Séance du 13/04/2021

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

La baisse du chiffre d’affaires de la cote casablancaise s’est limitée à 5% à fin décembre 2020, d’après les calculs d’AGR et M.S.IN. Les secteurs qui se sont démarqués grâce à la résilience de leur activité sont les Banques, les Télécoms l’Industrie pharmaceutique et les Mines. Analyse.

Bourse : la baisse du chiffre d’affaires de la cote casablancaise limitée à 5% en 2020

 | LE 02-03-2021 
La baisse du chiffre d’affaires de la cote casablancaise s’est limitée à 5% à fin décembre 2020, d’après les calculs d’AGR et M.S.IN. Les secteurs qui se sont démarqués grâce à la résilience de leur activité sont les Banques, les Télécoms l’Industrie pharmaceutique et les Mines. Analyse.

La baisse du chiffre d’affaires des sociétés cotées à la Bourse de Casablanca s’est limitée autour de 5% en 2020. Dans une année de crise sans précédent, cette baisse n’est pas si catastrophique.

Plus précisément, le chiffre d’affaires agrégé de la cote casablancaise s’est établi à 239,8 milliards de DH au terme de l’exercice 2020 contre 252,7 milliards de DH en 2019, soit un recul de 5,1%, d’après les calculs réalisés par Attijari global research (AGR) au niveau d’une note analysant les réalisations des sociétés cotées.

AGR revient en bref sur l’évolution des réalisations des sociétés cotées durant les 4 trimestres de l’année 2020. Le premier trimestre a connu une quasi-stagnation des revenus (+0,5%). Le 2ème et le 3ème trimestre, qui ont coïncidé avec une grande partie du confinement de la population, de l’interdiction des déplacements et de l’arrêt de l’activité pour plusieurs secteurs, ont enregistré une baisse respective des revenus de 10,5% et de 4,5%. Les revenus agrégés des sociétés cotées continuent leur baisse au titre du 4ème trimestre à -6,7% pour s’établir à près de 61 milliards de DH. 

Le dernier trimestre de l’année 2020 a dégagé deux principales tendances :

> Les secteurs Immobilier, Énergie, Banques et BTP ont pâti d’un affaiblissement visible de la demande par rapport à l’année 2019. Leurs revenus trimestriels ont reculé de respectivement -1,52 MMDH, -1,31 MMDH, -440 MDH et -199 MDH.

> À l’opposé, les secteurs Automobile et Télécoms enregistrent une appréciation relative de leurs revenus de +104 MDH et de +62 MDH respectivement.

A noter que 71 sociétés cotées parmi un total de 73 ont publié leur chiffre d’affaires au titre du T4-20. Celles-ci représentent un poids de 99% de la capitalisation boursière du marché.

Les calculs réalisés par la société de bourse M.S.IN, eux, font dégager une baisse de 5,43% du chiffre d’affaires global. 

Les secteurs qui ont le plus pesé sur la baisse du chiffre d’affaires sont principalement : Pétrole et gaz (-4,11 milliards de DH), Immobilier (-3,81 milliards de DH) et BTP & matériaux de construction (-1,93 milliard de DH).

En face, les secteurs qui ont tiré leur épingle du jeu sont : Banques (+1,91 milliard de DH), Télécommunications (+252 millions de DH), Industrie pharmaceutique (+153 millions de DH) et les Mines (96 millions de DH).

Contribution des différents secteurs de la cote à l’évolution du chiffre d’affaires en 2020

Source: M.S.IN.

Commentant ces évoluions, un analyste de la place explique que « le secteur bancaire a profité du lancement des plans de relance sectoriels et des offres « Damane Oxygene » et « Damane Relance », ce qui a fait progresser la distribution des crédits. Pour le secteur des Télécoms, Maroc Telecom a profité de la hausse de la consommation de la Data et de la pouruiste de son essor ».

« L’industrie pharmaceutique reste un secteur défensif. De plus, il a profité d’une petite demande supérieur liée au contexte de la crise sanitaire », continue notre interlocuteur.

Le secteur minier, quant à lui, a profité de la bonne progression de Managem « qui a profité de la hausse des cours des métaux précieux, principalement de l’Or et l’Argent », continu-t-il. 

En ce qui concerne les plus fortes baisses de chiffre d’affaires enregistrées, elles s’expliquent par « la forte baisse du chiffre d’affaires de Total Maroc, qui a pesé sur le secteur pétrolier, à cause de la baisse de la consommation de carburant pendant la période du confinement et de la baisse des prix du pétrole à l’international ce qui a impacté négativement son chiffre d’affaires. Pour sa part, le secteur immobilier a connu une baisse de l’ensemble des valeurs qui le composent, mais c’est surtout Addoha qui a le plus contribué à la baisse de ce secteur en raison d'une chute de la production et de la demande ».

De son côté, « le secteur BTP & matériaux de construction a souffert de la dégradation de l’activité de LafargeHolcim Maroc à cause de la baisse des ventes de ciment au Maroc », continue notre source.

Sur la base du poids capitalistique des différents secteurs cotés, AGR dresse deux constats :

> 10 secteurs côtés, représentant 38% de la capitalisation du marché, accusent des baisses plus ou moins sensibles de leur activité à fin décembre. Il s’agit des secteurs : Immobilier (-55,4%), Énergie (-19,6%), BTP (-13%), Ciment (-8,6%), Automobile (-6,9%), Sociétés de Financement (-5,7%), Ports (-5,2%), Assurances (-3,4%), Agro-alimentaire (-2,4%) et NTI (-0,4%) ;

> 4 secteurs cotés, qui pèsent près de 58% de la capitalisation du marché, ont publié un chiffre d’affaires annuel en hausse. Il s’agit de la Grande Distribution, des Banques, des Mines et des Télécoms dont les revenus progressent de 5,9%, 3%, 1,6% et 0,7% respectivement. 

Croissance des secteurs cotés en 2020 Vs. Poids dans la capitalisation boursière

Source : AGR.

Le portefeuille d’AGR fait mieux que l’ensemble du marché

Le portefeuille de conviction d’AGR, composé de 8 valeurs ayant une forte capacité à défendre la génération du cash tout en favorisant un retour soutenable à l’Actionnaire a bien résisté en 2020.

A rappeler que le portefeuille d’AGR est composé de de Maroc Telecom, Cimar, Cosumar, Total Maroc, SNEP, Mutandis, CMT et SMI.

Les revenus des sociétés qui composent ce portefeuille ressortent en baisse de 1,8% contre un recul de 5,1% pour l’ensemble du marché. 

De plus, le portefeuille « cash-conversion » surperforme l’indice MASI et ce, sur différents horizons de placement :

> Durant les 3 derniers mois : le portefeuille AGR affiche une performance boursière près de 4x supérieure à celle du MASI, soit 11,1% contre 3% respectivement ;

> Durant les 6 derniers mois, le portefeuille AGR a enregistré une appréciation de 18% contre 11,2% pour le MASI ;

> Durant les 9 derniers mois, la valorisation du portefeuille AGR progresse de 25,6% contre 15,3% pour le MASI.
 

Aller à
Atlanta