Page d'accueil Actus

Commerce extérieur: accélération des importations à fin avril 2019

medias24

Les importations ont progressé de 4,7% ou 7,5 milliards de DH par rapport à fin avril 2019. Jusqu’à fin mars, elles affichaient une faible évolution. Reprise des achats de biens d'investissement et renchérissement de la facture énergétique.

Les importations ont progressé de 4,7% ou 7,5 milliards de DH par rapport à fin avril 2019. Jusqu’à fin mars, elles affichaient une faible évolution. Reprise des achats de biens d'investissement et renchérissement de la facture énergétique.

L’Office des changes vient de publier les statistiques des échanges extérieurs à fin avril 2019.

Il en ressort une accélération des importations : +4,7% en glissement annuel, contre seulement +1,5% le mois dernier. Les achats de l’étranger ont donc crû de 7,5 milliards de DH pendant les 4 premiers mois de l’année pour s’établir à 167,6 milliards.

A l’origine de cette accélération, deux facteurs dont un favorable : les achats de biens d’équipement ont repris avec une évolution de 7,2% ou 3 milliards de DH. Le ralentissement de ces achats jusqu’à fin mars faisait craindre un coup de froid sur l’investissement qui est déjà en berne.

Le deuxième facteur n’est pas favorable : le renchérissement des achats de produits énergétiques, avec +5,5 ou 1,3 milliard de DH, en raison de la remontée des cours du pétrole.

Les achats de demi produits ont gardé la même tendance : +7,1% ou 2,4 milliards de DH. Idem pour les produits finis de consommation qui font du surplace, et des produits alimentaires qui affichent une très légère augmentation.

Aggravation du déficit commercial

Du côté des exportations, une légère accélération est notée : +4,7% à fin avril en glissement annuel contre +4,5% un mois plus tôt. Les ventes à l’étranger ont donc évolué de 4,3 milliards de DH pour s’établir à 100 milliards.

Les ventes de phosphates se portent toujours bien (+16% ou 2,2 milliards de DH), celles de l’agriculture aussi (+4,3% ou 1 milliard de DH).

Par contre, l’automobile et le textile font du surplace.

Compte tenu de ces évolutions, le déficit de la balance commercial s’est aggravé de 5% ou 3,2 milliards de DH pour atteindre 67,2 milliards, soit un taux de couverture des importations par les exportations de 59,9%.

Pour sa part, la balance des services, structurellement excédentaire, a vu son solde s’améliorer 10% ou de 2,6 milliards de DH, pour s’établir à 27,2 milliards. Mais cette amélioration est due plutôt à un recul des importations, les exportations ayant fait du surplace.

Surtout, les recettes touristiques ont marqué le pas (+1,5% ou 343 MDH) alors que les dépenses ont progressé fortement (+13% ou 680 MDH)

S’agissant des flux financiers, les transferts des MRE sont toujours sur une tendance baissière : -2,9% ou 620 MDH, s’établissant à 20,5 milliards de DH.

De même, les investissements directs étrangers au Maroc ont reculé de 23% ou 1,7 milliard de DH, atteignant 5,8 milliards. En face, les investissements directs marocains à l’étranger se sont envolés de 70% ou 1,4 milliards de DH, s’établissant à 3,3 milliards.