Tableau de bord

le 18/10/2019
MASI
MADEX

MASI Pts

medias24

Elle appartient à Ménara Holding, groupe marrakchi détenu par la famille Zahid et actif dans les carrières, le BTP, le transport. Vaisseau amiral du groupe, la société dégage un chiffre d’affaires de 850 MDH pour une marge nette située entre 5 et 6%. Voici son histoire. 

Qui est Ménara Préfa, la société qui prépare son entrée en Bourse en 2021 ?

Par M.M. | LE 13-06-2019 
Elle appartient à Ménara Holding, groupe marrakchi détenu par la famille Zahid et actif dans les carrières, le BTP, le transport. Vaisseau amiral du groupe, la société dégage un chiffre d’affaires de 850 MDH pour une marge nette située entre 5 et 6%. Voici son histoire.

Ménara Préfa, c’est d’abord l’histoire d’un homme : Feu Abderrahmane Zahid, son fondateur, une figure connue du monde des affaires à Marrakech, où le groupe est installé.

Autodidacte, il a commencé dans les affaires dans les années 1970. Sa première activité : le transport de matériaux issus des carrières et de l’exploitation des oueds. Une activité portée dès 1976 par la société Tranpsort Ménara.

L’intuition du fondateur le poussera dès le début des années 1990 à étendre l’activité de la société à l’exploitation des carrières. Granulat, sable, gravette… la société exploite des oueds de la région et fournit, grâce à sa flotte de transport, les opérateurs du BTP.

Ménara Préfa : naissance d’un géant

C’est dans ce même esprit d’intégration horizontale que Haj Zahid décide en 2002 de boucler la boucle. Il disposait de la matière première et du transport, il décide alors de se lancer dans la transformation industrielle, donnant naissance à Ménara Préfa.

La société opère dans trois domaines d’activités : la production de préfabriqués en béton notamment les pavés, les dalles, les bordures de trottoirs et les agglos ; la réalisation de planchers précontraints notamment par la production d’hourdis et de poutrelles précontraintes et la production de béton prêt à l’emploi selon le besoin.

Sa naissance coïncide avec le boom de l’immobilier et des projets d’infrastructures dans la région de Marrakech. Ce qui donne au groupe une nouvelle dimension en termes de taille, de business et d’effectifs.

« Après la création de Ménara Préfa, le chiffre d’affaires du groupe a été multiplié par six par rapport aux débuts des années 2000. Nos effectifs ont également explosé : on est passé d’une centaine de collaborateurs à près de 2000 aujourd’hui ».

Détenue par Ménara Holding, structure créée en 2006 pour assurer un pilotage efficace des différentes filiales, Ménara Préfa est considérée aujourd’hui comme un leader dans son secteur, un des géants nationaux du BTP. Elle concurrence de grands groupes du BTP comme LafargeHolcim et Bétomar dans l’activité béton ou encore Sadet et Socovam dans le préfabriqué.


« Sur le béton, on a longtemps été premiers. Mais on est passé deuxième après la fusion de Lafarge et Holcim », indique le DG délégué du groupe Mohamed Ait Benzaiter.

La société a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de plus de 800 millions de dirhams, contribuant à plus de 60% au chiffre d’affaires global du groupe (1,3 milliard de dirhams). Des revenus qui assurent à la société une marge nette (avant impôts) allant de 5 à 6%.

« C’est une marge logique et raisonnable vu qu’on n'intègre pas l’activité carrières dans les comptes de Ménara Préfa. Les 6% de marges prennent ainsi compte de l’achat de matières premières. Ce poste représente près de 50% des charges d’exploitation de la société ».

Avec ses cinq usines et une présence physique dans six villes du pays (Marrakech, Kelaa Seraghna, Beni Mellal, Khouribga, Safi et Agadir), la société a participé à tous les grands projets de la région.

Elle a été partie prenante des travaux d’extension et de rénovation de l’aéroport de Marrakech, de l’autoroute Marrakech-Agadir, du Four Season de Marrakech, du Royal Mansour. Elle a travaillé également pour le compte d’OCP Group dans la construction de la ville verte de Benguerir ou dans les projets de laveries. Elle est également le fournisseur attitré de grands constructeurs et promoteurs immobiliers tels la SGTM , TGCC, Addoha, Palmeraie Développement…

Mais Ménara Préfa ne travaille pas qu’avec les grands groupes. C’est d’ailleurs une de ses forces. La société compte dans ses livres pas moins de 1.800 clients, entre corporates (50% du portefeuille), revendeurs (35%) et particuliers (15%).

« C’est un peu lourd en terme de gestion, mais c’est ce qui nous a permis de sécuriser notre activité face au retournement de cycles », explique le DG délégué.

Ce dernier nous assure ainsi que la société a réalisé en 2018 un des meilleurs taux de croissance de son histoire, malgré la mauvaise conjoncture qui a sévit dans le BTP (illustrée par la baisse de 3,6% des ventes de ciment qui sont arrivées à leur plus bas depuis 2007).

Expansion au Maroc et au-delà des frontières

En plus de cette diversification des produits et des clients, Ménara Préfa ambitionne également d’étendre ses activités au delà de ses bases traditionnelles, en investissant notamment dans un grand complexe industriel à Casablanca.

« Nos produits n’atteignent pas la région de Casablanca. Le béton, c’est une matière périssable. Dès que vous dépassez un rayon de 60 km, aussi bien la résistance que la qualité sont réduites. D’où l’idée d’être présents sur Casablanca », signale le Mohamed Ait Benzaiter.

Autre axes de développement au Maroc : une implantation industrielle à Laâyoune. « Nous voulons accompagner le plan de développement des provinces du sud. Nous sommes actuellement à la recherche du foncier. L’implantation sera effective dans quelques mois», assure notre interlocuteur.

En attendant ces deux expansions régionales, la société a d’ores et déjà mis un pied à l’international, en annonçant, fin mai, une implantation en Côte d’Ivoire. Elle n’y va pas seule, puisque sa « sœur aînée » Carrière & Transport Ménara sera également de la partie. L’idée est de dupliquer le modèle du père fondateur: couvrir toute la chaine, des carrières à la transformation, en passant par le transport et la logistique.

Pour ce projet, le groupe a opté pour une alliance avec des opérateurs locaux, tout en restant majoritaire dans le tour de table des filiales subsahariennes.

L’investissement de démarrage est estimé à 350 MDH. Plus de 300 emplois seront crées sur place.

« La Côte d’ivoire sera notre hub dans la région. Plusieurs pays de la région ont lancé des plans de développement axés sur les infrastructures (ports, routes, barrages…) qui nécessitent de grands besoins en termes de matériaux de carrières et de béton », explique le DG délégué du groupe.

Objectif IPO en 2021 : Upline à la manœuvre

Programmée pour 2021, l’IPO envisagée à la Bourse de Casablanca s’inscrit dans ce cadre global. Mais ne vise pas d’abord une levée de fonds pure et dure.

« Notre objectif premier est d’institutionnaliser le tour de table, pérenniser l’activité du groupe, et de nous aligner sur les meilleurs standard de gouvernance et de transparence. Avec les grands projets qui seront bientôt annoncés, des besoins de financement vont apparaître, mais on ne sait encore à ce stade la forme que prendra l’IPO », indique le DG délégué.

Cette réflexion est menée actuellement avec la banque d’affaires Upline, qui mène un diagnostic de la société. Cette phase sera bouclée durant le deuxième semestre de l’année. Une seconde phase interviendra où seront dessinés les contours du plan d’affaires et des besoins financiers de la firme.

Si le principe de la cession d'une partie des actions détenues par la holding est acté, une augmentation de capital n’est pas exclue non plus.

Le groupe se dit en tout cas prêt à franchir le pas et a d’ores et déjà identifié des administrateurs indépendants qui vont intégrer le conseil d’administration de la société pour se conformer aux nouvelles exigences de l’AMMC en matière de gouvernance des sociétés faisant appel public à l’épargne.


>>> Ménara Holding : Qui fait quoi ?

Le groupe Ménara est dirigé par un conseil de famille et un conseil d’administration. Le Conseil de famille regroupe les actionnaires du groupe : les deux fils du fondateur, dont le PDG Mohamed Zahid, leurs deux sœurs et leur maman.

Ce conseil familal fixe les grandes lignes de la stratégie du groupe sur 5 ans. L’implémentation des stratégies est assurée par le Conseil d’administration, présidé depuis le décès de Abderrahmane Zahid en 2016 par son fils Mohamed Zahid.

Le groupe compte une dizaine de filiales. En plus de ses deux activités historiques Carrières & Transport Ménara et Ménara Préfa, Ménara Holding est actif également dans l’énergie (Entourage électricité et Zest Maroc), le mobilier urbain (MB Urbanisme), les matériaux d’isolation thermique (Ménara Ponce), la location de matériel de levage et de manutention (Smel)...

Il est actif également dans l’événementiel à travers l’organisation du fameux grand prix de Marrakech de WTCC, porté par une filiale dédiée.

Il a réalisé en 2018 un chiffre d'affaires de 1,3 milliard de dirhams pour un effectif de près de 2.000 collaborateurs.

>>>Lire aussi : Comment le groupe Zahid s'organise après la disparition de son fondateur
 

La séance du jour
18-10-2019
10:00La séance démarre en léger recul
Page d'accueil Actus