Page d'accueil Actus

AfricInvest: Plus de 140 opérations d’investissement depuis 1994

medias24

Derrière le financement de plusieurs entreprises au Maroc et ailleurs, AfricInvest est l’un des investisseurs privés les plus actifs du continent. Il gère 15 fonds de 1,1 milliard d'euros. Retour sur l’histoire et l’évolution de cette société de gestion de fonds d'investissement.

Derrière le financement de plusieurs entreprises au Maroc et ailleurs, AfricInvest est l’un des investisseurs privés les plus actifs du continent. Il gère 15 fonds de 1,1 milliard d'euros. Retour sur l’histoire et l’évolution de cette société de gestion de fonds d'investissement.

Le gestionnaire de fonds de capital investissement panafricain, AfricInvest, a été créé en 1994 et fait partie d'Integra Group, une société d'investissement et de services financiers basée en Tunisie.

La société a initialement géré des véhicules d'investissement axés principalement sur la Tunisie, dont son premier fonds de private equity Tuninvest Sicar.

À partir de 2000, l'entreprise a élargi son champ d'action à l'Afrique du Nord, en levant le fonds Maghreb Private Equity Fund I, le premier fonds de capital-investissement axé sur la région.

En 2004, AfricInvest a étendu son expérience à l'Afrique subsaharienne et a levé 34 millions d'euros pour Africinvest Fund I.

Au fur et à mesure de sa croissance, elle a ouvert des bureaux locaux et recruté des équipes basées notamment au Maroc, au Nigeria, au Kenya et en Côte d'Ivoire et a conclu le fond Africinvest Fund II en 2008 avec 143 millions d'euros d'engagements en capital.

Les deux récents bureaux de la société ont été ouverts à Paris (2016) et en Egypte (2017).

La société compte à présent des équipes d'investissement axées sur l'Afrique et emploie 70 professionnels répartis dans neuf bureaux : sept en Afrique, un en France et un représentant à Londres.

Elle gère 1,1 milliard d'euros répartis sur une quinzaine de fonds et bénéficie d'un soutien de la part d'investisseurs locaux et internationaux, y compris des institutions de financement du développement aux États-Unis et en Europe.

Contacté par nos soins, Brahim El Jaï, directeur général d’AfricInvest Maroc, nous a affirmé que "nos principaux bailleurs de fonds sont les agences de développement bilatérales [lorsque les flux sont destinés directement à un pays en développement, ndlr] et multilatérales [lorsqu’ils transitent par une organisation internationale]’’.

Parmi ces bailleurs de fonds, il y a lieu de citer la Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Agence Française de Développement (AFD).

Afric Invest cible les PME bien positionnées sur leurs marchés

En général, "nous optons pour des prises de participation minoritaires significatives, avec une position influente au niveau des conseils d’administration", indique notre source. 

En principe, AfricInvest cible les investissements de capital-développement dans les petites et moyennes entreprises (PME) bien positionnées sur leurs marchés locaux avec la possibilité d'étendre leurs activités au-delà des frontières de leur pays.

Depuis sa création, AfricInvest a réalisé plus de 140 opérations d’investissement sur l’ensemble du continent, comme nous l’a confirmé M. El Jaï. 

Au Maroc, elle est présente dans le tour de table de plusieurs sociétés de différents secteurs. "Quand on est une société de gestion généraliste présente dans plus de 140 entreprises, on touche certainement à plusieurs secteurs", a affirmé notre source en précisant que "nous n’avons pas une approche sectorielle".

Plus récemment, elle a participé à l’augmentation de capital de CFG Bank d’un montant de 300 MDH.

La société de gestion détient actuellement des parts de capital dans Buzzkito (informatique, télécommunications et électronique) ; Outsourcia (gestion de la relation client) ; La Voie Express (Transport et logistique) ; Valencia (Agroalimentaire) ; Polymédique (santé) et autres. 

Elle a également réalisé plusieurs opérations de désinvestissement notamment des sociétés Marwa, Maghreb Accessoires et S2M, etc.

La forme de désinvestissement la plus répandue chez AfricInvest est "la cession des parts à des actionnaires stratégiques", affirme M. El Jaï. 

"Historiquement, Il y a aussi le Management Buyout, cela veut dire que les dirigeants d’entreprise s’organisent pour financer la reprise de nos parts. A présent, les choses sont en train d’évoluer. On remarque le développement du marché secondaire spécialement à travers la cession des parts à d’autres fonds. Parfois on a aussi quelques IPO [introductions en bourse, ndlr] mais cela ne se produit pas couramment‘’. 

"Proximité" et "fine connaissance des problématiques de la PME"

Le directeur général d’AfricInvest Maroc trouve que les principales réalisations de la société sont "la contribution à la structuration de plusieurs secteurs d’activité à travers des consolidations, des rapprochements d’entreprises, etc. On a également aidé des entreprises à s’exporter au-delà de leurs frontières. On a poussé d’autres à réaliser des opérations stratégiques très importantes".

"On essaie d’être proches des dirigeants qu’on accompagne. On essaie de bien comprendre leurs problématiques et de les accompagner dans leurs réflexions stratégiques", souligne-t-il. 

Et d’affirmer : "Ce qui nous distingue à AfricInvest c’est la proximité qu’on essaie de bâtir avec les entreprises qu’on accompagne".

"Ce qui nous distingue aussi c’est notre présence à l’échelle du continent qui nous ouvre un réseau très important qu’on met au service des entreprises accompagnées".

Enfin, M. El Jaï estime que "nous avons une connaissance assez fine des problématiques de la PME en général".