Page d'accueil Actus

Voici les entreprises sud-africaines majeures investissant au Maroc

medias24

 Quels sont les investissements et les entreprises sud-africaines investissant au Maroc? De l'autre côté, y a-t-il des entreprises marocaines qui investissent en Afrique du sud? Tour d'horizon.

Quels sont les investissements et les entreprises sud-africaines investissant au Maroc? De l'autre côté, y a-t-il des entreprises marocaines qui investissent en Afrique du sud? Tour d'horizon.

>Sanlam.

Parmi les groupes sud-africains ayant investi au Maroc, nous commençons par Sanlam qui fait l'actualité. Le groupe sud-africain vient de racheter Saham Finances en augmentant sa participation dans le capital des filiales assurance du groupe pour passer de 46,6% à 100%, et ce après avoir conclu un accord le 7 mars 2018.

Notons que le montant de cette acquisition s’élève à 1 milliard 50 millions de dollars. Les 46,6% acquis en deux temps (2016 et 2017) avaient coûté 640 millions de dollars. Sanlam a donc déjà investi près de 1,7 milliards de dollars au Maroc. Après obtention des autorisations règlementaires de finalisation de l'accord d'acquisition, Sanlam gardera Saham Assurance au sein de la Bourse de Casablanca. Vendredi 9 mars 2018, le dossier de demande d'autorisation n'avait toujours pas été déposé à l'ACAPS. Ces demandes sont traitées dans un délai de 30 jours.

Fondé en 1918 en tant que compagnie d'assurance-vie, le groupe Sanlam, basé en Afrique du Sud, a évolué vers une entreprise de services financiers diversifiés. Le leader de services  financiers est coté sur le JSE Limited et sur le Namibian Stock Exchange.

Le groupe opère en Afrique australe via le Botswana, le Malawi, le Mozambique, la Namibie, le Swaziland et la Zambie; en Afrique de l'Est via le Kenya, la Tanzanie, le Rwanda et l'Ouganda; en Afrique de l'Ouest via le Nigeria et le Ghana ainsi qu'en Inde et en Malaisie.

Le groupe représente aussi une présence indirecte à travers des participations dans des compagnies au Burundi, en Gambie et au Lesotho. Celui-ci détient également des intérêts au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Australie et aux Philippines.

>Delta International Property Holdings Limited.

Delta International Property Holdings Limited a acquis, en 2014, 100% du centre commercial AnfaPlace Shopping Center pour un montant de 1 MMDH environ.

Après la reprise d’AnfaPlace Shopping Center, le fonds d’investissement sud-africain Mara Delta, propriétaire de l’actif, avait entamé un repositionnement et une restructuration du centre commercial casablancais en investissant 230 MDH.

Notons que Delta International est un fonds panafricain de placement immobilier avec une double cotation: bourse de Bermudes et de Johannesburg.
Il s'agit du premier fonds de revenu immobilier coté à offrir aux investisseurs un accès direct à des opportunités de croissance sur le continent africain en dehors de l'Afrique du Sud.
 
>Kerzner International.
 
La station balnéaire Mazagan Beach Resort a été inaugurée, en octobre 2009, par le groupe sud-africain Kerzner International.

La première phase de Mazagan Beach Resort avait nécessité une enveloppe budgétaire de 3 MMDH, hors résidentiels, financée dans le cadre d'un partenariat entre le groupe Kerzner, la CDG, la SOMED et l'Assurance Mamda.

Kerzner International Limited, à travers ses filiales, développe et exploite des hôtels de luxe et des résidences. Celle-ci gère des complexes hôteliers de luxe aux Bahamas, au Mexique, à Maurice, aux Maldives, en Afrique du Sud, à Dubaï et en Australie; et un golf et un casino au Maroc.

Kerzner International Limited était auparavant connue sous le nom de Sun International Hotels Limited et a changé son nom pour Kerzner International Limited en juillet 2002. La société a été fondée en 1993 et son siège social est situé à Paradise Island, aux Bahamas.

>Tana.

En février dernier,on a noté l'entrée du fonds d’investissement sud-africain Tana  dans le capital de Kitéa, et ce, pour financer le plan de développement de celle- ci.

L’augmentation de capital d’une vingtaine de millions de dollars devrait permettre au groupe l'ouverture de plusieurs Kitea Géants au Maroc et en Afrique sub-saharienne, où Kitea est déjà présente en RDC & Guinée équatoriale.

Tana Africa Capital a été créée en 2011 par joint-venture à 50/50 entre E.Oppenheimer & Son et Temasek Holdings

A ce jour, Tana a investi plus de 250 millions de dollars à travers le continent africain et a finalisé en 2017 la levée de 300 millions de dollars supplémentaires auprès de ses actionnaires historiques.

>Investec Asset Management.

Dans le domaine de la logistique, Investec Asset Management, groupe financier anglo-sud-africain majeur sur le marché mondial et fournisseur des des produits et services d’investissement aux institutions, clients de services-conseils, et personnes, a racheté en avril 2017 le groupe marocain SJL Maghreb (100% des actions), l’un des opérateurs majeurs du transport et de la logistique en Europe et au Maroc.

Telle qu’elle a été annoncée par le groupe SJL, cette opération de rachat lui permettra de poursuivre le développement de son activité sur ces deux vastes marchés (Europe et Afrique), en se positionnant aussi bien comme un trait d’union entre les deux continents, qu’un acteur du développement des relations Sud-Sud.

> EOH, seul groupe sud-africain labellisé CFC à travers sa filiale.

En juillet 2017, le groupe EOH, spécialisé dans le conseil et l’outsourcing technologique, a obtenu le statut Casablanca Finance City (CFC), à travers sa filiale Conso’System Africa.

Conso’System Africa, partenaire du géant des progiciels SAP (Systems, Applications and Products for data processing), a été créé en 2008 par ses actionnaires fondateurs et gérants Jalil Boubker Bengelloun et Salim Chaoui Roqi. La filiale a accompagné les plus grands groupes marocains dans le déploiement des solutions SAP dédiées aux reporting et à la gestion de la performance

EOH est présent à travers plus de 60 pays dont 40 en Afrique et compte plus de 13.000 collaborateurs.

Coté à la bourse de Johannesbourg depuis 1998, EOH connaît depuis sa création un taux de croissance moyen annuel de 45%.

Il faut noter par ailleurs qu'à ce jour, aucune entreprise marocaine n'a investi en Afrique du sud.