Le boycott a fait des ravages : Centrale Danone affiche une perte sèche de 538 millions de dirhams en 2018

| Le 5/3/2019 à 10:35

Le Conseil d'administration prend acte des effets ravageurs du boycott lancé en 2018 contre les produits du groupe agroalimentaire. Aucun dividende ne sera distribué aux actionnaires. Les effets de cette crise inédite vont se prolonger jusqu'en 2019, indique le management de la firme. 

 Au titre de l’année 2018, le chiffre d’affaires consolidé de Centrale Danone ressort à 4,76 milliards de dirhams, en baisse de 27% par rapport à l’exercice 2017, du fait du boycott qui a impacté de façon "drastique" l’ensemble des activités.

L’Excédent brut d’exploitation (EBE) consolidé affiche lui un recul de 75% à 179 millions de dirhams. « Le plan d’économie des charges lancé après le boycott n’a pas permis de couvrir la totalité de nos charges fixes», souligne le groupe dans un communiqué.

Ainsi, le RNPG se solde par une perte de 538 millions de dirhams, en ligne avec le profit warning du 27 novembre 2018. Ceci correspond à une dégradation de 653 millions de dirhams par rapport à l’exercice 2017.

En raison de cette perte, le Conseil d’Administration proposera à l’AG, qui se réunira le 14 juin prochain, de ne pas verser de dividendes aux actionnaires.

«Face à cette crise inédite qui frappe durement Centrale Danone et son écosystème depuis le 23 avril 2018, Centrale Danone continue à tout mettre en œuvre pour satisfaire les besoins de ses consommateurs en restant une marque accessible et encore plus innovante, et en prenant les mesures d’adaptation de son organisation, permettant de retrouver progressivement le chemin d’une croissance rentable et durable», commente le management notant toutefois que les résultats financiers du premier semestre 2019 resteront fortement pénalisés par les conséquences de cette crise.

 

lire aussi
  • | Le 16/5/2022 à 18:17

    Fitch Ratings maintient sa note « BB+ » sur la dette souveraine marocaine

    L’agence de notation américaine Fitch Ratings a maintenu sa note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à ‘BB+’ avec des perspectives stables. Elle anticipe une hausse de la dette et du déficit budgétaire en 2022 à cause du climat économique maussade, de la hausse des matières premières. Néanmoins, le royaume dispose de fondamentaux macroéconomiques stables, notamment au niveau de sa dette dont les trois quarts sont libellés en dirhams.
  • M.Ett | Le 16/5/2022 à 18:17

    Creusement du déficit de liquidité bancaire et hausse des taux obligataires

    Le marché monétaire connait un creusement de la liquidité bancaire. Cette tendance contribue à la poursuite de la hausse des taux sur le marché obligataire. Un expert du marché, joint par LeBoursier, apporte des explications et livre ses prévisions.
  • | Le 16/5/2022 à 9:30

    Managem : le chiffre d'affaires explose au premier trimestre 2022 à 2,8 MMDH

    Le groupe a bénéficié de la bonne dynamique des cours des métaux, surtout du Cobalt et du Cuivre. 33% du chiffre d'affaires trimestriel provient de la contribution de l'Or de la mine de Tri-K en Guinée. La production d'Argent a également augmenté. Le groupe annonce le lancement des travaux de construction du projet cuprifère de Tizert.
  • | Le 15/5/2022 à 16:47

    Les bénéfices de la cote devraient progresser de 8,6% à 29 MMDH cette année (BKGR)

    En 2022, la société de recherche anticipe une hausse de 6,7% des revenus de la cote à 241 MMDH porté par une amélioration de la dynamique commerciale du segment Financier et Industriel. La profitabilité sera tirée vers le haut par les Banques grâce à la baisse constante du coût du risque et par les acteurs pétroliers et gaziers. La masse des dividendes est anticipée en légère hausse de 2,5% à 19,7 MMDH.