Séance du 17/01/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Le maintien d'un contexte de taux bas au Maroc commence à modifier la perception du risque des investisseurs locaux, d’après une note de recherche d’Attijari Global Research qui prévoit que le MASI devrait se maintenir en hausse au cours des prochains mois.

Bourse : le MASI devrait poursuivre sa hausse au cours des prochains mois (Attijari)

 | LE 13-12-2019 15:23
Le maintien d'un contexte de taux bas au Maroc commence à modifier la perception du risque des investisseurs locaux, d’après une note de recherche d’Attijari Global Research qui prévoit que le MASI devrait se maintenir en hausse au cours des prochains mois.

Le principal indice de la cote affiche une performance depuis le début de l'année de 5,36% ce vendredi 13 décembre à la clôture de la séance.

Cette hausse n’était pas prévisible au début de l’année en cours et même il y a quelques semaines. Les anticipations des acteurs du marché divergeaient.

Jusqu'à fin octobre, la croissance du Masi se limitait à 1,06%.

Evolution du MASI depuis le début d’année

Graph MASI

Dans son dernier rapport de recherche, Attijari Global Research (AGR) table sur une poursuite de la hausse. Elle prévoit une croissance d’environ 5% du MASI au cours des prochains mois, maintenant ainsi son objectif des 12.300 points. Le Masi est actuellement à 11.973,63 points.

Les analystes constatent que l’appétit des investisseurs pour le risque s’est renforcé

D’après eux, les principaux signaux suivants sont constatés : 

> L’indice de confiance d’AGR a franchi le seuil des 50 points

L’indice affiche sont plus haut en deux ans à 51,9 points au quatrième trimestre de l’année 2019, en hausse de 3,6 points par rapport à l’édition précédente.

« Historiquement, le franchissement de la barre des 50 points est un signe avant-coureur de la reprise du marché Actions », notent les analystes. 

> La résilience des Big-Cap

Le critère de rendement des dividendes semble prendre le dessus sur celui de la « cherté » des titres. 

« Dans ces conditions, les grandes capitalisations offrent dans leur ensemble une meilleure visibilité par rapport à leur profil de croissance et à leur politique de distribution », commentent les analystes qui s’attendent à une poursuite de l'augmentation du dividende récurrent avec +4,1% au titre de l’exercice 2019.

Ainsi, avec un rendement de dividende moyen supérieur à 4%, les Big-cap représentent une alternative de placement crédible pour les investisseurs en quête d’arbitrage avec le marché obligataire. 

>>> Lire aussi : Bourse : L'évolution des 10 plus grandes capitalisations depuis fin 2018

> La révision à la baisse des exigences de rentabilité des investisseurs à l’égard des actions :

AGR souligne que le renforcement de l’appétit pour le risque chez les investisseurs au Maroc se reflète à travers deux indicateurs clés observés en 2019. 

Il s’agit de la baisse de la prime de risque calculée par AGR (selon la méthode du sondage) qui se situe à 5,8% au quatrième trimestre de l’année en cours contre 6,2% au deuxième trimestre. 

« Il s’agit du plus bas niveau jamais observé sur le marché marocain depuis 2008, soit plus de 11 ans », commentent les analystes. 

Selon eux, « ce réajustement attendu de la prime de risque impliquerait une hausse technique des cours fondamentaux des titres cotés de 7% en moyenne ».

S’ajoute à cela, l’amélioration du taux de sursouscription des OPV en bourse. Celui-là s’est établi à 15,4x.

« Durant les phases propices à l’appétit pour le risque, ce taux s’établissait à 22,2x contre 3,4x en période de forte aversion ». 

>>> Lire aussi : OPV Maroc Telecom : 25.000 souscripteurs ont participé à l'opération

> Un environnement durable de taux bas

63% des investisseurs qui font le marché, sondés par Attijari anticipent un statu quo du taux directeur de Bank Al-Maghrib contre 29% qui s’attendent à un relèvement de ce taux pour la fin d’année. A l’opposé, aucun investisseur sondé ne prévoit un relèvement du taux directeur. 

Selon AGR, ces résultats reflèteraient l’état d’esprit des investisseurs qui semblent de plus en plus convaincus quant au caractère durable des taux bas au Maroc. 

>>> Lire aussi : Bons de Trésor : "La baisse des taux devrait se poursuivre à fin 2019" (CDG Capital)

Aller à