Page d'accueil Actus

Maroc Telecom : comment se comportera le titre après l’OPV ?

medias24

Selon les données actuelles du marché, ceux qui céderont leurs titres dès la livraison pourront réaliser une plus value d’au moins 10%. Ceux qui patienteront davantage pourront récolter plus de gains.

 

Selon les données actuelles du marché, ceux qui céderont leurs titres dès la livraison pourront réaliser une plus value d’au moins 10%. Ceux qui patienteront davantage pourront récolter plus de gains.

La cession de 8% du capital de Maroc Telecom est désormais bouclée. Après le placement réussi d’un bloc de 6% auprès des institutionnels, l'Etat a cédé au marché les 2% restant du capital dans le cadre de l'OPV clôturée vendredi dernier.

Souscrite plus de 15 fois selon nos informations, l’opération a mobilisé quelque 25 000 souscripteurs (les résultats officiels de l’OPV seront publiés dans la journée dans le bulletin de la cote). Parmi eux, une grande majorité de particuliers et de personnes morales qui espèrent pour la plupart réaliser un gain rapide sur la valeur. 

Réaliste ? Oui, selon plusieurs analystes du marché qui estiment qu’une plus value de 10% est quasi assurée si les souscripteurs à l’OPV décident de vendre immédiatement après le règlement-livraison qui interviendra mardi prochain. 

Les données actuelles du marché confirment cette projection. Cédée dans le cadre de l’OPV à 125,3 dirhams, l’action Maroc Telecom se négocie actuellement à 139,60 dirhams (cours de la séance du jeudi 11 juillet). Si l’action se maintient à ce niveau d’ici mardi prochain, une vente immédiate générera une plus value de 11,4%. 

Ce qui colle parfaitement avec le calcul de l’Etat et de ses conseillers financiers (Attijari Finance Corp et Upline) qui ont offert au marché dans le cadre de cette OPV une décote comprise entre 9 et 10%. 

Une décote concédée pour attirer le maximum d’investisseurs et réussir ainsi à placer la grande quantité de titres mise à la vente par l’Etat, comme l’expliquait Idriss Berrada, Directeur Général chez Attijari Finances Corp, au moment de l’annonce de la cession. 

>>> Lire également. Cession de Maroc Telecom : voici comment l’opération a été préparée. 

Profiter du mouvement acheteur des OPCVM

Mais attention, un gros mouvement vendeur peut impacter momentanément le cours de l’action à la baisse. Sauf si les OPCVM décident de se positionner illico presto sur le titre pour s’aligner sur les nouvelles pondérations permises par l’autorité de marché

Contacté par Le Boursier, deux gérants de portefeuille nous confirment leur position à l’achat sur Maroc Telecom, mais ne souhaitent pas étaler leur stratégie d’achat sur le court terme. 

Une chose est toutefois sure : les FCP et autres SICAV n’ont d’autres choix que ramasser le maximum de titres IAM pour s’aligner sur les nouvelles règles de pondération des portefeuilles édictées par l’AMMC. 

En marge de cette opération, les OPCVM ont été autorisés à détenir les valeurs qui pèsent plus de 15% dans l’indice MASI à hauteur de 20% de leurs fonds « Actions » contre 15% initialement. Pesant jusque-là 18% de l’indice, le poids de Maroc Telecom dans le flottant passera automatiquement à 25% après le règlement-livraison des nouveaux titres cédés par l’Etat. 

Même si leur exposition actuelle sur IAM est de 15%, ils auront au moins 5% à récupérer. Et vu que cette opération a prévu uniquement une cession de 4,1 millions d'actions (0,5% du capital) pour les OPCVM actions et diversifiés, ces derniers doivent continuer à faire leurs emplettes pour se rapprocher de la nouvelle pondération. Sinon, ils seront décalés par rapport au marché, ce qui n’est pas bon pour un gestionnaire d’actif. 

Cet état de fait plaide ainsi pour une absorption de la forte offre qui arrivera sur le marché après la livraison des titres et pour le maintien du cours de Maroc Telecom à un niveau proche de 140 DH. Une valeur qui correspond à son cours moyen pondéré au titre des 12 derniers mois (143,2 DH).

>>> Historique, indicateurs, actualités... Tous les détails sur le titre Maroc Telecom en Bourse


Garder le titre dans le portefeuille : la stratégie gagnante

Voici pour les souscripteurs qui veulent vendre rapidement leur titre et récupérer une plus value rapide. Ceux qui choisiront de garder l’action sur le moyen terme (un horizon de 2 à 3 ans) peuvent en revanche engranger plus de gains. 

Encaisser les généreux dividendes distribués tous les ans par l’opérateur (jusqu’à 6% de rendement sur la période 2019-2025 selon Attijari Global Research) et profiter d’une hausse plus importante du cours de l’action comme projeté par la majorité des sociétés de Bourse de la place. 

Dans leurs récentes valorisation, les brokers du marché évaluent le cours cible de IAM entre 155 et 169 DH, soit un potentiel de hausse compris entre 23,7 et 34,8% par rapport au prix de l’OPV (125,3 DH).

Crédit du Maroc Capital l’évalue à 157 DH, le Tunisien Alpha Mena à 155 DH, CFG à 156 DH et Attijari Global Research à 169 DH. 

Emise le 15 juin, cette dernière valorisation émane de l’organisme de recherche de la banque conseil de l’Etat dans cette opération de cession et s’appuie sur une analyse fondamentale partagée par l’ensemble des opérateurs du marché. 

Cumuler deux à trois ans de rendement sur dividende (6% par an) et récolter une plus value d'au moins 23,7% à la vente, voici en somme ce qui est recommandé par les analystes dans une stratégie de placement à moyen terme. Une stratégie moins spéculative, plus sûre et très rentable. 

>>> Lire l’argumentaire détaillé d’Attijari 

>>> Lire l’analyse de Crédit du Maroc Capital