Séance du 17/01/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Ce niveau de perte était prévu pour l'ensemble de l'année 2019. L'ONCF se retrouve dans une situation où ses charges d'exploitation augmentent alors que ses produits baissent. Le coût de son endettement significatif pèse également sur les résultats.

A fin juin 2019, l'ONCF a perdu un milliard de DH

 | LE 22-11-2019 
Ce niveau de perte était prévu pour l'ensemble de l'année 2019. L'ONCF se retrouve dans une situation où ses charges d'exploitation augmentent alors que ses produits baissent. Le coût de son endettement significatif pèse également sur les résultats.

A fin juin 2019, l’ONCF affiche une perte sèche de plus d’un milliard de DH, contre une perte de 315,4 millions de DH une année auparavant.

Cette perte est moins importante dans les comptes consolidés: le groupe ONCF (avec ses filiales) affiche en effet un résultat net part de groupe de -953,9 millions de DH au premier semestre de 2019, contre -324,3 millions de DH à fin juin 2018.  Des niveaux de déficits que l'ONCF prévoyait pour l'ensemble de l'année 2019.

Il faut dire que bien que l’ONCF affiche un chiffre d’affaires en légère progression, aussi bien en social qu’en consolidé, ses produits d’exploitation globaux sont en régression.

En effet, le groupe ferroviaire termine le premier semestre avec un chiffre d’affaires s’approchant de 1,8 MMDH en social, et de 2,3 MMDH en consolidé, en progression respectivement de 1% et de 4%.

Par contre, le total produits d’exploitation en social régresse à 1,9 MMDH contre 2,1 MMDH en à fin juin 2018. Une régression due surtout au recul enregistré dans les postes "Immobilisations produites par l’entreprise pour elle-même" et dans les reprises d’exploitation.

En consolidé, le total des produits d’exploitation est en quasi-stagnation, à 2,5 MMDH.

Les charges d’exploitation augmentent pour leur part aussi bien en social qu’en consolidé. Elles sont en progression respectivement de 15,7% à 2,4 MMDH et de 13,7% à 2,8 MMDH.

La progression des charges a touché plusieurs postes, notamment celui des dotations aux amortissements et aux provisions, qui progressent de 55,7% à 956,1 millions de DH en social, et de 44,5% à plus d’1MMDH en consolidé. Cela est dû principalement à l'amortissement semestriel des grands projets d'investissement de l'office.

Au final, le résultat d'exploitation est déficitaire aussi bien en social qu'en consolidé. Dans le premier cas, il passe de -24,5 MDH à fin juin 2018 à -496,5 MDH une année après. En consolidé, il passe d'un solde positif de 3,4 MDH à -353,9 MDH.

Ma l’Excédent Brut d’Exploitation, indicateur de la marge opérationnelle hors amortissements, demeure positif à 432 MDH, en baisse toutefois de 105 MDH par rapport aux réalisations du premier semestre de l’année 2018.

Au-delà de l’exploitation, le résultat financier plombe également les performances du groupe ONCF.  En social, son déficit se creuse de 52,3% à -647,4 MDH, et en consolidé de 54% à -627,9 MDH.

Ces résultats financiers en dépréciation sont en lien avec l’augmentation de l’endettement net du groupe. Au niveau consolidé, celui-ci enregistre une progression de 5% par rapport à décembre 2018 à près de 42,9 MMDH; et en social, il s’établit à 43 MMDH en hausse également de 5% en six mois.

"Cet endettement correspond principalement aux emprunts destinés pour le financement du programme d’investissement de l’ONCF", souligne un communiqué du groupe.

Les investissements, pour leur part, sont en recul.  En consolidé, ils s’élèvent à 932 MDH, en régression de 66% sur une année.

En social, les investissements s’élèvent à 763 MDH, en baisse de 71% par rapport au 1er semestre de 2018.

"Cette baisse s’explique par la mise en service en 2018 des projets LGV, le doublement de la voie entre Settat et Marrakech, et le triplement de la voie entre Casablanca et Kénitra", ajoute la même source.

Par ailleurs, les commissaires aux comptes de l'ONCF rappellent que ses comptes de TVA débiteurs totalisent un montant de l’ordre de près de 4,4 MMDH au 30 juin 2019. "Etant donné que l’ONCF se trouve en situation de crédit de TVA et en l’absence de perspectives de récupération, nous ne sommes pas en mesure de nous prononcer sur la recouvrabilité de cette créance", notent-ils.

Lire aussi: Voici les filiales et participations de l'ONCF dont une partie devra être cédée

Aller à