Séance du 03/04/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Les investisseurs étrangers étaient en position vendeuse sur le marché marocain en 2019. Le reclassement du Maroc au niveau de l’indice MSCI des marchés frontières, attendu en mai prochain, pourrait changer la donne, mais rien n'est encore sûr.

Bourse : A quand le retour des investisseurs étrangers ?

Par M. Ett. | LE 19-02-2020 
Les investisseurs étrangers étaient en position vendeuse sur le marché marocain en 2019. Le reclassement du Maroc au niveau de l’indice MSCI des marchés frontières, attendu en mai prochain, pourrait changer la donne, mais rien n'est encore sûr.

Pendant l’année écoulée, les investisseurs étrangers avaient une position vendeuse sur le marché boursier marocain, d’après les données publiées par l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC).

Dans le détail, les achats des investisseurs étrangers, personnes morales étrangères (PME) et les personnes physiques étrangères (PPE), sur le marché actions marocain (central et blocs) ont totalisé 3,80 milliards de DH, soit une part de 12,20% de l’ensemble du volume drainé durant cette année.

Toutefois, les ventes ont dépassé les achats. Les investisseurs étranges ont réalisé un volume de vente de 4,67 milliards de DH sur le marché actions marocain.

Le retour des investisseurs étrangers sur le marché marocain est épié depuis plusieurs mois. Le reclassement du Maroc au niveau de l’indice MSCI des marchés frontières prévu en mai prochain apporte une lueur d’espoir.

Karim Hajji, Directeur Général de la Bourse de Casablanca, avait déclaré dans une conférence, organisée le 22 janvier à Marrakech, par la banque d’affaires russe Renaissance Capital, que «le poids du Maroc dans l’indice MSCI des marchés frontières, qui est actuellement de 9%, va passer à 15% lorsque le Koweït aura le statut de marché émergent en mai prochain ».

Et d’ajouter: "Avec ce poids-là, nous arriverons à un niveau où un dollar sur six investis dans les marchés frontières serait investi au Maroc, ce qui est même plus intéressant que d’être dans l'indice des marchés émergents. Mais pour le prestige, il est bien évidemment plus significatif d’avoir ce statut".

A rappeler que l’indice MSCI Frontier Markets auquel appartient le Maroc permet d'accroitre, a priori, la visibilité de celui-ci à l’international.

Interpellé sur le sujet du reclassement du Maroc dans l’indice MSCI et de l’impact anticipé en termes de retour des investisseurs étrangers sur le marché marocain, Bachir Tazi, Directeur de CFG Bank Capital Markets, estime que ce reclassement, «dans l’absolu, est une bonne chose, mais ce n’est pas encore acquis à 100%. La montée à 15% dans l’indice n’est qu’une première simulation ».

Et d’expliquer : « le MSCI pourrait intégrer d’autres valeurs sur d’autres marchés, ce qui risque de perturber la structure de l’indice. Si d’autres pays rejoignent l’indice, on risque de ne pas atteindre les 15% ».

Dans ce cas, « les managers qui traquent cet indice pourraient se permettre de faire l’impasse sur le marché marocain », continue-t-il.

De plus, « nous avons observé que l’indice Frontier est de moins en moins traqué par les investisseurs. Les fonds concernés par le benchmark sur les Frontier Markets deviennent de moins en moins nombreux. Les investisseurs s’intéressent plus à l’indice MSCI Emerging Market », ajoute-t-il. 

Donc même si le marché marocain devient un peu plus visible dans l’indice Frontier, cela ne garantit pas un retour effectif des investisseurs étrangers.

Aller à