Page d'accueil Actus

Banque mondiale : l'économie marocaine devrait croître de 2,9% en 2019

medias24

Dans son dernier rapport sur les "Perspectives pour l’économie mondiale", la Banque mondiale prédit des perspectives économiques plutôt sombres dans la région Mena pour l'année 2019. Au Maroc, le taux de croissance en 2018 est estimé à 3,2%. Il devrait s'établir à 2,9% en 2019.

Dans son dernier rapport sur les "Perspectives pour l’économie mondiale", la Banque mondiale prédit des perspectives économiques plutôt sombres dans la région Mena pour l'année 2019. Au Maroc, le taux de croissance en 2018 est estimé à 3,2%. Il devrait s'établir à 2,9% en 2019.

Au Maroc, le taux de croissance est estimé à 3,2% en 2018, résultat d'une "récolte agricole abondante et une conjoncture touristique favorable", relève le rapport. Il devrait s'établir à 2,9% en 2019, grâce aux "réformes entreprises et à l’amélioration de l’activité touristique".

Dans ses prévisions pour l'année 2019, le HCP avait prédit une croissance du PIB de 2,9%. Contre une estimation de 3,1% en 2018.

Au troisième trimestre 2018, la croissance nationale a ralenti, se situant à 3% au lieu de 3,9% durant la même période un an auparavant. Le HCP prévoit également un ralentissement de la croissance au premier trimestre 2019, qui devrait pâtir du repli de 0,7% de la valeur ajoutée agricole.

Bank Al-Maghrib, lui, prévoit un taux de croissance de 3,5% en 2018 et de 3,1% en 2019. Le gouvernement prévoit, de son côté, 3,6% en 2018 et 3,2% en 2019.

Région Mena : les risques géopolitiques menacent la stabilité économique

Au niveau régional (Afrique du Nord et Moyen Orient), la Banque mondiale relève une amélioration de la croissance en 2018, qui atteint un taux de 1,7 %, grâce à "l’accélération de l’activité à la fois dans les pays exportateurs et importateurs de pétrole". La croissance de la région devrait progresser à 1,9 % en 2019

De nouveaux conflits dans les économies fragiles pourraient dégénérer et porter davantage atteinte aux revenus et à l’activité économique des populations et de leur santé et bien-être. Ils pourraient en outre accroître l’impact de la crise des réfugiés sur les économies d’accueil et d’origine. 

Les facteurs géopolitiques, combinés à l’incertitude autour des volumes de production attendus des pays exportateurs de pétrole, pourraient provoquer l’instabilité des prix du pétrole, note le rapport.

"Des prix plus bas assombriraient les perspectives de la région, particulièrement des pays exportateurs de pétrole, alors qu’ils pourraient avoir un effet bénéfique sur les pays importateurs".

Le niveau élevé de la dette extérieure libellée en devises dans certains pays importateurs donne à penser que ceux-ci risqueraient de "souffrir d’une forte appréciation du dollar des Etats-Unis".

En revanche, l’augmentation des dépenses de reconstruction dans les économies touchées par un conflit pourrait avoir des retombées positives sur les pays voisins.