Séance du 09/12/2019

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Pour les six premiers mois de l’année en cours, le déficit du Trésor ressort à 21,8 milliards de dirhams contre 20,4 milliards un an auparavant, selon le dernier bulletin mensuel de la Trésorerie Générale du Royaume.

Comptes publics : le déficit budgétaire s’accentue de 6,9% à fin juin (TGR)

Par A.L. | LE 18-07-2019 
Pour les six premiers mois de l’année en cours, le déficit du Trésor ressort à 21,8 milliards de dirhams contre 20,4 milliards un an auparavant, selon le dernier bulletin mensuel de la Trésorerie Générale du Royaume.

Au titre du premier semestre 2019, le déficit du Trésor s’élève à 21,8 milliards de dirhams contre un déficit de 20,4 milliards à fin juin 2018, selon les dernières statistiques de finances publiques publiées par la Trésorerie Générale du Royaume (TGR).

Celles-ci révèlent une augmentation de 9,3% des recettes ordinaires brutes sans tenir compte du versement en 2018 de 24 milliards de dirhams du compte d’affectation spéciale intitulé « Compte spécial des dons des pays du Conseil de Coopération du Golfe » au profit du budget général, qui n’a pas impacté le solde budgétaire, selon le TGR.

Dans les détails, les recettes douanières nettes ont enregistré une hausse de 1,3% compte tenu de remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux de 38 millions de dirhams à fin juin 2019 contre 69 millions un an auparavant. Voici l'évolution des principales rubriques de ce poste de recette : 

 - Droits de douane : -6,1%

 - TVA à l’importation : +2,2%

- Taxe intérieure de consommation (TIC) sur les produits énergétiques : +4% 

Les chiffres de la TGR montrent également un accroissement de la TIC sur les tabacs manufacturés de 16,4% et des autres TIC de 2,3%.

De leur côté, les recettes nettes de la fiscalité domestique ont connu une hausse de 2,7%, compte tenu des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux qui se sont chiffrés à 4,5 milliards de dirhams à fin juin 2019 contre 2,7 milliards un an plus tôt. Voici leur évolution par rubrique : 

- les recettes de la contribution sociale de solidarité sur les bénéfices ont été de 1,9 milliard de dirhams ;

- l’IR a augmenté de +5,6%. A notre ici que les recettes de l’IR sur profits immobiliers ont connu une diminution de 22,5% par rapport à leur niveau de fin juin 2018 ; 

- l’IS ressort en baisse de 0,8%, compte tenu des restitutions qui ont été de 170 millions de dirhams à fin juin 2019 contre 522 millions un an auparavant, étant précisé qu’à fin décembre 2018, les demandes de restitution de l’IS ont été de 3,9 milliards de dirhams.

- la TVA à l’intérieur en baisse de 10,2%, compte tenu des remboursements supportés par le budget général qui ont été de 4,2 milliards de dirhams contre 2,02 milliards un an auparavant, étant précisé qu’à fin décembre 2018, les arriérés de remboursement de TVA ont été de 38,7 milliards de dirhams. 

A fin juin 2019, les remboursements (y compris la part supportée par les collectivités territoriales) sont de 6 milliards de dirhams contre 2,9 milliards un an auparavant ;

- les droits d’enregistrement et de timbre : +1,9%, sachant qu’à fin juin 2018, ces recettes avaient enregistré une baisse de 2% par rapport à leur niveau à fin juin 2017.

- les majorations de retard : -13,1%, compte tenu des dégrèvements qui ont été de 59 MDH à fin juin 2019 contre 73 MDH un an auparavant.

S’agissant des recettes non fiscales, celles-ci ont enregistré une baisse en raison notamment de la baisse des versements des comptes spéciaux du Trésor (CST) au profit du budget général et de la redevance gazoduc conjuguée à la hausse des recettes de monopoles, des recettes en atténuation de dépenses de la dette et à la rentrée de 3,3 milliards de dirhams au titre de la privatisation de Maroc Telecom.

Par rapport aux dépenses, le taux d’engagement global des dépenses est de 54% et le taux d’émission sur engagements ressort à de 79%, contre respectivement 54% et 80% un an auparavant.

Les dépenses ordinaires émises sont en hausse de 10,9%, en raison de l’augmentation de 3,7% des dépenses de biens et services, due à la hausse de 2,3% des dépenses de personnel et de 5,8% des autres dépenses de biens et services, de l’accroissement de 9,7% des charges en intérêts de la dette, de 121,1% des émissions de la compensation et de 65,4% des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux. 

Le montant global des remboursements de TVA à l’intérieur et à l’importation (y compris la part supportée par les collectivités territoriales) est de 6,3 milliards de dirhams au lieu de 2,9 millions à fin juin 2018.

Pour leur part, les dépenses d’investissement émises ressortent en augmentation de 2,3%, atteignant 32,3 milliards de dirhams à fin juin 2019, en raison de la hausse de 12,2% des charges communes et de la baisse de 4,3% des dépenses des ministères.
 

Aller à