Séance du 09/04/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Dans son portefeuille Actions 2020, le secteur bancaire est représenté par trois grandes valeurs défensives de la place. Voici les arguments des analystes de la firme de recherche.

BMCE Capital Research mise sur trois valeurs bancaires : voici pourquoi

Par Hamza Chahli | LE 23-01-2020 16:37
Dans son portefeuille Actions 2020, le secteur bancaire est représenté par trois grandes valeurs défensives de la place. Voici les arguments des analystes de la firme de recherche.

Le portefeuille Actions de BMCE Capital Research pour 2020 comprend trois valeurs du secteur bancaire, à savoir Attijariwafa bank, BCP et CDM, avec une pondération respective de 11%, 9% et de 3%, portant la pondération du secteur à 23% dans le portefeuille de BKR contre 19% en 2019.

La sortie de la valeur CIH et l’intégration de CDM fut le principal changement au niveau de ce secteur.

Attijariwafa bank: la vedette du portefeuille Actions de BKR

Avec une pondération de 11% dans le portefeuille de BKR et 47,8% de son secteur, Attijariwafa bank est la valeur phare du portefeuille. Les analystes de BKR tablent sur un cours cible de 497 DH, contre un cours de 507 DH sur le marché boursier à la clôture de la séance du mercredi 22 janvier.

Selon ces analystes, le choix de cette valeur repose sur plusieurs arguments. Ils mettent en avant son potentiel à afficher des réalisations en progression en 2020 avec une hausse attendue de 5,1% du RNPG, à 6,2 milliards de DH.

Ils avancent également que "la banque dispose des moyens de ses ambitions". En effet, celle-ci a effectué en 2019 trois émissions obligataires subordonnées (totalisant 3 milliards de DH), dont deux perpétuelles avec mécanismes d’absorption de pertes et d’annulation de paiement des coupons.

Par ailleurs, BKR évoque l’intention d’Attijariwafa bank de consolider son positionnement à l'international via le lancement de la 2ème étape de développement africain du groupe avec une priorisation de certains pays à très fort potentiel économique, démographique et bancaire en Afrique anglophone et la conclusion de nouvelles alliances à l’international, notamment un partenariat avec une institution en Chine (BANK OF CHINA) et au Japon (MIZUHO BANQUE), devant permettre à la Banque d’étendre sa présence en Asie.

BKR note toutefois comme limites le mauvais comportement de la zone CEMAC en lien avec la crise causée par la baisse des prix du pétrole ainsi que par une réglementation des changes très contraignante. Sans oublier le contexte de compression des marges et investissements importants en termes de système d’information en Egypte impactant négativement sa filiale locale.

BCP: une valeur historique dans le portefeuille de BKR

Le bureau de recherche de BMCE capital valorise l’action BCP à 276 DH, soit presque son cours boursier du mercredi 22 janvier (276,95 DH).

Pour cette valeur, les analystes exposent comme arguments le renforcement majeur de son capital en 2019 suite à une augmentation de capital de 4,96 milliards de dirhams, devant permettre un dynamisme de l’activité commerciale de la banque.

En outre, la banque dispose d’un matelas de provisions très confortable (une PRG de 4,2 MMDH au S1 2019 dont l’affectation est libre à hauteur de 50%) lui permettant de faire face aux différents changements réglementaires impactant le secteur.

BKR met également en avant la stratégie d'expansion en Afrique de la BCP, marquée par la finalisation de l’acquisition de 3 actifs bancaires du Groupe BPCE en Afrique (BICEC, BMOI, BCI) lui garantissant une contribution de près de 1,7 MMDH dans le PNB de la Banque en 2020. Néanmoins, cette expansion dans des pays à fort risque (dont le Congo, le Cameroun et Madagascar) engendrera une hausse du cout du risque en 2020 (+7,8%).

Crédit du Maroc: le nouvel entrant

Valorisée à 667 DH par BKR, CDM était échangée à 527 DH sur le marché, ce mercredi 22 janvier 2020, soit un potentiel de hausse de 26,5%.

Pour défendre ce choix, les analystes de BKR mettent en lumière la nouvelle stratégie de développement de la banque. En effet, une poursuite de l’amélioration des résultats de la banque est attendue grâce à sa nouvelle stratégie commerciale qualifiée d’agressive par les analystes. Cette amélioration devant se traduire par une croissance moyenne annuelle de près de 4% du PNB entre 2018 et 2023.

BMCE Capital Research évoque également le lancement de 3 projets majeurs pour un investissement d’un milliard de DH sur les 4 prochaines années dont la modernisation du Système d’Information pour une amélioration du service client, le lancement du projet « Agence du Futur » et la construction de son siège de 13 000 m2 pour un montant de 330 MDH.

Par ailleurs, CDM dispose d’un ratio de solvabilité très confortable (14,9% au S1 2019) sans lissage des impacts IFRS 9 lui permettant de poursuivre sans difficultés la distribution de crédits. Elle bénéficie également d’une diversification de son activité avec le lancement de sa fenêtre participative "ARREDA".

La banque se trouve toutefois heurtée à des limites. Notamment, une absence de relais de croissance en dehors du marché marocain et des investissements futurs très importants (1 MMDH) devant se traduire par une hausse du coefficient d’exploitation (une moyenne estimée à 55,6% sur la période 2019-2023 contre 54,3% en 2018).

Aller à