Page d'accueil Actus

BVC: Forte baisse de la capitalisation boursière

medias24

La baisse de la capitalisation boursière s’accentue. Les profit warning s’accumulent. Dans la conjoncture actuelle, la confiance des investisseurs s’avère difficile à rétablir.

La baisse de la capitalisation boursière s’accentue. Les profit warning s’accumulent. Dans la conjoncture actuelle, la confiance des investisseurs s’avère difficile à rétablir.

Depuis le début de l’année en cours, la capitalisation boursière globale de la place casablancaise a baissé d’à peu près 7%, en passant de 628,68 milliards de DH au 2 janvier 2018 à 584,86 MMDH au 3 septembre 2018. (Voir graphique ci-dessous)

Evolution de la capitalisation boursière globale (1 an)

Source: Bourse de Casablanca

Pendant la période des publications des résultats des sociétés cotées, la capitalisation boursière globale de la cote avait atteint un pic de 672,56 MMDH au 9 mars de l’année en cours, avant de chuter pour s’établir à 584,86 MMDH au 3 septembre 2018, soit une perte d’à peu près 90 MMDH en l’espace de cinq mois !

Cette baisse traduit le "mouvement vendeur" qui s’est installé sur la cote.

Le MASI, principal indice de la bourse de Casablanca, a cédé 7,46%, depuis le début de l'année, pour se situer à 11.464,07 points à la clôture de la séance du 3 septembre 2018.

Evolution du MASI (1 an)

Source: Bourse de Casablanca

Pour sa part, le FTSE CSE Morocco 15, l’indice composé des 15 principales valeurs de la cote, a reculé de 10,78% pour descendre à 10.359,91 points à l’issue de la séance boursière du 3 septembre.

La baisse qui caractérise le marché boursier dure depuis quelques mois. Les acteurs du marché s’accordaient à dire que cette période d’attentisme toucherait à sa fin avec la publication des résultats semestriels des sociétés cotées, à condition que le niveau des bénéfices soit à la hauteur des attentes des investisseurs.

   >> Lire aussi: Le marché boursier toujours en baisse, reflet des craintes et de l'attentisme des investisseurs

Néanmoins, à la veille des publications des résultats, les profit warning se succèdent, conduisant à une poursuite de la chute des cours.

"Les profit warning qui ont été publiés ont semé la panique sur le marché", commente notre interlocuteur. Dans le détail, Addoha, Afma, SNEP, Colorado, SMI, Wafa Assurance, Oulmes, et Centrale Danone ont anticipé une baisse de leur performance, et ce pour différentes raisons (contrôle fiscale, boycott, baisse de la production, non récurrence d'éléments exceptionnels positifs,…).

Suite à ces annonces, la baisse de la bourse s'est accentuée et la confiance des investisseurs s'est davantage dégradée.

Selon notre analyste, cette situation s’explique par "le flou qui règne sur le marché. D’ailleurs, le contexte global est mitigé, il est marqué par un manque de visibilité aussi bien sur le plan politique qu’économique".

"Sur le papier, l’économie marocaine se porte bien. La croissance de l’économie semble n’être qu’arithmétique : on ne la perçoit pas dans le niveau de vie, ni dans la dynamique économique", estime notre source en ajoutant que "ce sont autant d’éléments qui influent sur la bourse".

Et de continuer : "Cela n’encourage point les investisseurs à s’aventurer sur le marché. Ceux-là ont perdu confiance et préfèrent se retirer, comme c’est le cas des investisseurs étrangers".

La conjoncture actuelle est donc peu propice. S’ajoute à cela le fait que "dans un marché où il y a un manque de papiers frais -malgré l’introduction de Immorente Invest dont la taille reste petite-, les choix d’investissement en bourse deviennent de plus en plus restreint’’, déplore notre analyste.

Comment changer la donne ?

Selon notre source "il faut d’abord une amélioration globale de la visibilité politique", faisant référence aux problèmes du gouvernement. Ensuite, "il faut que la machine économique soit bien orientée, cela encouragerait les entreprises et les investisseurs à s’orienter vers le marché boursier afin de s’y introduire ou pour y investir".

Marché de change
Journée du 15-10-2018