Delattre Levivier Maroc sous sauvegarde judiciaire

A.E.H. | Le 19/12/2019 à 14:54

Après Stroc Industrie, Delattre Levivier Maroc est le deuxième représentant du secteur de la construction métallique et la deuxième société cotée en bourse à faire l'objet d'une procédure de sauvegarde.

Delattre Levivier Maroc est placée sous sauvegarde judiciaire. L’entreprise en difficulté a fait l’objet d’un jugement prononcé ce jeudi 19 décembre par le tribunal de commerce de Casablanca.

Le tandem Mohamed Amine et Fahd El Mjaber conduiront la procédure, le premier en tant que juge-commissaire et le deuxième en sa qualité de syndic.

Après Stroc Industrie, DLM est la deuxième entreprise de construction métallique à solliciter la protection de la juridiction commerciale. C’est aussi, avec Stroc, la deuxième société cotée en bourse à faire l’objet d’une procédure de sauvegarde. Un événement qui confirme la conjoncture difficile que connait le secteur.

C’est DLM elle-même qui a demandé son placement en sauvegarde, procédure introduite par la récente réforme du livre V du code de commerce. La requête a été enregistrée début décembre.

En optant pour cette procédure, le tribunal a estimé que DLM éprouvait des « difficultés qu’elle n’est pas en mesure de surmonter et de nature à la conduire, dans un avenir proche, à la cessation de paiement». C’est en effet la condition que pose le code de commerce pour l’ouverture de la sauvegarde.

Désormais, l’objectif est de permettre à DLM de «dépasser ses difficultés», en garantissant la poursuite de son activité, le maintien de l’emploi et le paiement des créanciers.

Le syndic Fahd El Mjaber dispose d’un délai de quatre mois pour dresser «un rapport détaillé» sur le bilan financier, économique et social de DLM. A la lumière de ce rapport, il doit proposer au tribunal soit l’adoption du plan de sauvegarde (qui ne dépasse pas 5 ans), soit sa modification ou la mise en redressement de l’entreprise. Dans le pire des cas, il peut proposer la liquidation.

Avantage de la sauvegarde, elle « suspend ou interdit » toute action en justice de la part des créanciers DLM dont la créance a son origine antérieurement audit jugement. Il arrête aussi les saisies appliquées sur ses biens.

Pour rappel, DLM fait face depuis 2018 à d'importantes difficultés de trésorerie, entre autres en raison de conflits relatifs à deux contrats importants avec des clients. La société avait affirmé avoir déclenché un plan de réduction des coûts, mais ses derniers résultats montrent que la situation financière continue à se dégrader.

Graph Delattre Lev. P

 

lire aussi
  • B.B | Le 23/9/2021 à 18:37

    Voici les raisons pour lesquelles BAM rachète les devises étrangères aux banques

    La banque centrale a racheté à date 671 millions de dollars de devises aux banques nationales. Une démarche qui intervient dans un contexte de surplus de devises sur le marché. Mais les placements en devises à l’étrangers ne sont pas avantageux non plus pour les banques étant donné les taux très bas et l’abondance de liquidités.
  • M.Ett | Le 23/9/2021 à 18:35

    OPCI : Noreddine Tahiri revient sur l’évolution de l’industrie depuis son lancement et sur ses dernières avancées

    Noreddine Tahiri, Directeur général de AjarInvest, nous parle du 6ème OPCI de la société, de l’évolution de l’industrie depuis son lancement au Maroc et de son rôle dans la relance du secteur immobilier
  • | Le 23/9/2021 à 18:33

    TotalEnergies Maroc : Alpha Mena change sa recommandation d’‘alléger’ à ‘vendre’

    Le groupe a bien profité de la remontée des cours du brent et de la hausse de la consommation par rapport à l’an dernier. Néanmoins, les restrictions qui demeurent comme le couvre-feu continuent d’affecter le chiffre d’affaires du groupe. Après une hausse de 33% en bourse en YTD, le potentiel du groupe est consommé pour Alpha Mena. Au long terme, les ventes de carburants devraient baisser dans le cadre de la baisse des émissions.
  • | Le 23/9/2021 à 18:32

    Label'Vie : M.S.IN recommande de conserver le titre dans les portefeuilles

    Les analystes de M.S.IN recommandent aux investisseurs de conserver le titre Label'Vie dans les portefeuilles, et anticipent une hausse de plus de 10% de son cours pour atteindre 4.746 DH