Page d'accueil Actus

Bons du Trésor: Les investisseurs attendent la sortie du Maroc à l'international

medias24

Les taux des maturités courtes à moyennes subissent une correction à la hausse en raison de l'augmentation de la ciruclation fiduciaire. Hormis ce facteur, les fondamentaux du marché restent inchangés et les investisseurs attendent la sortie du Trésor à l'international pour adapter leurs stratégies.

Les taux des maturités courtes à moyennes subissent une correction à la hausse en raison de l'augmentation de la ciruclation fiduciaire. Hormis ce facteur, les fondamentaux du marché restent inchangés et les investisseurs attendent la sortie du Trésor à l'international pour adapter leurs stratégies.

A l'issue de la séance d’adjudication du 5 juin, les taux des bons du Trésor étaient toujours bas et en léger recul par rapport au début de l’année, à l’exception des bons à moyen terme dont le rendement a subi une correction, selon les dernières données de BMCE Capital Markets.

Il s’agit des taux des bons du Trésor à 2 ans qui ont affichent une augmentation de 2,3 points de base, atteignant 2,52%, et ceux à 5 ans qui ont crû de 1 point de base depuis le début de l’année, pour se situer à 2,77%.

Du reste, les rendements des bons du Trésor à court terme ont reculé que ce soit pour les bons à 13 semaines dont le taux a cédé 2 points de base pour s’établir à 2,15%, ou pour les bons à 52 semaines dont le taux a affiché un retrait de 7,9 points de base, soit la plus forte baisse parmi les différentes catégories, pour offrir un rendement de 2,3% actuellement.

S’agissant des longues maturités, les bons à 10 ans affichent près de 3,25%, soit un rendement inférieur à celui de la fin de l’année de 3,7 points de base.

Pareillement, les bons du Trésor à 20 ans ont été cédés à 3,98%, en retrait de 1,4 point de base.

Il convient de souligner que les taux des bons à 26 semaines, 15 ans et 30 ans ont stagné par rapport au début de l’année en se situant à 2,19%, 3,67% et 4,4% respectivement.

Source: BMCE Capital Markets

Une légère "correction" liée à la période estivale et les fêtes religieuses

Selon un professionnel de la place, il s’agit d’une légère correction des taux des bons du Trésor à court et à moyen terme, généralement remarquée pendant les mois de mai et juin.

Ceci est expliqué par une sortie de la monnaie fiduciaire globalement élevée durant le démarrage de la période estivale et les occasions religieuses (Aid Al Fitr, Ramadan…).

Cette sortie de "cash" implique une pression sur les trésoreries des banques et donc un creusement de leur liquidité. Ainsi, une pression est exercée sur les taux d’intérêt qui commencent à emprunter une trajectoire haussière comme remarqué au niveau des bons à 2 ans et à 5 ans.

Hormis ce facteur, les fondamentaux du marché restent inchangés: un Trésor moins présent et des investisseurs disposés à l'accompagner dans une contexte de ralentissement sur le marché actions et d'absence d'alternatives de placement.

L'évolution future des taux dépendra de la levée de fonds du Trésor à l'international

Notre interlocuteur conclut que l’évolution des taux des bons du Trésor dépendra "grandement" du montant que le Trésor va lever à l’international et de son timing.

«La tendance restera stable jusqu’à ce que les investisseurs aient une idée claire sur la levée du Trésor à l’international, actuellement ils restent sur leurs positions», nous confirme-t-il.

    >> Lire également: Bons du Trésor: les taux quasi-stables en 2018 ?

Rappelons que les principales raisons ayant favorisé la tendance baissière depuis début 2018 sont: la volonté exprimée par le Trésor de financer ses besoins à l’international en réduisant ses levées au niveau local ainsi que l’introduction de la réforme du régime de change qui est l’origine de la crainte des investisseurs.

Notons que les levées de fonds du Trésor s’établissent depuis le début de l'année à 38 MMDH contre 46 MMDH à la même période de l’année précédente, soit un recul de 17,4%.

Pour sa part, la demande des bons du Trésor, quoi qu’elle reste beaucoup plus importante que l’offre, a suivi la même tendance en passant de 247 MMDH à 165 MMDH.

    >> Lire également: Faut-il investir dans les actions ou les bons du Trésor en 2018?