Page d'accueil Actus

Le taux de bancarisation réel au Maroc se situe à 56% à fin 2017

medias24

C'est ce que dévoile le dernier rapport sur la Supervision bancaire de Bank Al-Maghrib. La Banque centrale révèle également que 26 millions de comptes bancaires sont ouverts à fin 2017, dont 27.000 auprès des banques participatives

C'est ce que dévoile le dernier rapport sur la Supervision bancaire de Bank Al-Maghrib. La Banque centrale révèle également que 26 millions de comptes bancaires sont ouverts à fin 2017, dont 27.000 auprès des banques participatives

A fin 2017, le nombre de comptes bancaires a enregistré une hausse de 6,4% par rapport à 2016, à près de 26 millions comptes, selon le dernier rapport sur la Supervision bancaire de Bank Al-Maghrib. Cette augmentation intègre presque 27.000 comptes ouverts auprès des banques participatives sur la même année.

Parallèlement, le nombre de cartes bancaires a progressé de 9,4%, à 14,1 millions de cartes à fin 2017, dont l'essentiel demeure utilisé pour des opérations de retrait et de paiement (93,3% contre 92,1% en 2016).

Les cartes marocaines ont enregistré, en paiements et en retraits, 323,6 millions d’opérations pour un montant de 267,1 MMDH, en progression respectivement de 10,4% et 9,4%.

D'une autre part, le rapport souligne que la répartition régionale des guichets, dépôts et crédits est restée globalement stable, en comparaison avec les années précédentes. La région de Casablanca-Settat représente une part de 29% des guichets, 39% des dépôts et 64% des crédits, suivie par la région de Rabat-Salé-Kenitra avec 15% des guichets, 17% des dépôts et 16% des crédits. La région de Fès-Meknès représente 11% des guichets, plus de 8% des dépôts et environ 4% des crédits.

La multi-bancarisation dope les chiffres

Le rapport indique en outre que l'exploitation de la centrale des comptes bancaires mise en place par Bank Al-Maghrib permet dorénavant de calculer un indicateur de bancarisation en neutralisant l'impact de la multibancarisation et en se limitant aux comptes des particuliers par rapport à la population adulte (dont l'âge est supérieur à 15 ans).

Il en ressort un taux de l'ordre de 56% contre une moyenne mondiale de près de 62%. Le taux varie évidemment selon les caractéristiques individuelles telles que le genre, l'âge et la catégorie socio-professionnelle.

En effet, selon les mêmes données de la centrale des comptes bancaires, 77% des hommes adultes possèdent un compte auprès d'une banque, contre 37% des femmes. Par ailleurs, les personnes âgées entre 15 et 24 ans détiennent à hauteur de 23% un compte bancaire.

Le réseau bancaire en décélération

Le rapport de la Banque centrale souligne que dans un contexte de digitalisation des services bancaires et d’usage croissant de la technologie, le rythme d’évolution du réseau bancaire poursuit son ralentissement, enclenché depuis 2012.

En effet, il revient à 1,7% contre 2,3% en 2016, et 9% en moyenne au cours de la période 2007/2016.

Le réseau bancaire s’est ainsi établi à 6.388 agences à fin 2017, soit 105 agences additionnelles au lieu de 144 un an auparavant. Ce chiffre inclut la création récente des banques participatives, avec 44 nouvelles agences à fin 2017.

La densité bancaire, mesurée par le nombre de guichets pour 10.000 habitants, s’est néanmoins établie à près de 2 guichets, contre moins d’un guichet il y a une quinzaine d’années.

Suivant la même tendance que les agences bancaires, le réseau des guichets automatiques bancaires (GAB) a connu une hausse de 3%, consécutive à celle de 4,5% un an auparavant. Leur nombre s’est élargi de 204 nouvelles unités pour atteindre 7.025 unités à fin 2017.

Marché de change
Journée du 15-10-2018