Tableau de bord

le 19/09/2019
MASI
MADEX

MASI Pts

medias24

Au cours du premier trimestre 2018, le besoin en liquidité des banques s’est légèrement atténué à 46,8 MMDH en moyenne, sous l’effet de la hausse des réserves de change, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Le déficit de liquidité, prévu par cette dernière, est l’ordre de 39,8 MMDH à fin 2018 avant de s’accentuer à 59,6 MMDH au terme de 2019.

BAM prévoit un creusement du déficit de liquidité à 59,6 MMDH en 2019

Par A.L. | LE 20-06-2018 
Au cours du premier trimestre 2018, le besoin en liquidité des banques s’est légèrement atténué à 46,8 MMDH en moyenne, sous l’effet de la hausse des réserves de change, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Le déficit de liquidité, prévu par cette dernière, est l’ordre de 39,8 MMDH à fin 2018 avant de s’accentuer à 59,6 MMDH au terme de 2019.

Selon le dernier rapport la politique monétaire publié par BAM, celle-ci dit avoir réduit le montant de ses injections à 47 MMDH, dont 43,6 MMDH sous forme d’avances à 7 jours et 3,4 MMDH au titre des opérations de prêts garantis accordés dans le cadre du "programme de soutien au financement de la TPME".

Les dernières données disponibles relatives aux mois d’avril et mai 2018 indiquent un creusement du déficit de liquidité à 56,8 MMDH en moyenne.

Tenant compte de l’évolution prévue des réserves internationales nettes et de la hausse de la monnaie fiduciaire, BAM prévoit un déficit de liquidité de 39,8 MMDH à fin 2018, lequel devrait s’accentuer à 59,6 MMDH au terme de 2019.

L'aggravation du déficit de liquidité prévue en 2019 devrait résulter d'une baisse des réserves de change en 2019, qui devraient s'établir à 245,9 MMDH à fin 2019 après 255,4 MMDH à fin 2018.

Ceci en raison du ralentissement de la croissance des recettes des voyages, des transferts MRE et des flux d'IDE, et de la non récurrence de la denière partie (7 milliards de DH) des dons en provenance des pays de la CCG qui devrait être encaissée en 2018.

Cette baisse des réserves interviendra malgré une hausse prévue des exportations de biens plus forte que celle des importations de biens (voir tableau ci-dessous). En tous les cas, les réserves devraient couvrir 5 mois et 25 jours d'importation de biens et services en 2018 et 5 mois et 18 jours en 2019.

Il convient de rappeler que les éléments  qui impactent le niveau des liquidités bancaires sont les avoirs extérieurs nets, la circulation fiduciaire, la position du Trésor auprès de BAM ainsi que la réserve monétaire obligatoire des banques.

Page d'accueil Actus