Séance du 12/08/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Lors de la conférence de présentation des résultats du groupe Label’Vie pour l’exercice 2019, la question de la concurrence a été posée sous plusieurs angles, touchant notamment au cas de BIM et des dernières déclarations du ministre du Commerce et de l’Industrie, ainsi qu’à l’impact de la fermeture des frontière avec Sebta et Melilia sur l’activité du groupe. 

Ce que pense le management de Label'Vie de BIM et de la fermeture des frontières avec Sebta et Melilia

Par M. Ett. | LE 03-03-2020 
Lors de la conférence de présentation des résultats du groupe Label’Vie pour l’exercice 2019, la question de la concurrence a été posée sous plusieurs angles, touchant notamment au cas de BIM et des dernières déclarations du ministre du Commerce et de l’Industrie, ainsi qu’à l’impact de la fermeture des frontière avec Sebta et Melilia sur l’activité du groupe.

Le top management de Label’Vie soutient la démarche du ministre du Commerce et de l'Industrie, Moulay Hafid Elalamy, concernant BIM et les pratiques concurrentielles exercées par le hard discounter turc.

Il explique : « le ministre a surement des données beaucoup plus importantes concernant l’industrie du hard discount au Maroc en général. (…). Il doit avoir des éléments qui le poussent à attirer l’attention sur ce point pour dire qu’il y a une certaine invasion turque ».

A rappeler que dans le cadre de la révision de l’accord de libre-échange (ALE) maroco-turc, le Maroc a demandé une liste de produits négatifs, des produits menacés par les importations turques et pour lesquels l'ALE ne doit pas s'appliquer.

Intervenant à ce sujet, le ministre du Commerce et de l'Industrie, Moulay Hafid Elalamy, avait déclaré que BIM entraîne la fermeture de plusieurs commerces marocains à chaque fois qu'il s'implante dans un quartier. Il avait ajouté que le discounter devra donc commercialiser au moins 50% de produits marocains ou arrêter son activité au Maroc.

La position du ministre montre qu’ « il joue pleinement son rôle qui consiste à défendre l’industrie marocaine ainsi que le distributeur et l’épicier marocain ».

Maintenant, « en ce qui nous concerne, BIM est certes un acteur de la distribution moderne au Maroc, mais nous ne sommes pas vraiment dans le même secteur. De plus, avec tous les acteurs constituant actuellement cette industrie au Maroc, nous ne représentons que 15 à 16% de part de marché. Le reste c’est de l’informel et du traditionnel». 

Ainsi, pour le top management de Label’Vie, s’il y a vraiment une concurrence dans le secteur, elle émane du « traditionnel » et de « l’informel ». 

L’éventuel impact de la fermeture des frontières avec Sebta et Melilia sur l’activité de Label’Vie

A la question qui concerne les mesures appliquées au Maroc afin de mettre fin à la contrebande provenant de Sebta et Melilia et de leur impact sur l’activité de Label’Vie, le top management du groupe a commencé par dire que « la fermeture n’impacte pas que quelques villes. Elle impacte le Maroc en entier tout en sachant que les plus grands marchands sont implantés en grande partie soit à Casablanca soit à Agadir ». 

Il affirme qu’ « on commence à sentir sur certaines catégories de produits une augmentation de la demande ». 

Ainsi, en parlant de l’impact anticipé sur le chiffre d’affaires du groupe, le top mangement de Label’Vie estime que « nous aurons de bonnes surprises dans les mois à venir ». Mais, « à présent, les commerçants vivent encore de leur stocks ».

>>> Lire aussi : Label'Vie : le résultat net consolidé progresse de 10% en 2019

Aller à