Tableau de bord

le 14/10/2019
MASI
MADEX

MASI Pts

medias24

En marge de la conférence de présentation des résultats semestriels de Marsa Maroc, ce mardi 8 octobre, la question du développement du groupe en Afrique a été soulevée. 

Concession portuaire : Marsa Maroc n’a pas été retenue pour l’appel d’offres au Cameroun

Par M. Ett. | LE 08-10-2019 
En marge de la conférence de présentation des résultats semestriels de Marsa Maroc, ce mardi 8 octobre, la question du développement du groupe en Afrique a été soulevée.

Marsa Maroc a présenté, ce mardi 8 octobre, les réalisations semestrielles du groupe.

A cette occasion, le top management a été questionné sur plusieurs points, notamment la suite de de la sélection dont a fait l’objet Marsa Maroc, avec quatre autres candidats, pour répondre à l’appel d’offres restreint relatif à la désignation du futur concessionnaire d’un terminal polyvalent au port Autonome de Kribi au Cameroun, comme annoncé par le groupe en septembre 2018.

Mohamed Abdeljalil, président du directoire de Marsa Maroc, a annoncé, ce mardi, que Marsa Maroc n’a pas été retenue pour ce projet.

"Nous n’avons pas concrétisé l’opération. Nous étions parmi les deux derniers short-listés pour ce projet. L’offre d’un concurrent a été jugée meilleure que la nôtre par l’autorité camerounaise", a-t-il déclaré.

A rappeler que Marsa Maroc avait également raté un marché au Ghana, comme l’avait indiqué Mohamed Abdeljalil lors d’une conférence précédente. Marsa Maroc a été présélectionnée parmi quatre autres opérateurs étrangers par l’Autorité des ports du Ghana, afin de présenter une offre en vue de l’exploitation d’un port spécialisé dans le vrac dans le pays.

Le président du directoire de Marsa Maroc a tenu à expliquer comment les projets portuaires sont conclus en Afrique.

"Nous investissons dans des infrastructures publiques dans le cadre des partenariats publics-privés. Les projets portuaires ne sont pas très nombreux. Il y en a beaucoup sur le papier, mais il y en a peu qui se concrétisent. Et souvent, il y a peu de projets qui se concrétisent dans les délais prévus. Donc c’est un travail de longue haleine", commente-t-il.

Et de continuer : "Nous dépendons beaucoup des politiques de développement des pays et de la manière avec laquelle ils les réalisent". 

"Nous continuons à regarder toutes les opportunités avec comme condition qu'elles répondent aux exigences de rentabilité de nos actionnaires et qu’elles se fassent dans des conditions conformes à l’éthique de l’entreprise", rassure-t-il.

"La concrétisation d’un marché peut arriver dans un an, deux ans ou trois ans,… mais ce qui est certain, c’est que la recherche va continuer", conclut-il.

                    >>> Lire aussi : Marsa Maroc : les bénéfices augmentent de 5,5% au premier semestre 2019

Page d'accueil Actus