Delattre Levivier Maroc sous sauvegarde judiciaire

A.E.H. | Le 19/12/2019 à 14:54

Après Stroc Industrie, Delattre Levivier Maroc est le deuxième représentant du secteur de la construction métallique et la deuxième société cotée en bourse à faire l'objet d'une procédure de sauvegarde.

Delattre Levivier Maroc est placée sous sauvegarde judiciaire. L’entreprise en difficulté a fait l’objet d’un jugement prononcé ce jeudi 19 décembre par le tribunal de commerce de Casablanca.

Le tandem Mohamed Amine et Fahd El Mjaber conduiront la procédure, le premier en tant que juge-commissaire et le deuxième en sa qualité de syndic.

Après Stroc Industrie, DLM est la deuxième entreprise de construction métallique à solliciter la protection de la juridiction commerciale. C’est aussi, avec Stroc, la deuxième société cotée en bourse à faire l’objet d’une procédure de sauvegarde. Un événement qui confirme la conjoncture difficile que connait le secteur.

C’est DLM elle-même qui a demandé son placement en sauvegarde, procédure introduite par la récente réforme du livre V du code de commerce. La requête a été enregistrée début décembre.

En optant pour cette procédure, le tribunal a estimé que DLM éprouvait des « difficultés qu’elle n’est pas en mesure de surmonter et de nature à la conduire, dans un avenir proche, à la cessation de paiement». C’est en effet la condition que pose le code de commerce pour l’ouverture de la sauvegarde.

Désormais, l’objectif est de permettre à DLM de «dépasser ses difficultés», en garantissant la poursuite de son activité, le maintien de l’emploi et le paiement des créanciers.

Le syndic Fahd El Mjaber dispose d’un délai de quatre mois pour dresser «un rapport détaillé» sur le bilan financier, économique et social de DLM. A la lumière de ce rapport, il doit proposer au tribunal soit l’adoption du plan de sauvegarde (qui ne dépasse pas 5 ans), soit sa modification ou la mise en redressement de l’entreprise. Dans le pire des cas, il peut proposer la liquidation.

Avantage de la sauvegarde, elle « suspend ou interdit » toute action en justice de la part des créanciers DLM dont la créance a son origine antérieurement audit jugement. Il arrête aussi les saisies appliquées sur ses biens.

Pour rappel, DLM fait face depuis 2018 à d'importantes difficultés de trésorerie, entre autres en raison de conflits relatifs à deux contrats importants avec des clients. La société avait affirmé avoir déclenché un plan de réduction des coûts, mais ses derniers résultats montrent que la situation financière continue à se dégrader.

Graph Delattre Lev. P

 

lire aussi
  • M.Ett | Le 30/11/2021 à 17:18

    Bourse : le retour du manque de visibilité se confirme, voici la stratégie de placement à adopter (expert)

    Un expert en placement boursier conseille aux investisseurs de rester attentifs à l’actualité, et d’adopter une stratégie d’investissement prudente en misant sur les valeurs de fonds de portefeuilles et sur celles qui gardent de bonnes perspectives d’évolution.
  • | Le 30/11/2021 à 16:47

    Addoha: Hausse de 48% du chiffre d'affaires à fin septembre

    Le groupe a vu ses niveaux de préventes croitre de 20% à fin septembre. La bonne dynamique en Afrique de l'Ouest continue de se maintenir au troisième trimestre et la dynamique commerciale est stable au Maroc. Le groupe a acquis 3 nouveaux terrains à Abidjan pour 1 300 unités de moyen et haut standing. L'endettement diminue de 8% à fin septembre.
  • | Le 30/11/2021 à 16:09

    OCP: Forte hausse de 38% du chiffre d'affaires à fin septembre

    Le groupe a profité de la reprise de la demande mondiale et de la bonification des prix de vente sur la roche, les engrais et l'acide. Les chiffres d'affaires ont progressé sur tous les segments. En plus de cela, l'optimisation des coûts de production a permis de faire progresser de 9 points la marge d'EBITDA du groupe à 42%.
  • | Le 30/11/2021 à 15:24

    Sothema: Chiffre d'affaires en hausse de 18% à fin septembre

    Le groupe annonce que le lancement de la fabrication locale du vaccin Sinopharm démarrera 'très prochainement' pour assurer l'autosuffisance du Maroc et répondre à la demande continentale. La rentabilité s'améliore à fin septembre.