Tableau de bord

le 16/09/2019
MASI
MADEX

MASI Pts

medias24

La population totale des pays du Maghreb passerait de 99,8 millions en 2018 à 131,9 millions en 2050, soit 32,1 millions d’habitants de plus en l’espace de trente deux ans. Cette évolution est faible par rapport au passé, pointe une étude du démographe Mohamed Fassi-Fihri, relayée par le HCP, mais comporte d'énormes défis socio-économiques pour les pays de la région. 

 

 

 

Maghreb : voici les grandes tendances démographiques de la région

Par S.E.H. | LE 20-05-2019 
La population totale des pays du Maghreb passerait de 99,8 millions en 2018 à 131,9 millions en 2050, soit 32,1 millions d’habitants de plus en l’espace de trente deux ans. Cette évolution est faible par rapport au passé, pointe une étude du démographe Mohamed Fassi-Fihri, relayée par le HCP, mais comporte d'énormes défis socio-économiques pour les pays de la région.

 De 99,8 millions actuellement, la population des pays du Maghreb passerait à 131,9 millions en 2050. En 32 ans ans donc, plus de 32,1 millions de personnes vont s'ajouter à la population actuelle. Ce sont les conclusions d'une étude du statisticien-démographe Mohamed Fassi-Fihri, reprise par le Haut commissariat au plan.

Le poids démographique du Maghreb dans le monde passerait alors de 1,31 % en 2018 à près de 1,35 % en 2050. Par rapport à la population africaine, son poids continuerait de diminuer pour passer de 7,8 % en 2018 à 5,2 % à l’horizon 2050.

Si l’effectif de la population maghrébine connaît une augmentation soutenue, son rythme d’accroissement démographique tendrait à baisser. Le taux d’accroissement annuel, qui était de 1,8 % entre 1980 et 2018, serait de 1 % entre 2018 et 2050. Cette dynamique démographique est différente selon les pays du Maghreb.
 

L'auteur avance que cette évolution future de la population maghrébine aurait des impacts dont les effets seraient ressentis essentiellement dans les domaines de l’emploi, de la protection des personnes âgées, de l’urbanisme, de l’eau, de la santé et des effets induits par l’activité humaine (risques industriels, pollutions, réchauffement et changement climatique…).

La population urbaine est en effet appelée à continuer de croître de près de 1,2 % entre 2018 et 2050 pour atteindre près de 105 millions d’habitants. A cette date, 8 personnes sur 10 vivraient dans une ville.

Par ailleurs, la population maghrébine en âge de travailler (15-59 ans) continuerait de croître tout au long de la période 2018-2050, passant de 62,1 à 76,8 millions, soit un taux d’accroissement annuel moyen de 0,7 %, inférieur à celui de la population totale (1,2 %).

Elle pèserait moins dans le futur puisque son poids passerait de 61,6 % en 2018 à 57,3 % en 2050. En termes d’effectif, près de 460.000 personnes s’ajouteraient annuellement à la population en âge de travailler.

Le rythme de cette évolution varierait selon les pays, mais le Maghreb sera confronté au défi de l’insertion sur le marché du travail d’une population active en forte croissance, jeune et en voie de féminisation.

En presque 40 ans, la population maghrébine a doublé

D'une autre part, l'étude souligne qu'entre 1980 et 2018, l’effectif de la population maghrébine a doublé, passant de 49,8 millions à 99,9 millions d’habitants, soit une augmentation annuelle de 1,3 million d’habitants.

Les taux moyens d’accroissement du Maroc et de la Tunisie sont estimés respectivement à 1,06 % et 1,10% pour l’année 2018, alors que ceux de la Libye et de l’Algérie évoluent à des taux de 1,4% et 1,7% respectivement. En revanche, la Mauritanie affiche un taux de 2,8%, en raison d’une fécondité encore assez élevée et de l’inertie démographique inscrite dans sa pyramide des âges.

Malgré la baisse relative de la fécondité au Maghreb, sa population se caractérise par la vitalité de son dynamisme démographique: le taux d’accroissement entre 1980 et 2018 s’élève à 1,8%, en moyenne, soit un niveau légèrement supérieur à celui de la population mondiale (1,4%), mais inférieur à celui de l’Afrique (2,6%).

Page d'accueil Actus