Séance du 29/05/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

L’Agence Fitch Ratings a révisé, lundi 18 mai, les perspectives des notations d'Attijariwafa bank, de Bank of Africa et de CIH Bank de stables à négatives, tout en confirmant à " BB+ " la notation de défaut émetteur à long terme en devises étrangères et locales des trois banques.

Fitch révise les perspectives des notations d'Attijariwafa bank, Bank of Africa et CIH Bank

 | LE 19-05-2020 16:13
L’Agence Fitch Ratings a révisé, lundi 18 mai, les perspectives des notations d'Attijariwafa bank, de Bank of Africa et de CIH Bank de stables à négatives, tout en confirmant à " BB+ " la notation de défaut émetteur à long terme en devises étrangères et locales des trois banques.

Ces révisions suivennent après la révision par Fitch de la perspective de la note souveraine du Maroc de stable à négative compte tenu de l’impact négatif anticipé de la pandémie de Covid-19, explique l’Agence.

Fitch s’attend à ce que l’économie marocaine se contracte de 4,5% en 2020 et que la dette nette du Trésor augmente à 58% du PIB, contre 52,5% en 2019 et ce conformément à son scénario de référence. Il s'agit de la plus forte contraction du PIB du Maroc en 25 ans, qui sera accompagnée d'une forte augmentation des déficits extérieur et budgétaire et des ratios d'endettement.

Attijariwafa Bank et Bank of Africa sont classées comme des banques nationales d'importance systémique (DSIB). Fitch estime ainsi que les autorités auraient une forte propension à les soutenir si nécessaire. 

Cependant, la probabilité globale de soutien est modérée, étant donné la note souveraine "BBB-" du Maroc. Chose qui se traduit par une révision à la baisse du SRF (Support Ratio Floors) des banques par rapport à la note souveraine. En cas de déclassement souverain, Fitch conserverait la différence pour refléter cette considération.

De son côté, CIH, dont la part de marché est d'environ 4%, n'est pas une banque nationale d'importance systémique. Mais la participation indirecte de l'État dans la banque a une influence sur l'évaluation par Fitch du soutien et sur sa décision d'aligner son SRF (Support rating floors) sur celui des DSIB. Ainsi, le SRF de CIH est également réduit par rapport à la notation souveraine afin de refléter certaines limites liées à la flexibilité financière.

Fitch estime que la propension du Maroc à soutenir le secteur bancaire reste "élevée" en raison du rôle qu’il joue dans le financement de l’économie et de la volonté des autorités à préserver la stabilité financière alors que le pays met en œuvre ses plans de développement économique.

Selon Fitch, voici les facteurs pouvant, individuellement ou collectivement, conduire à une rétrogradation des trois banques:

- Les notes d'Attijariwafa Bank, de Bank of Africa et de CIH sont sensibles à un changement de la vision de Fitch concernant la capacité de l'État marocain à soutenir les banques. Ainsi, une révision à la baisse de la note souveraine marocaine entraînerait une révision à la baisse de leurs notes.

- La dégradation des SR (Support ratings) des banques nécessiterait une dégradation de la note souveraine marocaine,

- Les notes pourraient également être revues à la baisse ainsi que les SRF si Fitch conclut que la propension de l'Eta à soutenir les institutions financières marocaines s'est affaiblie. Cependant, Fitch estime que c'est peu probable à l'heure actuelle.

En face, une mise à niveau des notes de soutien des banques nécessiterait une mise à niveau de l'IDR (note de défaut émetteur) à long terme du souverain, ce qui est peu probable à court terme compte tenu des perspectives négatives.

>> Lire aussi : 

Fitch révise la perspective de la note souveraine du Maroc de stable à négative

Aller à