Le baril dépasse les 87 dollars, du jamais vu depuis 2014

| Le 18/1/2022 à 8:13
Les prix du pétrole ont augmenté de plus d'un dollar le 18 janvier pour atteindre un sommet en 7 ans, en raison d'inquiétudes concernant d'éventuelles perturbations de l'approvisionnement après que le groupe houthi du Yémen a attaqué les Émirats arabes unis.

Depuis cette attaque, les craintes s’intensifient quant aux hostilités entre le groupe aligné sur l’Iran et une coalition dirigée par l’Arabie saoudite.

La « nouvelle tension géopolitique s’est ajoutée aux signes persistants de tension sur le marché », a déclaré l’analyste d’ANZ Research dans une note.

Les contrats à terme sur le Brent ont augmenté de 85 centimes, soit 1%, pour atteindre 87,33 dollars le baril à 05h25 GMT, après avoir atteint un sommet de 87,55 dollars, leur plus haut depuis le 29 octobre 2014.

Après avoir lancé des frappes de drones et de missiles qui ont déclenché des explosions dans des camions-citernes et tué trois personnes, le mouvement Houthi a averti qu’il pourrait cibler davantage d’installations, tandis que les Émirats arabes unis ont déclaré qu’ils se réservaient le droit de « répondre à ces attaques terroristes ».

La société pétrolière émirienne ADNOC a déclaré qu’elle avait activé des plans de continuité des activités pour assurer un approvisionnement ininterrompu en produits à ses clients locaux et internationaux après un incident dans son dépôt de carburant de Mussafah.

Les analystes du CommSec ont déclaré que les prix du pétrole étaient également soutenus par des températures hivernales plus froides dans l’hémisphère nord, qui faisaient augmenter la demande de combustibles de chauffage.

« Les prévisions des analystes prévoient que la demande dépassera l’offre cette année alors que le monde s’ouvre après 2 ans de confinement et reprend une trajectoire plus normale pour la demande », a déclaré Ash Glover de CMC Markets.

Certains producteurs au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ont du mal à pomper à leurs capacités autorisées, en raison du sous-investissement et des interruptions de service, dans le cadre d’un accord avec la Russie et ses alliés, connu sous le nom d’OPEP+, pour ajouter 400 000 barils par jour chaque mois.

« Cela devrait continuer à soutenir le pétrole et augmenter les discussions sur des prix à trois chiffres », a déclaré Craig Erlam, analyste d’OANDA.

« Si les tensions géopolitiques actuelles se poursuivent et que les membres de l’OPEP+ ne peuvent pas respecter leur augmentation de 400 000 barils par jour, les macros couplées aux solides perspectives techniques pourraient voir les prix pousser vers la barre des 100 dollars, là où se situe le prochain niveau de résistance technique (significatif) » dit Glover.

(Avec Reuters)

lire aussi
  • | Le 27/5/2022 à 10:29

    CIH Bank : forte hausse de 66% du RNPG à fin mars 2022

    Le groupe a amélioré ses marges d'intérêts et marges sur commissions à fin mars 2022. Le PNB consolidé ressort en hausse de 14% par rapport à la même période en 2021. Les crédits à la clientèle s'améliorent de 3% par rapport à décembre dernier.
  • | Le 27/5/2022 à 8:47

    Auto Nejma : baisse de 7,5% du chiffre d'affaires au premier trimestre 2022

    Le groupe a subi les difficultés d'approvisionnement et les pénuries découlant de la crise des semi-conducteurs. Le nombre des véhicules vendus au premier trimestre 2022 recule de près de 12%.
  • | Le 27/5/2022 à 8:20

    Ciments du Maroc : hausse de 11% du chiffre d'affaires à fin mars 2022

    Le groupe a vu son chiffre d'affaires se fixer à 955 MDH au premier trimestre. Les investissements progressent de 78% notamment en lien avec la construction du centre de broyage de Nador.
  • B.B | Le 26/5/2022 à 17:40

    Les foncières de la cote affichent une résilience qui durera

    Dans un contexte général de retour d’aversion aux risques, les foncières Aradei Capital et Immorente Invest progressent grâce à leur rendement attractif et sécurisé. Le secteur demeure globalement préservé des aléas économiques exogènes. La volonté croissante des opérateurs de se défaire de leurs actifs immobiliers pour améliorer leurs investissements opérationnels sera favorable au secteur au long terme.