Séance du 03/04/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Produits classiques, valeurs mobilières, … deux professionnels du marché nous listent les choix qu’il faut privilégier par les entreprises qui désirent placer leur excédents de trésorerie.

Excédents de trésorerie : voici les placements à privilégier

Par Mouna Ettazy  | LE 15-01-2020 16:14
Produits classiques, valeurs mobilières, … deux professionnels du marché nous listent les choix qu’il faut privilégier par les entreprises qui désirent placer leur excédents de trésorerie.

Quand une entreprise arrive à générer un excédent de trésorerie, il faut le gérer d’une manière optimisée.

Selon un conseiller Clientèle des Entreprises chez une grande banque de la place, "chaque placement dépend d’un objectif spécifique à l’entreprise. Il est difficile de sélectionner un produit et dire qu’il s’agit du meilleur choix de placement". 

Et comme règle générale, "il faut noter que plus le placement est risqué, plus il y a la possibilité de réaliser des rendements importants", rappelle-t-il.

Les entreprises ne sont pas censées prendre des risques avec leurs excédents de trésorerie. C'est pourquoi il est préférable d'opter pour des placements à capital garanti.

Deux produits classiques à capital garanti se présentent aux entreprises : 

> Bons de caisse : C’est un placement qui permet de générer des revenus réguliers pendant une durée déterminée. Sa rentabilité dépend de la durée de souscription. 

"Le taux de rémunération sera faible vu que le capital est garanti", note notre interlocuteur. 

Ce placement peut servir de garantie en cas de demande de crédit (nantissement du Bon de caisse). La durée de placement est fixée à 3, 6, ou 12 mois. La rémunération est déterminée selon le taux en vigueur.
Le taux de prélèvement est de 20% sur les intérêts servis pour les personnes morales. 

> Comptes à terme : C’est un compte dans lequel l’entreprise peut déposer des fonds pour une durée déterminée. Le capital placé est entièrement garanti. Le taux de rémunération est connu dès la souscription. La rémunération dépend du taux en vigueur et de la durée du placement.

"Généralement, les entreprises qui placent leur excédent de trésorerie ne le font pas forcement pour le rendement. Elles le font pour optimiser la gestion de la trésorerie au lieu de laisser l’argent dormir sur leur compte", commente notre interlocuteur. 

La durée de placement est fixée avec le conseiller bancaire en fonction de l’horizon de placement de l’entreprise. La durée est fixée à 1, 2, 3, 6 ou 12 mois. 

Le taux de prélèvement est de 20% pour les personnes morales.

Pour ces deux types de produits, et en cas de besoin de trésorerie avant terme, l’entreprise peut demander une avance. Par ailleurs, si l’entreprise décide de sortir avant la date fixée, elle devrait payer une pénalité liée au rachat anticipé.

C’est pour cela "qu’il faut déterminer le besoin de l’entreprise et la durée envisagée pour le placement. A partir de cette étape, on peut proposer deux ou trois placements. Et c’est à l’entreprise de choisir, selon les avantages et les inconvénients de chacun", note notre interlocuteur.

Avant d’opter pour un type de placement pour les excédents de trésorerie, l’entreprise doit établir préalablement un plan de trésorerie afin d’avoir une visibilité concernant sa situation financière. Elle pourra par la suite déterminer une durée pour son placement qui doit être conforme à son plan de trésorerie.


Opter pour les OPCVM monétaires 

En dehors de ces produits de placement classiques destinés aux entreprises, il existe d’autres produits portant notamment sur les valeurs mobilières. 

Rachid Nagi, Directeur de la banque privée de l’Agence Banque privée de la Société générale à Rabat, nous indique que "généralement, nous orientons nos clients vers des OPCVM monétaires garantis. Ils sont liquides et sécurisés et permettent de rentabiliser la trésorerie". 

« Le placement est garanti. Il permet aux entreprises de gérer l’excédent de trésorerie. C’est pratiquement la seule solution garantie que nous proposons. Et c’est la pratique la plus courante parce qu’elle ne bloque pas l’argent, tout en générant un rendement», continue-t-il.

Les OPCVM monétaires sont constitués essentiellement d’instruments du marché monétaire. 

Ce produit de placement génère un rendement moyen inférieur à celui des autres catégories d’OPCVM (actions, obligataires, diversifiés) mais le risque est limité.

"Les entreprises sont tenues de ne pas prendre de risque lors de leur placement", rappelle-t-il.

Il permet également aux entreprises de liquider la totalité ou une partie de placement quand elles le souhaitent, car ces OPCVM sont par définition liquides.

Qu’en-est-il des placements en bourse ? "C’est une grande prise de risque", affirme M. Nagi. 

Tout d’abord, "il faudrait que le montant à placer soit vraiment un excédent dont l’entreprise est sûre qu’elle n’en aura pas besoin à moyen terme"

Investir en bourse présente un risque++. Aucun rendement ne peut être garanti. 

"Le décideur doit être en mesure de prendre cette décision [investir en bourse, ndlr]. Et l’entreprise doit être capable de gérer ses placements en suivant les cycles baissiers et haussiers de la bourse", conclut-il.


 

Aller à