Page d'accueil Actus

La sinistralité automobile inquiète Saham Assurance également

medias24

Saham Assurance a vu son ratio S/P (Sinistres/Primes) augmenter de 64,1% en 2016 à 65,5% en 2017. Elle se prépare pour voir comment elle pourrait le contenir.

Saham Assurance a vu son ratio S/P (Sinistres/Primes) augmenter de 64,1% en 2016 à 65,5% en 2017. Elle se prépare pour voir comment elle pourrait le contenir.

S’il y a un constat partagé par les assureurs aujourd’hui, c’est bien celui de la hausse de la sinistralité automobile. Une donne qui n’est pas sans effet sur les chiffres du secteur. Bien que Saham Assurance semble s’en sortir, son top management ne dissimule pas son inquiétude.

La compagnie a vu son ratio S/P (Sinistres/Primes) augmenter de 64,1% en 2016 à 65,5% en 2017, preuve d’une sinistralité plus considérable : « Cette dégradation est liée principalement à la branche automobile », a confirmé Mohamed Oudrhiri, directeur général à Saham Assurance, lors de la présentation des résultats 2017 de la compagnie.

Notre interlocuteur ajoute qu’il y a une inquiétude partagée dans la profession quant à la fréquence de sinistralité automobile qui progresse de plus en plus, et que Saham Assurance se prépare pour voir comment elle pourrait la contenir.

Dans ce sens, une étude a été demandée par la profession à la FMSAR pour tenter de comprendre ce phénomène et y remédier. Un phénomène qui, selon M.Oudrhiri, est observé depuis quelques années déjà, « avec une augmentation à deux chiffres de la fréquence des sinistres auto-matériels », affirme M.Oudrhiri.

Il ajoute : « Cette étude est pratiquement bouclée, et nous avons demandé au cabinet chargé de la réaliser quelques derniers affinements. Mais nous avons déjà eu les premiers axes qui expliquent cette profusion de sinistralité ».

Parmi ces axes, la densité, qui veut dire le nombre de véhicules au km² : « C’est un vrai problème. Alors qu’en 2006 le nombre de véhicules assurés au Maroc ne dépassait pas 1,5 million, à fin 2016 on est à plus de 3,7 millions de véhicules, alors qu’on n’a pas fait de bond en termes de routes et d’infrastructures de 2,5 fois ce qu’on avait en 2006», estime M.Oudrhiri.

Briguer la Vie, garder son leadership en Non-Vie

Au-delà de son leadership sur la branche Non-Vie, Saham Assurance semble briguer avec ardeur la branche Vie : Deux ans seulement après avoir conclu son partenariat de bancassurance avec Crédit du Maroc, l’assureur a pu en 2017 franchir le cap de 1 milliard de DH en primes émises en Vie.

Sur se segment, Saham Assurance ne compte pas s’arrêter à cette étape : « Sans vouloir dévoiler ce que nous voulons faire, il faut dire que nous considérons également d’autres modes de distribution pour l’assurance Vie. Il y a encore un énorme potentiel dans notre marché», affirme Nadia Fettah, Directrice général de Saham Assurance.

En Non-Vie, et sur le segment automobile, Saham Assurance est parvenue à garder sa place de leader du marché et ce pour la neuvième année consécutive.  En 2017, le chiffre d’affaires automobile de la compagnie a dépassé les 2,1 milliards de DH, et affiche une progression de 55% sur une année.

Idem pour le segment de la santé privée ou Saham Assurance est leader depuis maintenant cinq ans. En 2017, les primes émises d’accidents corporels dépassent les 900 MDH, affichant ainsi une progression de 24% sur une année.

Sur le segment risques d’entreprise, la compagnie affiche également de bonnes performances et croque de nouvelles parts de marché.

«En 2017 nous avons surperformé le marché en termes de croissance sur ce risque là. Sur la branche incendie par exemple, nous avons fait +15% alors que le marché n’a fait que 1%. Sur la branche transport, nous avons fait +13% alors que le marché a fait -5%. Nous  sommes donc entrain de gagner des parts de marché au niveau du risque entreprise, et cela concorde avec les objectifs que nous nous sommes fixés », indique M.Oudrhiri.