Au long terme, les ventes de carburants devraient baisser dans le cadre de la baisse des émissions.
  • | Le 23/9/2021 à 18:32

    Label'Vie : M.S.IN recommande de conserver le titre dans les portefeuilles

    Les analystes de M.S.IN recommandent aux investisseurs de conserver le titre Label'Vie dans les portefeuilles, et anticipent une hausse de plus de 10% de son cours pour atteindre 4.746 DH