Séance du 17/01/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Cette levée se fera à travers deux opérations, portant sur un milliard de dirhams chacune. La première est une émission subordonnée, alors que la seconde est une émission subordonnée perpétuelle. Ces opérations ont pour objectif de renforcer les fonds propres réglementaires actuels d'Attijariwafa bank.

Attijariwafa bank veut lever 2 MMDH sur le marché obligataire

 | LE 13-12-2019 13:24
Cette levée se fera à travers deux opérations, portant sur un milliard de dirhams chacune. La première est une émission subordonnée, alors que la seconde est une émission subordonnée perpétuelle. Ces opérations ont pour objectif de renforcer les fonds propres réglementaires actuels d'Attijariwafa bank.

L'Autorité marocaine du marché des capitaux a visé, ce 12 décembre, deux prospectus relatifs à l'émission sur le marché obligataire de 2 milliards de dirhams par Attijariwafa bank.

Pour la première émission, portant sur un milliard de dirhams, Attijariwafa bank émettra 10.000 obligations subordonnées. Pour la seconde opération, portant sur le même montant, il s'agit d'un emprunt obligataire subordonné perpétuel avec mécanismes d'absorption de pertes et d'annulation de paiement des coupons.

Les deux emprunts sont ventilés entre plusieurs tranches, avec une seule tranche cotée pour l'émission obligataire subordonnée, qui dispose d'une maturité de 7 ans.

Toujours pour cette opération, les tranches proposées sont assortis de taux fixes avec prime de risque oscillant entre 2,97% et 3,24%; et des taux révisables avec prime de risque entre 2,87% et 2,97%.

L'emprunt obligataire perpétuel offre quant à lui un taux révisable chaque 10 ans avec prime de risque entre 5,23% et 5,33% pour les 10 premières années; et un taux révisable annuellement oscillant entre 4,62% et 4,72% pour la première année, toujours avec la prime de risque.

Les deux émissions sont réservées aux investisseurs qualifiés de droit marocain. Pour la négociation sur le marché secondaire, les obligations subordonnées perpétuelles sont strictement réservées à cet type d'investisseur.

La période de souscription aux deux émissions s'étale du 20 au 24 décembre inclus.

Ces opérations ont pour objectif de renforcer les fonds propres réglementaires actuels du groupe bancaire. Les fonds collectés par l'émission obligataire subordonnée seront classés parmi les fonds propres de catégorie 2, alors que ceux collectés à travers l'émission perpétuelle seront classés parmi les fonds propres de catégorie 1.

Le groupe Attijariwafa bank affiche également pour objectifs le financement du développement organique de la banque au Maroc et à l'international, et l'anticipation des différentes évolutions réglementaires dans les pays de présence.

Des prévisions maintenues pour les indicateurs

D'une autre part, Attijariwafa bank a maitenu les hypothèses relatives à l'évolution de ses indicateurs de rentabilité présentées en 2018 dans le cadre d'opérations similaires.

Ainsi, pour la banque au Maroc, le groupe s'attend à une hausse des crédits sains à la clientèle et des dépôts à vue de 5% chacun par rapport à 2018; avec une légère baisse de la marge nette d’intérêt, une croissance des commissions ; et une stabilisation du résultat des opérations de marché.

Sur le segment des sociétés de financement spécialisées (Wafasalaf et Wafabail) le groupe bancaire s'attend à une croissance de près de 4% de l'encours moyens des crédits à la clientèle, avec une quasi-stagnation des taux de rendement et une poursuite de la croissance des commissions.

Le groupe s'attend globalement à une maîtrise des charges et une stagnation du coût du risque au Maroc.

A l'international, Attijariwafa bank s'attend à une croissance des crédits sains à la clientèle de près de 8%, ainsi que des dépôts en croissance de près de 7% par rapport à 2018, avec une légère stagnation de la marge nette d’intérêt, et une croissance des commissions de 7%.

Elle s'attend également à une croissance globale des charges de 6% sur le même segment, une stagnation du coût du risque clientèle, et un impact négatif de près de 8% lié à l'évolution du taux de change TND/ MAD.

La banque indique que des éléments supplémentaires pourraient impacter négativement ses principaux indicateurs de rentabilité au titre de l’exercice 2019, notamment la première application de l’impôt sur la cohésion sociale pour les filiales marocaines faisant partie du périmètre de consolidation, l’impact des retraitements IFRS de la décote accordée aux salariés dans le cadre de l’augmentation de capital réservée aux salariés réalisée en décembre 2018 ; et la première application de la norme IFRS 16.

Par ailleurs, sur les deux prochains exercices, Attijariwafa bank prévoit un programme d’investissements de près de 2,3 milliards de dirhams qui s’étale sur la période 2019-2020.

Aller à