Page d'accueil Actus

BAM: Décélération du rythme de progression crédit bancaire à 3,1% à fin mars 2018

medias24

En glissement annuel, une décélération du rythme de progression du crédit bancaire à 3,1% a été notée à fin mars 2018, contre 4,5% un an auparavant, d’après les dernières statistiques monétaires de Bank Al-Maghrib (BAM).

En glissement annuel, une décélération du rythme de progression du crédit bancaire à 3,1% a été notée à fin mars 2018, contre 4,5% un an auparavant, d’après les dernières statistiques monétaires de Bank Al-Maghrib (BAM).

Sur un mois, l'encours des prêts bancaires est resté quasi-stagnant (+0,6%) entre février et mars 2018, au lieu d'une progression de 1,3% pendant la même période de l’année précédente, selon les dernières statistiques de BAM. Cet encours s'établit à 829,4 MMDH au terme de ce premier trimestre 2018.

Cette évolution du crédit bancaire reflète la quasi-stagnation des prêts à l’équipement (+0,9%) à 171,3 MMDH, des crédits immobiliers (+0,3%) à 259,4 MMDH et de ceux à la consommation (+0,5%) à 51,7 MMDH, et recouvre une hausse de 3% des facilités de trésorerie atteignant 163,4 MMDH.

 

Les prêts accordés aux sociétés non financières publiques continuent de progresser

Par secteur institutionnel, le rythme de progression des concours alloués au secteur non financier s'est légèrement accru, passant de 4,1% à 4,2%, grâce à la hausse de la cadence de croissance des crédits aux entreprises non financières publiques, à 25,4% au lieu de 13% atteignant un encours de plus de 51 MMDH à fin mars 2018 . 

Sur la même période, les concours au secteur privé ont, en revanche, vu leur taux de progression revenir de 3,3% à 2,7%, situant leur encours à 652,4 MMDH, avec une décélération du taux de croissance des prêts alloués aux sociétés non financières privées (1,4% à fin mars 2018 contre 2,4% une année auparavant). Le rythme de progression des crédits aux ménages a suivi la même tendance, passant de 4,3% en mars 2017 à 4,1% à fin mars 2018, à 315,9 MMDH.

Légère amélioration des créances en souffrance

Par ailleurs, notons que les créances en souffrance ont légèrement baissé de 0,7% entre février et mars 2018, contre un recul de 0,2% pendant la même période un an auparavant, s'établissant ainsi à 63,8 MMDH à fin mars 2018.

Voici le tableau des indicateurs monétaires mensuels à fin mars 2018:

Source: BAM