Tableau de bord

le 15/10/2019
MASI
MADEX

MASI Pts

medias24

Le secteur du ciment ne devrait pas se redresser de sitôt, estime CDG Capital dans son denier Equity Report. La banque d'affaires émet d'ailleurs un avis "neutre" sur les deux cimentiers cotés, LafargeHolcim et Ciment du Maroc. Les détails. 

Ciment : la croissance ne sera pas au rendez-vous en 2019

Par M. Ett. | LE 08-05-2019 16:02
Le secteur du ciment ne devrait pas se redresser de sitôt, estime CDG Capital dans son denier Equity Report. La banque d'affaires émet d'ailleurs un avis "neutre" sur les deux cimentiers cotés, LafargeHolcim et Ciment du Maroc. Les détails.

Selon les analystes de CDG Capital, le secteur du ciment devrait souffrir de la baisse du marché de logement qui représente 70% des débouchés du ciment.

La société de bourse rappelle que les mises en chantier de logements ont chuté de plus de 35% en 2018.

Dans ses estimations, CDG Capital considère qu’une stabilité des prix pourrait être remarquée pour cette année. Elle explique que l’inflation des coûts qui justifiait la hausse des prix durant les dernières années ne sera plus d’actualité pour l’année 2019.

Par ailleurs, un recul des volumes peut être bien supporté par les groupes cimentiers. Mais les coûts pourraient globalement reculer, soulignent les analystes qui indiquent que les prévisions pour l’année 2019 tablent sur une baisse du prix du baril de l’ordre de 5,9%.

‘’Ainsi, les cimentiers devraient bénéficier de la baisse de l’énergie (qui devrait suivre avec un effet retard de la chute du baril) qui représente en moyenne environ 15% du chiffre d’affaires’’, notent les analystes de CDG Capital.

Et d’ajouter :’’avec la baisse des prix du pétrole brut, les prix du diesel et fuel devraient également diminuer’’. 

Compte tenu de ce repli, CDG Capital s’attend à ce que les taux de fret baissent davantage (puisque le fuel constitue un des gros postes du compte d’exploitation des compagnies maritimes).

La banque d'affaires précise qu’elle ne prend en compte que 6,6% de baisse des coûts pour les cimenteries ce qui dépasse l’estimation de la baisse des volumes.

Les prévisions pour LafargeHolcim Maroc revues à la baisse 

A l’issue de la publication des résultats annuels de l’année 2018, CDG Capital a revu à la baisse ses prévisions pour LafargeHolcim Maroc pour l’année 2019.

La banque d'affaires indique également que les statistiques de ventes de ciments nationales laissent présager une perte de part de marché du groupe Lafarge.

‘’En dépit d’une appréciation des prix à l’échelle nationale de l’ordre de 3% en 2018, le groupe affiche un chiffre d’affaires en baisse de 2,7% alors les ventes de ciments sur le marché ont baissé de 3,7%’’, soulignent les analystes de CDG Capital. 

Et d’ajouter :’’ainsi sur l’année 2019 nous tablons sur un chiffre d’affaires du groupe de 7,81 milliards de DH en baisse de 0,8% comparativement à une année auparavant. Une baisse qui proviendrait principalement d’un effet volume’’.

Dans un contexte concurrentiel acharné conjugué à une baisse de la croissance du marché de ciment, le groupe devrait réaliser en 2019 des ventes de ciment de l’ordre de 6,75 MT contre 6,81MT (estimé) en 2018, selon les prévisions de CDG. 

Par ailleurs, la croissance devrait reprendre en 2020, soutenue par un contexte économique meilleur (prévision PIB à 4,0% en 2020 selon la BAD contre 2,9% en 2019) et le lancement de l’usine de Souss. D’une capacité annuelle de 1,2 MT, Lafarge devrait augmenter ses capacités de production de 15%.

Dans ce sillage, CDG Capital prévoit pour l’année 2020 sur un chiffre d’affaires de 7,98 milliards de DH, soit une progression de 2,1% comparativement à une année auparavant.

Le lancement de la nouvelle usine devrait améliorer sensiblement le profil de croissance interne du groupe LafargeHolcim, commentent les analystes de CDG Capital, en estimant que ‘’le groupe peut désormais espérer une croissance annuelle de volumes de 3% sur la période 2018-2028 avec un gain de part de marché de l’ordre de 3 points de base à partir de 2021 sur trois ans’’.

Toutefois, le taux d’utilisation des capacités au Maroc demeure légèrement faible (63% en 2018) et peut faire craindre en théorie de nouvelles guerres de prix, souligne la banque d'affaires

CDG Capital reste ainsi neutre sur la valeur. Plusieurs facteurs appuient son avis :

- Les chiffres d’activité publiés à fin décembre 2018 ont conduit les analystes de CDG Capital à réviser à la baisse leurs estimations pour les années à venir.

- En termes de valorisation, sur la base d’un cours objectif de 1.537 DH, le titre ne présente pas d’upside, il dégage une décote de -5,1% par rapport au cours du 23 avril 2019 (1.620 DH).

- En termes d’endettement, le groupe affiche à fin 2018 un gearing de 70,8% en 2018 contre une moyenne de 33,3% pour le secteur.

CDG Capital reste prudente sur Ciments du Maroc 

CDG Capital trouve qu’en dépit d’une baisse de 3,7% de la consommation de ciments au Maroc en 2018, le groupe Ciments du Maroc affiche des ventes en repli de seulement 2,7% laissant présager un gain de part de marché au détriment d’autres cimentiers. 

La part de marché de Ciments du Maroc s’est appréciée de 0,2 point passant de 23,5% en 2017 à 23,7% en 2018.

Les analystes de CDG Capital tablent sur une évolution négative du chiffre d’affaires de Ciments du Maroc de 0,8% avec comme la hypothèse stabilité des parts de marché et ce, suite à un éventuel affaiblissement de l’économie marocaine en 2019.

De plus, ‘’malgré la bonne situation actuelle en termes de rentabilité, nous notons un gros risque pour le groupe CIMAR, notamment la mise en service de l’usine de LafargeHolcim dans la région de Souss courant de 2020’’, souligne la société de bourse.

Les volumes devraient être en baisse durant la période 2021-2023 en moyenne de -1,5%, ce qui pèsera sur le résultat opérationnel qui devrait également reculer durant cette période de 5,3% en moyenne, notent les analystes de CDG Capital. 

Ciments du Maroc reste un groupe de taille modeste, estime la banque d'affaires. ‘’En dépit de sa forte capacité à dégager du cash flow, son potentiel d’acquisition (et les synergies afférentes) reste limité par rapport à celui des groupes de plus grande taille’’.

Ce sont autant d’éléments qui ont poussé CDG Capital à rester neutre sur la valeur en l’évaluant à un cours objectif de 1.528,5 DH. La décote observée du titre ressort actuellement à 7,2% de sa juste valeur par rapport au cours du 23 avril (1.426 DH).
 

Page d'accueil Bourse