Page d'accueil Actus

Wafa Assurance: les sinistres automobiles et le coût de la réassurance pèsent sur le résultat en 2017

medias24

En marge de la conférence de presse, tenue ce mardi 20 février à Casablanca, le top management de Wafa Assurance s'est prononcé sur les raisons de la baisse du résultat net de la compagnie: Augmentation de la fréquence des sinistres automobiles, alourdissement du coût de réassurance... Détails.

En marge de la conférence de presse, tenue ce mardi 20 février à Casablanca, le top management de Wafa Assurance s'est prononcé sur les raisons de la baisse du résultat net de la compagnie: Augmentation de la fréquence des sinistres automobiles, alourdissement du coût de réassurance... Détails.

la hausse de la fréquence automobile et du coût de réassurance alourdit le résultat net

A fin 2017, le résultat net de Wafa Assurance ressort à 819 MDH, en repli de 2,6% par rapport à 2016.

En effet, le résultat technique dégagé par l’activité «non-vie » a reculé de 18% par rapport à fin 2016, pour se situer à 786 MDH à fin 2017.

Selon Taoufik Benjelloun, directeur général délégué en charge de la Stratégie, du Pilotage et de la Finance de la compagnie, ceci est imputable à la hausse de la fréquence Automobile, à l’augmentation du coût de réassurance et à la réduction volontaire des plus-values réalisées.

Pour la branche «vie», le résultat technique est quasi-stable par rapport à 2016 (+0,5%) en se situant à 293 MDH à fin 2017 "en raison d’une hausse ponctuelle des sinistres sur antérieurs en Décès, atténuée par une amélioration de la marge financière en Epargne".

Notons que cette baisse du résultat technique a été atténuée par l’amélioration du résultat non-technique (+66 MDH) "grâce à la baisse des charges financières (intérêts) et de l’impôt", a fait savoir M. Benjelloun lors de ce point de presse.

Un chiffre d'affaires en hausse

En revanche, le chiffre d'affaires de Wafa Assurance a atteint près de  8 MMDH à fin 2017, en croissance  10,1% par rapport à l'exercice précédent.

En détail, une hausse de 9,6% a marqué le chiffre d'affaires relatif à l'activité "vie", atteignant 4,4 MMDH. Quant à l'activité "non vie", son chiffre d'affaires a enregistré une hausse de 10,6%, pour atteindre 3,6  MMDH à fin 2017.

Un ratio combiné en hausse de 3,4 points

Par ailleurs, le ratio de sinistralité globale « non-vie » s’est amélioré de 1,2 point à fin 2017, pour atteindre 62% "en raison des affaires exceptionnelles qui n’ont pas généré de sinistres".

Toutefois, Taoufik Benjelloun précise que cette amélioration masque la poursuite sur le marché d’une forte hausse de la fréquence des sinistres automobiles.

"C’est un événement marché qui n’a pas épargné Wafa Assurance[…] ce phénomène, qui dure déjà depuis quelques années, a pesé sur la sinistralité de «masse», c’est une sinistralité qui échappe à la réassurance et donc aux protections», affirme  M. Benjelloun.

Il poursuit: "cet effet fréquence Automobile a été plus qu’atténué par la souscription d’affaires importantes qui n’ont pas généré de sinistres cette année".

Quant aux frais de gestion, ceux-ci ont bien été maîtrisés, selon M.Benjelloun.

En effet, pour la branche «non-vie», le ratio de frais de gestion s’établit à 13,7% à fin 2017, en léger retrait de 0,3 points en raison de "la maitrise des frais d’exploitation et de l’amélioration du recouvrement".

Concernant l’activité «vie», le ratio de frais de gestion s’élève à 0,7% à fin 2017, soit une stagnation par rapport à la même période un an auparavant.

Ainsi, le ratio combiné, qui est la résultante des ratios de frais de gestion, frais d'acquisition, sinistralité et de la réassurance, a augmenté de 3,4 points à 101,3%.

Ceci est expliqué, selon Taoufik Benjelloun, par l’augmentation de la fréquence de sinistres Automobile sur le marché et du coût de la réassurance (qui a progressé de 4,7 points par rapport à 2016), comme nous l'avions précité en début d'article.

Ali Harraj: Le Takaful tournera autour de 10% du marché

En outre, interrogé sur la capacité de Takaful à devenir une bouffée d'oxygène et un relais de croissance pour le marché, Ali Harraj, président du conseil d'administration de Wafa Assurance, pense qu'il est trop tôt pour avoir des certitudes. Néanmoins, selon lui, l'assurance relative à la finance islamique va tourner autour de 10% du marché.

Lire également: Chiffre d'affaires et fonds propres en hausse, Wafa Assurance est en vert pour 2017