Séance du 06/12/2019

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

L'endettement du groupe immobilier est à son niveau le plus bas. Alliances table sur cette force pour se lancer dans un nouveau cycle de développement, porté par de nombreux projets au Maroc et à l'international.

Avec un endettement stable, Alliances se prépare pour l'avenir

Par S.E.H. | LE 27-09-2019 
L'endettement du groupe immobilier est à son niveau le plus bas. Alliances table sur cette force pour se lancer dans un nouveau cycle de développement, porté par de nombreux projets au Maroc et à l'international.

Bien qu'Alliances Développement Immobilier ait dépassé l'ère où elle accumulait les pertes, la compagnie affiche un recul de ses bénéfices de 17% à fin juin 2019 en glissement annuel. Il est vrai que l'ensemble des promoteurs pâtissent d'une conjoncture particulièrement difficile, mais le top management d'ADI explique sa contre-performance par d'autres éléments.

"Durant les derniers mois, le groupe a connu quelques difficultés administratives, ainsi qu'une certaine lenteur dans le traitement des demandes de prêts sur certains de ses projets", a indiqué Amine Alami, Directeur général adjoint en charge des Finances et du Support du groupe Alliances, ce 27 septembre lors de la présentation des résultats semestriels de l'entreprise. "Sans ces éléments-là, nous aurions pu réaliser des performances plus importantes".

Il ajoute: "Malgré ces difficultés, le groupe reste serein, et continuera à œuvrer dans le sens du déploiement de sa stratégie de développement".

Le groupe rappelle également les avancées qu'il a réalisées en termes de désendettement; notamment son niveau de dette privée qui se situe actuellement à 2 milliards de dirhams et dont le rééchelonnement est toujours dans le pipe.

"Cette dette sera étalée sur dix ans, avec une franchise de trois ans, en intérêts et en principal. Cela laissera au groupe quatre ans avant de payer la première échéance, et lui permettra de se lancer dans de nouveaux projets", explique Amine Alami.

Celui-ci ajoute que la structure du rééchelonnement de la dette est finalisée auprès l'AMMC, et que celle-ci a tardé car elle devait intégrer les comptes du premier semestre dans la note d'information; d'autant plus qu'il ne s'agit pas d'une opération "classique".

"C'est une opération très particulière, et l'AMMC a pris son temps pour bien étudier le dossier", ajoute notre interlocuteur.

Pour sa part, l'endettement bancaire se situe à environ 200 millions de dirhams, à son plus bas historique. Au premier semestre de l'année en cours, Alliances s'est désendettée de 320 millions de dirhams, et ce sans recourir à des dations: "C'était un désendettement normal, effectué suite à la livraison de quelques projets. De plus, nous n'avons pas contracté de nouvelles dettes au premier semestre", souligne Amine Alami.

Ces réalisations offrent selon lui une bonne capacité d'endettement qui va accompagner la stratégie de développement du groupe, qui enregistre une véritable relance de son activité opérationnelle, avec un chiffre d'affaires hors dations qui passe de 446 millions de dirhams à fin juin 2018 à 1,05 milliard à fin juin 2019.

Alliances dispose également de plusieurs projets déjà lancés ou en cours de lancement, sur lesquelles l'entreprise table pour concrétiser sa stratégie de développement. Sur le pôle Habitat Social et Intermédiaire, le plus important pôle du groupe, l'entreprise table sur la livraison de 37.799 unités entre projets lancés et en cours de lancement, pour un chiffre d'affaires de 13,3 milliards de dirhams.

Pour le pôle Haut Standing, Alliances table sur la livraison de 600 unités, pour un chiffre d'affaires de près de 1,9 milliard de dirhams.

A l'international, plus précisément en Côte d'Ivoire, Alliances est en train de négocier les tranches ultérieures de son projet "Les Résidences Akwaba" à Abidjan avec des partenaires locaux, pour l'acquisition de 2.000 logements sur cette opération.

Le promoteur immobilier marocain a par ailleurs signé un nouveau contrat pour la réalisation du Siège du Conseil de l’Entente en R+20, dans la même ville, avec un investissement de 600 millions de dirhams.

Le Groupe a par ailleurs signé un protocole d’accord avec la république du Cameroun et la Banque Atlantique d’un montant de trois milliards de dirhams, prévoyant la construction et l’équipement de 8 centres hospitaliers régionaux, la construction de 800 logements sociaux et leurs équipements sociaux-culturels, et la réhabilitation de 3 plateaux techniques des hôpitaux de Douala et Yaoundé. Les premières livraisons ont débuté courant 2018 pour une livraison totale des projets en 2020.

Aller à