Page d'accueil Actus

Risma: "Il n’y a plus de freins à la distribution de dividendes"

medias24

Les investissements liés aux rénovations et à la construction de nouveaux hôtels d'un côté, et l’impact significatif de certains éléments exceptionnels d'un autre côté sont les principaux facteurs qui ont affecté les comptes de l’investisseur hôtelier au cours des années passées, ce qui l’a empêché de distribuer des dividendes aux actionnaires (sauf pour l’exercice 2014).

 

Les investissements liés aux rénovations et à la construction de nouveaux hôtels d'un côté, et l’impact significatif de certains éléments exceptionnels d'un autre côté sont les principaux facteurs qui ont affecté les comptes de l’investisseur hôtelier au cours des années passées, ce qui l’a empêché de distribuer des dividendes aux actionnaires (sauf pour l’exercice 2014).

Aujourd'hui, le cap est franchi. Il n’y a plus de freins à la distribution de dividendes aux actionnaires de Risma. Du moins, c’est ce qu’a affirmé Amine Echcherki, Président du directoire du groupe lors de la conférence de présentation des résultats 2017, tenue ce jeudi 5 avril à Casablanca.

En effet, un montant de 4,9 MMDH a été déboursé pour différents investissements réalisés en 17 ans.

Rien qu’en 2017, 2 hôtels Ibis ont été ouverts avec un coût total de 140 MDH : Ibis Rabat Agdal en janvier (170 chambres) et Ibis Casablanca Gare en septembre dernier (130 chambres).

D'autre part, 5 hôtels sont en rénovation générant un coût de près de 140 MDH : Il s’agit de Sofitel Marrakech (fermeture de 32 chambres pour rénovation), Ibis Casablanca City Center (fermeture de 104 chambres), Ibis Casablanca Sidi Maarouf (fermeture de 85 chambres) et Ibis Marrakech Gare (fermeture de 48 chambres).

Ainsi, pour Risma, une partie importante des investissements a été réalisée et pourra désormais dégager des bénéfices. A fin 2018, la société aura achevé la rénovation de 7 Ibis et du Sofitel Marrakech « Lounge and Spa » et poursuivra également la construction de l’Ibis Abdelmoumen dont l’ouverture est prévue en 2019.

Notons par ailleurs que la constitution d’une provision portant sur la participation de Risma dans Saemog (Société d'aménagement d'Essaouira Mogador) a affecté lourdement le RNPG qui s’établit à -86 MDH en 2017.

Hors cet élément exceptionnel, le RNPG aurait été de 67 MDH, en hausse de 80 MDH par rapport à 2016.

Risma veut libérer les résultats de l'année 2018

En effet, le Directoire et le Conseil de Surveillance ont décidé cette année de déprécier l’ensemble des titres et comptes courants pour un montant de 168 MDH.

«Nous avons préféré céder l’ensemble des titres pour libérer les résultats de l’année prochaine de l’impact des éléments exceptionnels», explique Amine Echcherki.

Dans ce sens, il ajoute également que les discussions entre les différents actionnaires et les Autorités ont commencé depuis 8 mois pour revoir le modèle de la station. Il s’agit de la redimensionner.

«Quel que soit le schéma qui sera adopté, l’impact sur nos comptes sera minime », rassure le Président du Directoire du groupe.

Bonne tenue de l'activité pour la quasi-totalité des segments

Rappelons qu’à fin 2017, Risma dispose de 27 hôtels au Maroc avec 4.182 chambres, générant un chiffre d’affaires total de 1,45 MMDH et un EBE global de 436 MMDH, en croissance de 4% et 11% respectivement.

Ainsi, la marge d’EBE s’établit à 30%, en hausse de 2 points par rapport à 2016.

Voici les chiffres détaillés de Risma par segment pour l'année 2017 :

> Segment Luxe et haut de gamme (5 Sofitel, 2 M'Gallery, 1 Pullman):

> Segment Milieu de gamme (2 Novotel et 1 Mercure):

> Segment Economique (16 Ibis):

Source: Présentation des résultats par Risma

Objectif: Un ratio d'endettement réduit à 50%

En outre, il faut noter que Risma affiche le meilleur gearing depuis 2010 à 130%, soit un levier financier à 56%. Hors éléments exceptionnels, le gearing s’élèverait à 117%. 

Selon le top management, celui-ci connaitra une tendance baissière dans le futur due au fait que la dette de Risma va mécaniquement diminuer grâce aux remboursements des CLT.

«Pour tous les investissements futurs, que cela concerne de nouveaux projets ou des rénovations, nous essaierons de converger vers un ratio d’endettement de 50%», indique M.Echcherki.

Voici le la vidéo intégrale de la conférence, retransmise en Live par LeBoursier:

Marché de change
Journée du 15-10-2018